Le financement des reprises de PME se complexifie

Le financement ne représente pas le problème majeur, lors de la reprise d'une entreprise.…

Le financement ne représente pas le problème majeur, lors de la reprise d’une entreprise. Toutefois, le manque de formation des repreneurs risque de devenir de plus en plus problématique, face à des pratiques de financement qui se complexifient, d’après un rapport de l’Observatoire du financement des entreprises.

Plus de 600 000 entreprises seraient concernées par la transmission sur les dix années qui viennent : leurs dirigeants devraient progressivement partir à la retraite. L’enjeu est majeur en termes d’emplois, de transmission de savoir-faire et même d’aménagement du territoire, pour éviter de voir le tissu économique local se désagréger. C’est à ce titre qu’à la suite du rapport de la députée PS Fanny Dombre-Coste (Hérault) sur la transmission d’entreprise de juillet 2015, un nouveau rapport sur le financement de la transmission des TPE et des PME a été demandé à l’Observatoire du financement des entreprises. Il a été remis à Michel Sapin, ministre de l’Economie, et rendu public le 7 décembre dernier, lors d’une conférence de presse. Résultat : « la situation est globalement satisfaisante », a expliqué Fabrice Pesin, président de l’Observatoire du financement des entreprises, avant d’apporter plusieurs réserves à ce constat.
Ainsi, « trop de repreneurs sous-estiment la complexité des dossiers de financement », met en garde Fabrice Pesin. C’est d’autant plus problématique que l’évolution du contexte inviterait au contraire à une plus grande vigilance. En particulier, « Il faut prendre en compte le contexte financier et prudentiel, qui n’est pas encore stabilisé », souligne Fabrice Pesin, rappelant que les taux d’intérêt, très bas, pourraient évoluer, et que les négociations autour de « Bâle III » pourraient finir par durcir encore le cadre prudentiel bancaire.

Un pool de banques pour 450 000 euros

Par ailleurs, de nouvelles pratiques de financement se développent, avec par exemple l’apparition de nouvelles opportunités comme le financement participatif. Et avec les banques aussi, de nouvelles pratiques se généralisent. Exemple : pour financer la reprise d’un fonds de commerce à hauteur de 600 000 euros avec un apport personnel de 150 000 euros, le crédit bancaire restant était traditionnellement assumé par une seule banque. « Aujourd’hui, trois banques vont s’y mettre. C’est déjà un petit pool bancaire (…) Pour un chef d’entreprise, en termes de dossiers, cela peut demander plus de temps, et de préparation, pour éviter des pertes de temps », illustre Fabrice Pesin. Or, constate le rapport de l’Observatoire, les dossiers de financement sont souvent mal documentés, en particulier pour les plus petits dossiers. Les repreneurs sont rarement bien préparés. « Il existe beaucoup d’offres de formation pour les repreneurs d’entreprises (…), mais il y a trop peu de repreneurs potentiels qui ont le réflexe d’y aller », constate Fabrice Pesin. Autre constat du rapport : dans la pratique, pour les PME et les TPE, le crédit bancaire demeure la source principale de financement, dans la reprise d’entreprise. Il s’agit d’un phénomène « massif », précise Fabrice Pesin.

Le profil repreneur, vu côté banque

Vues du côté des établissements bancaires, ces reprises d’entreprises représentent une prise de risque moindre qu’une création d’entreprise, mais de l’autre côté, « les montants sont plus importants », rappelle Fabrice Pesin. Par ailleurs, les risques peuvent différer de manière importante en fonction du profil du repreneur, s’il s’agit d’une transmission familiale, d’un salarié de l’entreprise, d’un entrepreneur qui vient d’un autre secteur, d’un cadre qui méconnaît le quotidien d’un chef d’entreprise et va devoir se débrouiller sans fonctions support… « Le profil du repreneur est un élément fondamental dans la réussite du projet, et c’est pris en compte par les financeurs », explique Fabrice Pesin.
Pour se prémunir des risques, les banques n’hésitent pas à demander des apports personnels. Ces derniers représentent généralement entre 25 et 30 % de la somme totale. Par ailleurs, les banques s’entourent de garanties, demandées à des institutions ou au repreneur, comme par exemple une caution du dirigeant pour les plus petites entreprises, des nantissements de fonds de commerce ou encore des titres de la société. Parmi les autres solutions utilisées par les banques pour se prémunir des risques figure aussi la contre-garantie de Bpifrance, la banque publique d’investissement.

Business Angels et financement participatif

Par ailleurs, au-delà du crédit bancaire, d’autres solutions de financement existent, beaucoup moins employées, constate l’Observatoire. C’est le cas des prêts d’honneur, qu’ils soient accordés par des réseaux d’accompagnement ou qu’il relèvent de dispositif publics comme NACRE (Nouvel accompagnement à la création ou la reprise d’entreprise). Autre possibilité, le crédit vendeur. Quant aux fonds de capital transmission, ils interviennent plutôt dans la reprise d’ETI (entreprises de taille intermédiaire) : en 2015, ils ont financé 261 entreprises, pour un ticket moyen de plus de 20 millions d’euros. A la marge, les business angels peuvent également intervenir lorsqu’une reprise s’accompagne d’un changement stratégique de l’entreprise. Et des plates-formes de financement participatif se développent, comme Lendix, qui a financé une dizaine de projets.
Parmi les préconisations du rapport pour améliorer l’accès au financement de la transmission figurent l’encouragement à utiliser le recours au mécanisme du crédit vendeur, sous certaines conditions ; une information accrue sur les formations disponibles pour le repreneur ; et aussi la réalisation d’une collecte de données pour mieux connaître le financement de la reprise d’entreprises. Car pour l’instant, beaucoup d’informations manquent : le montant global des crédits qui financent ces reprises ou encore les taux d’intérêt pratiqués. Par ailleurs, les situations peuvent être très différentes en fonction du secteur, de l’entreprise et du profil du repreneur, voire de la localisation géographique. Autant de données indispensables pour déceler d’éventuels blocages au financement de la transmission d’entreprise.

Anne DAUBREE

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.