Lettre ouverte aux commandos de la médisance .. par Didier DENESTEBE

Nous ne nous faisions que peu d’illusion sur les dérapages qui enflammeraient tôt ou…

Nous ne nous faisions que peu d’illusion sur les dérapages qui enflammeraient tôt ou tard les débats électoraux. Plus encore que dans les débats nationaux, l’implication de plusieurs centaines de candidats  lors des scrutins de listes municipales exacerbe les passions ! 
 
Internet est devenu un acteur incontournable de l’information locale mais aussi de ses travers. 
S’il est un outil de propagande à l’usage de tous, et  permet au plus petit candidat d’exister médiatiquement à moindre frais dans les débats locaux,  il est aussi devenu un outil de de déformation de l’image de l’autre voire même de démolition calomnieuse ou insultante.
 
Dans ce melting pot  d’intervenants, il existe une majorité d’honnêtes citoyens, généralement libres d’attaches partisanes. Des personalités sincères, courtoises, passionnées,  parfois exubérantes ou volubiles,  attachées a des convictions différentes mais toujours respectueuses de l'autre  !
Et puis il y a les autres ! Ceux que j’appellerai les  ” snippers ” ou autre commandos de la médisance chargés de la destruction massive de l’image de l’autre àdes fins purement partisanes.
 
Ceux là prennent en général leurs éléments  de langage à la même source ! 
Ils sont chargés au sortir d’une réunion militante ou partisane de diffuser subliminalement  quelques amabilités choisies afin de dévaloriser l’adversaire ! 
Ceux là agissent en bande, organisées ou pas, ils sont de tous les partis,  la droite répondant à la gauche  et vice et versa,  avec des arguments aussi répétitifs qu’éculés, les uns laissant entendre que les chars de l’armée rouge viendraient très prochainement envahir la rue Jean Roger si tel candidat avait la faveur des suffrages, les autres laissant entendre que la ville pourrait être  ilvrée clés en main aux acteurs majeurs des mafias souterraines du cœur de ville si tel autre candidat était reconnu vainqueur. 
Les uns pensent qu’en nationalisant le débat ils emporteront la bataille, d’autres ramènent le débat sur un terrain local rappelant a qui veut l'entendre que nous sommes appelés aux urnes pour confier a une poignée d'hommes et de femmes la gestion communale de nos affaires. Ces déchirements se déclinent  dans tous les villages de l’agglo, il n' y a pas de spécificité agathoise en la matière. 
Il ne nous appartient pas de juger du bien fondé d’une stratégie ou d’une autre mais de veiller à ce que la liberté d’expression que nous offrons à tous ne soit pas dévoyée en liberté de diffamer anonymement ou d’orienter le débat local vers des affaires personelles ou de droit privé. 
 
En ce qui concerne les réactiosn aux articles, les dérapages de ces derniers jours nous amènent à prendre plusieurs décisions de façon a responsabiliser et à supprimer définitivement l'anonymat des réactions sur notre site.
 
Ce site a toujours eu vocation à être un site de partage et  d’échange entre membres d'une même communauté de vie sociale. Loin d'un anonymat irrespecteux, nous  avons souhaité offrir un espace  de confrontation d’idées  dans la courtoisie et le respect de chacun sans que le dénigrement ne soit systématique et personnalisé. 
 
Ce sera la règle première : Chaque intervenant devra être identifié au travers sa présentation au Trombinoscope : Quelques lignes succinctes non intrusive permettront de se présenter à l’autre sans lever le voile sur sa vie privée, une présentation de son intérêt  social pour nos communes respectives suffit amplement pour participer à cette annuaire communautaire qui compte déjà 1500 Trombines des environs agathois.  Connaître son interlocuteur le rend déjà plus sympathique, plus accessible,… ce n’est déjà plus un adversaire virtuel. 
Cela aura également l’avantage de supprimer tous les interlocuteurs anonymes inconnus au bataillon   « snipers masqués »  d’un camp ou de l'autre pour qui la vie privée des acteurs politiques devait s'étaler  sur  HERAULT TRIBUNE comme sur les «  UNE » des magazines  CLOSER «  VOICI «  ou autre «  GALA  ” . 
Depuis des années nous avons mis à la poubelle des dizaines de délations  ( avérées ou pas  ) touchant à la vie privée,  nous ne dérogerons jamais à cet usage.
 
Au delà de cette première règle, en sera adoptée une seconde, tous les messages perçus comme courtois évitant les invectives inutiles seront diffusés sans difficulté.  Nous modérons désormais à priori tous les messages qui ne le seront pas ou qui toucheront de prés ou de loin à l'activité personnelle ou professionnelle  d’un acteur du débat politique. 
 
Cela n'entamera pas la force de persuasion d’un message argumenté mais limitera les excès des adaptes zélés de l’onomatopée aux adjectifs blessants. 
 
Espérerons que cette étape suffira a ce que les échanges retrouvent pondération et  respect mutuel. 
Les internautes anonymes disparus il est possible que d’autres viennent  désormais  s’immiscer dans un débat qui correspondra mieux à la philosophie d’échange et de partage de ce site. Nous les y invitons cordialement.
 
Si toutefois nous ne parvenions pas à assainir le débat, nous mettrions alors un terme, la mort dans l'âme àt outes les réactions aux articles durant la période électorale, laissant alors les communiqués des candidats se succéder  les uns aux autres sans réaction.  
 
Je reste toutefois persuadé qu’une fois écarté les anonymes et responsabilisé les partisans de tous bords, cet espace de liberté d’expression offert à tous peut encore constituer un lieu de réflexion et une vitrine de pensées plurielles pour notre territoire. 
 
 
 Bien cordialement 
 
Didier DENESTEBE
Directeur de la Publication d' HERAULT TRIBUNE
 
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.