«  LES  MARINES  DU  CAP «  Un patrimoine historique oublié…..

  L’offre de rénovation  proposée aujourd’hui à la plus atypique station balnéaire du Languedoc fera…

 

 

L’offre de rénovation  proposée aujourd’hui à la plus atypique station balnéaire du Languedoc fera de son promoteur le maire d’Agde ,Gilles d’Etorre la quatrième figure du cercle très fermé des bâtisseurs du Capd’Agde  parmi lesquels on compte déjà : Pierre Racine (Mission Racine) le découvreur du site sur un sous-sol volcanique, Jean Miquel (Sebli) l’aménageur génial qui a modelé les contours de la station et Jean Le Couteur l’architecte en chef à qui l’on doit l’empreinte remarquable Languedocienne de la station.

Une MARINA  est un ensemble immobilier privé qui s’étend en bordure du domaine public maritime dont les résidents utilisent le plan d’eau situé au droit de leur habitation pour l’amarrage de leur bateau. Au même titre que le Casino , le Palais des Congrés ou le quai d’honneur , elle fait partie de l’image d’une station balnéaire .

C’est dans les années 1975- 1976, après une campagne de dragage intense de l’ancien étang de Cano  qu’une plate-forme artificielle configurée en presqu’île fut prête à recevoir les premières et plus anciennes Marinas représentées aujourd’hui par les tranches de construction  les« Marines du Cap » 1, 2 (A et B) , occupant 25% du foncier bâti.

 Rebaptisée « Ile des Marinas » et méconnues du grand public, les lots préexistants sur lesquels furent édifiés les habitations d’architecture d’inspiration Languedocienne furent vendues avec la particularité de posséder un jardin tombant directement dans le plan d’eau. Une digue fut érigée  en bordure du bassin ceinturant partiellement la presqu’île pour tenir compte des souhaits des résidents de construire à leurs frais des postes d’amarrage en qualité «d’amodiataire – permissionnaire « à partir d’un quai privatif exclusif. Ce n’est que 6 ans plus tard qu’apparurent les autres tranches de construction (3,4,5,6 et 7) mais dans un esprit différent puisque leurs quais furent rendus aux Domaines.

Les Marines du Cap 1 et 2 font parties du patrimoine remarquable sans lequel le Capd’Agde n’aurait pas connu sa notoriété et n’aurait jamais pu s’enorgueillir d’offrir à sa clientèle un havre de repos et de bien vivre .

 Quarante ans se sont écoulés depuis l’arrivée des premiers bateaux des primo accédants. Les propriétaires occupant les Marinas se sont toujours acquittés de leur redevance et impôts vis-à-vis des autorités portuaires soit un versement de 4 M d’euros en 40ans, une somme dont on n’a jamais connu l’affectation dans les détails. A ce jour , pas un euro n’a été affecté pour l’entretien des pontons ( pieux et flotteurs) et de la grève qui représente 26% du périmètre de l’île. Pourtant nous subissons de plein fouet par vent d’Est l’asseau des vagues qui font reculer la ligne de côte et recevons la pollution en provenance du port public .

Afin de sensibiliser les autorités portuaires sur l’urgence à préserver un patrimoine oublié, un collectif de propriétaires se sont regroupés au printemps 2017 sous le nom de

« Association des Propriétaires Riverains des Marinas 1&2 (APRM 1&2)

avec comme objectif de sauvegarder ce patrimoine foncier remarquable  non seulement avec les deniers personnels des propriétaires mais aussi d’inciter le Concessionnaire d’affecter une partie de leurs impôts et redevances à la sécurisation des équipements portuaires des Marinas 1&2 dont il a la charge ainsi qu’au nettoyage de la grève et du plan d’eau.

 Nous ne sommes pas que des « machines à sous » mais aussi des citoyens responsables de notre cadre de vie , des contribuables avertis et électeurs ……

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.