Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

MARCHE DE VIAS Pourvu que ça ne finisse pas comme à Brive-La- Gaillarde !!! par Josiane BUCHACA

MARCHE DE VIAS Pourvu que ça ne finisse pas comme à Brive-La- Gaillarde !!! A peine plus de 3 mois après la mise en place de la nouvelle « majorité » municipale et du « Maire de tous les Viassois »…s’installent en permanence et en tous domaines ,des décisions et des démarches têtues, forcenées…tant vis-à-vis du « vivre ensemble » que du « dialogue […]

MARCHE DE VIAS

Pourvu que ça ne finisse pas comme à Brive-La- Gaillarde !!!

A peine plus de 3 mois après la mise en place de la nouvelle « majorité » municipale et du « Maire de tous les Viassois »…s’installent en permanence et en tous domaines ,des décisions et des démarches têtues, forcenées…tant vis-à-vis du « vivre ensemble » que du « dialogue social » dans les rapports employeurs/salariés.

En bref, il s’agit, à tout prix et à n’importe quel prix, de faire croire au changement alors qu’on ne voit qu’agitation ; de nier le bilan antérieur y compris dans les réalisations positives que personne de sérieux ne nie ; de mentir de préférence sur la santé des finances communales, de gâter les « siens » (élus ou autres admirateurs) ; de fustiger celles et ceux considérés, non comme des adversaires mais comme des ennemis à abattre. Et parmi les personnels, les mutations autoritaires et incompréhensibles sont prétextes à des promotions fulgurantes et couteuses.

Redisons que le quotidien des Viassois, « le vivre  ensemble » semblent bien éloignés de la gestion à « la hussarde » d’aujourd’hui.

Le nouveau marché d’été n’échappe pas à cette logique….s’il y en a une.

Est-il donc possible de ne pas relayer les mécontentements divers qui convergent autour des Mercredi et des Samedis matins de l’été 2014.

Admettons d’entrée que, quelle que soit la Ville, grande ou petite, reconcevoir un marché est toujours un tiraillement entre la demande forte des commerçants concernés, celle des clients ou flâneurs (multipliés en saison), celle aussi de la recherche de l’animation du centre-ville, et bien évidemment de l’aspiration de la population Viassoise et particulièrement des riverains à des changements, oui, mais acceptables en été.

Donc l’occupation du domaine public peut régulièrement conduire à revoir le zonage d’un Marché en évoluant dans cette « alchimie ». Le mieux étant bien sûr  de se donner les moyens d’échanges avec tous et de rapprocher les avis différents…et de conclure par une présentation et un débat au conseil municipal.

Telle n’est pas la démarche choisie par le Maire qui a procédé par arrêté, ce qui présente l’avantage de « boucler plus vite » ; l’adjoint à la sécurité étant chargé d’argumenter sans convaincre quiconque lors de la réunion du conseil municipal de Juillet après le démarrage du marché d’été.

Ne nous répandons pas sur le « plantage » du Mercredi 2 Juillet qui a vu des parents d’élèves affolés en recherche de place de parking et préoccupés du retard pour rentrer à l’heure…constatant au passage que ce jour-là  les marchandises étaient mieux considérées que les enfants. A l’évidence, au nom du fameux « 2 pas en avant, 3 pas en arrière », le « Maire pour tous » a ce jour-là failli.

A postériori, on peut dire que les parents d’élèves, même ulcérés, ont su mieux gérer leur colère que ne l’avaient fait certains commerçants et riverains en 2009, alors que démarrait le nouveau marché d’été de l’époque. Souvenons- nous de l’hystérie des amis(es) du Maire d’aujourd’hui, mise à attiser une «  bronca » organisée de toute pièce par certains marchands ambulants , ayant à l’époque trouvé renfort auprès d’un Président départemental ( heureusement déchu depuis), et qui ne cachait pas sa désapprobation vis-à-vis du vote démocratique des Viassois intervenu quelques semaines avant.

Justifier le nouveau zonage impose donc de laisser place aux camions des pompiers en cas de pépins, comme si en tous lieux et en tout temps, pour passer, les pompiers étaient tenus d’attendre devant l’urgence ! Et d’ailleurs qui garantit aujourd’hui que dans le marché actuel rien ne gêne ? Qui ne voit les mêmes problématiques dans toutes les autres villes qui disposent des centres villes historiques ? Jetons un œil sur Agde ou Pézenas et bien d’autres… Notons d’ailleurs qu’en termes de sécurité, il y aurait eu bien des choses à dire en cas d’éventuelle panique lors des concerts du Festival de Jazz, place de l’église ou les spectateurs auraient pu s’enjamber les uns les autres. L’émoi serait-il sélectif…ou bien une fois encore ne s’agissait-il pas de « faire du vent » ? A moins, à moins !….que devant les cabinets médicaux « en danger » il ait fallu enfin faire droit à des  demandes d’appels au secours. Encore un coup pour rien : A-t-on déjà vu des salles d’attente désertes les matins de marché d’été ? Là encore il fallait bien plaire au candidat défait de 2008 et2009 ainsi qu’à l’adjoint (président du SICTOM), élu en 2014. Décidément tout ce qui est populaire au beau sens du terme n’est pas LEUR.

On nous rajoute qu’il fallait bien libérer le Boulevard de La Liberté pour une meilleure circulation automobile, il l’est donc sur une voie…et voilà que  les pompiers, les véhicules particuliers ou de livraisons,  les riverains,  les vacanciers, les patients qui se rendent dans les centres médicaux …bouchonnent tous dans l’avenue Pierre Castel, la rue de l’Egalité (ou un parking a été proposé dans l’urgence), le Chemin des Claux … Sans compter les retombées dans les rues étroites du cœur de ville ces matins-là.

Bilan, c’est le jour où la ville devrait disposer de plus de places de parking qu’elle en a le moins.

 Il est certain que faire plaisir à quelques amis ne colle pas toujours avec du mieux pour le plus grand nombre. Qu’à cela ne tienne, les renforts de police municipale de l’été recrutés pour assurer une sécurité accrue des Viassois et des vacanciers….sont, ces jours-là, affectés au casse-tête de circulation insoluble, à la verbalisation «  libérée » et aveugle ; sont en butte à la colère des automobilistes, des piétons et même de certains commerçants mieux placés que quiconque pour recevoir les remarques « douces-amères ».

Comment dans ces conditions s’étonner que les acheteurs, les promeneurs ne pensent qu’à regagner leur véhicules souvent garés « en galère » au détriment d’un crochet par le centre-ville ? Comment s’étonner que la colère gronde ?…et s’étende.

Et que trouve-ton au cœur des embouteillages ? …les « Rosalies de qui vous savez », mais plus grave : la Navette Vias Farinette dont on nous avait promis l’amélioration et l’extension des rotations.

L’urgence commandant, en guise «  d’emplâtre sur une jambe de bois », a enfin jailli l’idée lumineuse : Débloquer les places de  parking de la nouvelle salle de spectacles qu’on nous avait pourtant annoncées en nombre insuffisant…mais certains n’en sont pas à un mensonge ou une contradiction près. On ne peut faire mieux en termes d’inauguration bâclée d’un tel site !

Quelle image ! Pour une station touristique essentiellement familiale et des vacanciers mécontents !

Tradition d’accueil, bien-être et rapprochement entre Viassois et vacanciers autant d’objectifs en danger si cette logique perdure. Le mieux ne serait-il pas d’entendre et d’écouter les uns et les autres, plutôt que de n’avoir comme obsession : « du passé  faisons table rase ».

Chez Brassens, son marché était une farce, à Vias on est en plein gâchis. r Josaine BUCHACA

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.