Le Cercle Mozart publie une tribune en soutien à l'aéroport de Montpellier

Le Cercle MOZART signe une tribune de soutien au transport aérien. Elle répond à une action lancée ce lundi 12 par 100 chercheurs qui soutiennent le train…

A paraître demain dans les colonnes de Midi Libre, le Cercle MOZART signe une tribune de soutien au transport aérien. Cette tribune répond à une autre, lancée par une centaine de chercheurs montpelliérains qui font part de leur décision de boycotter l’aéroport de Montpellier pour leurs trajets vers et de Paris, et privilégiant désormais le train… Le Cercle veut répondre avec “objectivité, sans partialité, et avec pertinence, aux arguties soulevées par ce collectif de chercheurs. Il n’est pas là question d’opposer écologie et économie mais bien de les associer au service de l’intérêt général. Je vous laisse parcourir la tribune et vous faire votre avis en conséquence” plaide son président Jean-Marc Maillot.

Oui aux vrais débats, non aux mauvais combats !

La tribune intitulée ” Aéroport de Montpellier, oui aux vrais débats, non aux mauvais combats ! “ rappelle l’importance de cette infrastructure déjà soumise à rude épreuve par la crise sanitaire. Elle fait suite à une première tribune publiée dans la Presse ce lundi par 100 chercheurs montpelliérains qui ont décidé de plébisciter le train à l’avion notamment pour leurs trajets Montpellier-Paris et retour.

Le Cercle Mozart et son président précisent dans cette tribune :

Extraits de la tribune du Cercle Mozart :

” Nous, chefs d’entreprises, universitaires, professions libérales, viticulteurs, sportifs professionnels, acteurs de la culture, etc., souhaitons apporter notre soutien à toutes les initiatives permettant de développer notre territoire. Parmi elles, le développement de notre infrastructure aéroportuaire et en particulier la liaison avec Paris nous apparaît indispensable.

En quelques années, le conseil de surveillance de l’Aéroport Montpellier Méditerranée, son directoire et son personnel ont su conquérir un demi-million de passagers en doublant le nombre de destinations (passant de 25 à plus de 50). Les actionnaires de la société anonyme en charge de la gestion de la plateforme montpelliéraine sont tous des acteurs publics. Au nom d’un concept toujours promis mais souvent galvaudé – l’intérêt général -, tous ont vaillamment conféré à cette infrastructure une mission d’aménagement du territoire plutôt que de machine à profits, le développement se faisant exclusivement sur ses fonds propres, et sans argent public.

Quelle belle réussite que l’arrivée récente à Montpellier de la compagnie Transavia, filiale du groupe Air France/KLM, qui doit agir comme un puissant accélérateur de cette croissance. Croissance dont nous avons tellement besoin tant dans notre sphère individuelle et familiale, qu’à des fins de tourisme, d’apprentissage et/ou de travail. La réelle démocratisation de l’avion doit de la sorte s’intensifier. Cette démocratisation est une source de prospérité mais aussi de paix, puisque l’avion revient à faire se rencontrer et se respecter des cultures différentes.
Qui accepterait d’être privé d’événements importants, d’installations ou d’expansions d’entreprises ? Qui se priverait d’investissements financiers et d’échanges humains ?

Sans esprit polémique aucun…

Et le Cercle Mozart de poursuivre… : ” Voilà bien pourquoi, sans esprit polémique aucun, nous ne comprenons ni n’acceptons la tribune lancée récemment par une centaine de personnes travaillant à Montpellier dans le secteur de la recherche. Ceux-ci indiquent que désormais ils n’utiliseront plus l’avion pour se rendre à Paris. Cet appel à les imiter relève d’une mode facile visant à accabler l’avion de tous les maux.

Si nous partageons leur idéal, nous pensons qu’ils se trompent de combat et de cible. Nous sommes parfaitement conscients des enjeux environnementaux et sociétaux auxquels nous sommes confrontés. Nous partageons la conviction qu’il faut agir, réfléchir et infléchir. Mais, nous, nous considérons qu’il importe de se comporter en écologistes constructifs et pensons qu’opposer écologie et économie est mortifère. “

Un million de passagers potentiels rejoignent Marseille en voiture

Parmi les arguments avancés par le Cercle Mozart : ” Aujourd’hui, 1 million d’habitants de l’ex-Languedoc-Roussillon prennent la voiture pour rejoindre l’Aéroport de Marseille, avec toutes les conséquences néfastes pour l’environnement. La poursuite du développement de l’Aéroport de Montpellier, le maintien des lignes actuelles et l’offre de nouvelles destinations évitera cet exode. C’est toute la connectivité de notre région qui est en jeu. “

Et de préciser concernant les extensions et les zones inondables : “ Contrairement à ce qui est dit par erreur, il n’y a aucun projet d’agrandissement de la plateforme aéroportuaire qui peut parfaitement accueillir, dans ses limites et configurations actuelles, près de 4 millions de passagers. Par ailleurs, la quasi-
totalité de la concession aéroportuaire, en particulier les pistes et l’ensemble des bâtiments et la plateforme, se situe hors zone inondable. “

Des vols compensés à 100 %

Autre argutie d’importance et sans doute peu connue du grand public, les vols opérés par Air France sont déjà… compensés à 100 % . Le Cercle explique ” Air France compense 100 % des émissions de tous ses vols intérieurs depuis le 1er janvier 2020 en investissant dans des projets à travers le monde, certifiés par EcoAct. Les émissions par passager transportés en France ont baissé de presque 30 % en 20 ans, et le transport aérien ne représente au final que 3 % des émissions totales de CO2. Des compensations nouvelles, particulièrement grâce à la reforestation, ont vu le jour… “

5000 emplois

Et le Cercle Mozart de conclure : “… ici, à Montpellier, il faudrait fragiliser davantage un aéroport dont nous attendions avec insistance le développement. Pour rappel, l’aéroport génère quelque 5 000 emplois (en Equivalents Temps Plein) et plus de 400 millions d’euros de PIB *”.

Notre avis : L’autre question qui reste posée, porte sur les chercheurs eux-mêmes. Comme les salariés des grands groupes, il leur est en effet, demandé de veiller sur leur empreinte carbone. Habitués des voyages internationaux, il semble logique que les trajets intérieurs fassent les frais de la chasse au Co2. De là à faire une tribune ? C’est ce que semble résumer la missive du Cercle Mozart, sur un problème crucial : réduire l’activité économique pour un futur durable, ou maintenir un mode de déplacement qui s’est largement démocratisé ces dernières décennies mais dont on sait que la recherche justement est particulièrement active pour faire évoluer la forme vers un modèle moins perturbant pour notre environnement, et notamment par des avions “vert”. Mais à quel horizon ?

* (source : étude du cabinet indépendant BIPE).

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. je soutiens la tribune du Cercle Mozart.
    L’aéroport est primordial pour le territoire.
    Limiter son activité bénéficierait à Toulouse et Marseille

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.