Le Groupement des Petites et Moyennes Entreprises…. Un bilan très positif

  Le 3 juin 2010, Gérard Colom, Président du Groupement des Petites et Moyennes…

 

Le 3 juin 2010, Gérard Colom, Président du Groupement des Petites et Moyennes entreprise donnait pour la 5ème fois, rendez-vous aux chefs et dirigeants d’entreprise du biterrois pour évoquer les conséquences de la crise et son effet «boule de neige » sur les crédits, les financements des entreprises et la croissance qui ne nous permet pas de « décoller » à nouveau….

Après très exactement 4 mois d’existence de cette structure patronale interprofessionnelle, un premier bilan peut être tiré. Avec tous les efforts déployés par l’équipe dirigeante de ce nouvel organisme, avec lequel il faudra compter, on peut affirmer grâce, à la participation massive des entreprises présentes aux différentes rencontres, que le pari est gagné.

Les petites et moyennes entreprises, cœur de cible de ce Groupement, répondent favorablement aux sollicitations de ce Groupement parce que les sujets d’animation proposés correspondent très précisément à leurs préoccupations du moment. Le service en droit du travail qui va s’ouvrir dans quelques jours sera également son atout majeur.

Le 3 juin, il s’est agi de mettre en présence les entreprises avec leurs banquiers, la SFAC et OSEO….Tout un programme pour confronter le vécu et le ressenti des 74 chefs d’entreprise présents avec leurs partenaires financiers qui affirment finalement que tout ne va pas si mal que ça !!!! alors que !!!. A leur décharge, il est vrai que la France s’est plutôt bien « comportée » dans les turbulences que l’on a connu et que l’on connaît encore.

Et bien oui, tout ne va pas aussi bien que ça !!! même si une enquête « neutre » sur le taux de satisfaction des clients envers leurs banquiers révèle un pourcentage de près de 80. Et certains des auditeurs de se lever, pour donner des exemples concrets sur la lenteur de réaction de leurs partenaires financiers, sur les décisions trop souvent prises en dehors « de la place » par ceux-là même qui ne les connaissent pas, peu capables donc de sonder le talent entrepreneurial du demandeur..

Après avoir relever ces quelques « frustrations » Monsieur Alain Linotte, Directeur de la Société Générale épaulé dans les questions/réponses par une dizaine de directeurs de banques biterroises, a « tempérer les ardeurs » par des propos qui se voulaient être compréhensifs et rassurants. Les crises ne sont jamais faciles à vivre ni pour vous ni pour nous « banquiers »…. Sachez que nous sommes là pour vous épauler et vous accompagner dans le meilleur comme dans le pire….Croyez-nous !!!!  Et Alain Linotte enfin de dire… Il faut nous comprendre « nous sommes les « commerçants de la finance »… « on ne peut pas faire n’importe quoi !!!! Nous sommes « encadrés » par nos propres limites mais aussi par les vôtres»

La crise « gèle » la confiance…. Et le « pas de confiance » provoque des réticences de la part de tout le système bancaire, les assurances crédit compris…même si le Gouvernement est venu à la « rescousse » du monde économique.

Mais tout n’est pas négatif, non !!!! le plan de relance de l’Etat a permis, par exemple, de garantir ce que ne pouvaient consentir, en termes de couvertures, les assurances crédit. Et, Pierre Trabis et Eric Candelier d’Euler Hermes SFAC, d’affirmer « grâce au dispositif CAP et CAP+, le pire à pu être évité ». Avec ces deux dispositifs nous avons réinjecté 1 milliard d’euros sur l’ensemble de l’année 2009. Cela a donné de l’oxygène pour des cas difficiles que le secteur privé pouvait difficilement couvrir. Ce dispositif est vertueux car ciblé, et les chiffres montrent que le CAP/CAP+ n’a pas vocation à se substituer à nos garanties. Qui plus est, les assureurs-crédit participent à une hauteur non négligeable aux premières pertes liées à ce dispositif » MAIS, comme il y a toujours un MAIS « Ces dispositifs ne devraient perdurer que jusqu’au 31/12/2010 » Alors que les turbulences économiques seront toujours présentes au-delà de cette date butoir. Euler Hermes espère bien que l’Etat reconduira, pour le moins de 6 mois, ce mécanisme. En effet, malheur à ceux qui atteindront une notation supérieure à 6 « moyenne », c’est-à-dire le chiffre 7 « fragile », 8 « très fragile » 9 « extrêmement fragile » 10 « défaillant » en le pire du pire « NA Non Applicable »…

A ces deux niveaux là, peut-être même avant, l’Etat risque fort de ne plus pouvoir intervenir. C’est donc bien l’entrepreneur qui paye les « pots cassés » des risques qu’il a accepté d’encourir… Comment donc promouvoir « l’esprit d’entreprendre »…. Difficile !!! sauf pour ceux qui ont bien intégré la notion du « risque » et qui arrivent à sortir leur « épingle du jeu » après mille et une astuces et stratégies avec des paris sur l’avenir toujours plus « risqués »!!!!!!!!!!!!!!

Alors, il convient que les lecteurs du présent article retiennent la leçon de bonne conduite, pour être « noter » correctement en respectant le mode opératoire suivant : communiquer à leurs assureurs crédits un point précis sur l’exercice écoulé (chiffre d’affaires, rentabilité, niveau de trésorerie et de l’endettement…) et pour l’exercice en cours (éléments majeurs déterminants pour Euler Hermes SFAC) 1 ) niveau du carnet de commandes 2) budget prévisionnel et enfin 3 tableau de trésorerie à 6 mois. Toutes ces infos peuvent désormais être transmises par internet avec un nouveau relais de communication : site infos acheteurs https:/infosacheteurs.eulerhermes.com

Enfin, OSEO représenté par Agnes GODARD, chargée d’affaires a fini, la soirée en beauté par l’exposé des aides réelles et concrètes apportées aux entreprises. Ses missions rappelons-le :

Soutenir l’innovation et la croissance des entreprises par la mise en œuvre de leurs trois métiers :

le soutien de l’innovation (par subventions ou avances remboursables)

la garantie, pour faciliter l’accès au crédit

le financement des investissements structurants et du cycle d’exploitation, en accompagnement des banques et des organismes de fonds propres

Côté « garanties » OSEO facilite l’accès des projets les plus risqués au crédit bancaire et au capital-risque. En 2009, 12 Mds € de prêts ont été garantis, dont 3,6 Mds € dans le cadre du Plan de Relance

Pour la garantie des prêts bancaires et des interventions des organismes de fonds propres, OSEO prend en charge de 40 à 70 % du risque de la banque ou de l’organisme de fonds propres. Mais le « hic » c’est qu’OSEO ne peut être contacté en direct…. Aux banques donc de proposer ce genre de garanties à leurs clients….

Les participants ont été très attentifs à ce que nombreux ne savaient pas concernant les nouveaux fonds de garanties. Le premier à trait au renforcement de la trésorerie des PME à condition que les difficultés soient conjoncturelles qui ne sont pas d’origine structurelles. La quotité garantie maximale se monte à 70 % .

Ce qui a, semble-t-il, le plus surpris l’assistance est sans nul doute les « Lignes de Crédit Confirmées »

Ce fonds a pour vocation de garantir les banques lors de la mise en place ou de renouvellement des lignes de crédit court terme, confirmées, d’une durée d’au moins 12 mois pour les TPE, PME et ETI (entreprise de taille intermédiaire) et jusqu’à 18 mois maximum

Ce fonds s’adresse aux entreprises rencontrant des difficultés de trésorerie dont l’origine n’est pas structurelle. Mais tout à une fin, cette procédure de sauvegarde est temporaire et ne sera pas renouvelée. Taux de couverture : maximum de 45 % Franchise de garantie : limitée à 4 mois

En conclusion, cette rencontre fut très instructive. Mais déjà le GPME pense aux deux prochaines rencontres de Juin (soit 3 en un seul mois) . Le 23 par la visite de l’entreprise Aérocomposit Occitane (fabrication de pales d’éoliennes) dirigée par José Strauch et le 22 juin par une soirée détente sur la plage.

Pour tout contact, n’hésitez pas à appeler le 06 30 17 78 72, Jeanine Gonzalez, membre élu dans sa fonction de Secrétaire.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.