Le nouveau tempo du Festival Radio France Occitanie Montpellier

Reportage

Le Festival Radio France Occitanie Montpellier affichera un nouveau visage pour son édition 2023. Nouveau directeur, nouvelles perspectives, nouvelles structures font partie des annonces.

Photo © Hérault Tribune.

Vers un objectif commun

Ambition. C’est sans doute le mot qui caractérise le mieux l’état d’esprit des partenaires du Festival Radio France Occitanie Montpellier. Le conseil d’administration du festival s’est tenu le jeudi 21 juillet au Corum en présence de Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole et maire de Montpellier, Claire Fita, vice-présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Sybile Veil, présidente-directrice générale de Radio France. Ces trois personnalités se sont ensuite réunies dans le jardin de la Maison des Relations Internationales pour présenter à la presse les nouveaux axes des éditions à venir.

Tout d’abord, les partenaires ont souligné la cohésion et l’unité entre la Région Occitanie, la Métropole de Montpellier et Radio France. Installés côte à côté, ces derniers ont insisté sur l’importance de travailler ensemble et de s’entraider. La PDG de Radio France Sybile Veil estime que le festival et Montpellier sont intimement liés et qu’il demeure  “le festival de cœur de Montpellier”. 

Il a été créé en 1985 à l’initiative de l’ancien maire de Montpellier Georges Frêche et de l’ancien PDG de Radio France, Jean-Noël Jeanneney. Dès ses débuts, l’évènement a aspiré à faire découvrir de nouveaux talents en proposant une diversité artistique très large. Son but est de vulgariser le genre classique pour pouvoir toucher les jeunes générations. 

La participation clé de Radio France

Les futures éditions renfonceront cette volonté de transmission du patrimoine vers les jeunes tout en ouvrant la porte à des compositeurs prometteurs moins connus. Le festival ambitionne de devenir une référence à l’échelle nationale. Ainsi, Radio France affirme la mobilisation accrue de ses équipes et de ses moyens, l’enregistrement des concerts et leur diffusion sur France Musique pour bénéficier d’une plus forte visibilité sur les ondes. 

De plus, Sibyle Veil a annoncé la création d’un lieu de résidence d’été Radio France à Montpellier pour les formations musicales. Cette structure permettra de mieux tisser le lien entre les musiciens amateurs et la ville dans laquelle ils se produisent. La présidente-directrice générale de Radio France a d’ailleurs répété que “ce qui fait un festival, c’est une unité de temps et de lieu”. Elle affirme : “nous travaillerons dessus pour en faire un objet dans son écrin d’origine, qui est la ville de Montpellier”. A titre d’exemple, les formations musicales de Radio France, l’Orchestre philharmonique et l’Orchestre national, s’installeront à Montpellier durant l’été.

Cohésion entre la Ville de Montpellier et la Région Occitanie

Cette ambition s’explique également par deux raisons évoquées par le président de Montpellier Métropole Méditerranée, Michaël Delafosse. La première est que la crise sanitaire a éloigné le public du monde de la culture en général. Ainsi, c’est un véritable défi pour le Festival Radio France Occitanie Montpellier de renouer avec ses fidèles en proposant un panel de nouveautés. En outre, la Ville de Montpellier est candidate au titre de capitale européenne de la culture en 2028. Ainsi, cette symbiose entre la Ville, la Région et Radio France est primordiale pour Michaël Delafosse. Il explique : “ce festival tel qu’il est écrit un nouveau chapitre et ce chapitre sera une pièce précieuse pour notre dossier de candidature pour être en 2028 capitale européenne de la culture”. 

La Région Occitanie se montre également très impliquée dans ce nouvel élan. La vice-présidente de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée Claire Fita, se réjouit de faire partie de cette collaboration au service de la Ville et des spectateurs. Elle a évoqué, en parallèle, le financement des éditions, qui pour l’instant, est principalement assuré par la Région. Pour autant, Michaël Delafosse s’engage à progressivement inverser leur contribution afin que la Ville et la Métropole deviennent majoritaires.

Passation de pouvoir

Les 3 partenaires sont donc ressortis de ce conseil d’administration avec de nombreuses missions et démarches à leur programme. Cependant, cette réunion a surtout été marquée par la démission du directeur du festival Jean-Pierre Rousseau. En activité depuis 2014, Jean-Pierre Rousseau a décidé de cesser ses fonctions pour des raisons personnelles. Il a néanmoins souhaité se rendre à Montpellier dans le cadre de l’édition 2022, qu’il avait chapeautée. 

C’est dans un moment assez solennel que ce dernier s’est exprimé devant la presse pour un dernier au revoir, la larme à l’œil. Son successeur Michel Orier, directeur de la musique et de la création de Radio France, a été présenté dans la foulée sous les applaudissements. Les deux hommes ont, ainsi, effectué un passage de témoin qui signe une nouvelle page du festival sous le signe de l’union et de l’ambition.

festival radio france mtp 4
Claire Fita, Michaël Delafosse, Sibyle Veil, Jean-Pierre Rousseau et Michel Orier. Photo© Guillaume Cros.

Informations pratiques

Festival Radio France Occitanie Montpellier So British : du 11 au 29 juillet 2022.
Toutes les informations détaillées relatives aux horaires, aux lieux et aux tarifs des évènements sur le site : https://lefestival.eu.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.