Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

MARSEILLAN : Discipline de parti ou discipline de portefeuille?

Le 22 septembre avait lieu à Frontignan un Conseil d’agglo de Thau Agglomération censé…

Le 22 septembre avait lieu à Frontignan un Conseil d’agglo de Thau Agglomération censé sceller définitivement le sort des ex vice-président François Commeinhes et Yves Michel.

Vous vous souvenez, les 2 maires de Sète et de Marseillan s’étaient rendus « coupables » d’avoir voté contre le grand projet d’agglo en pleine séance, alors que ceux-ci avaient clairement soutenu ce projet durant les réunions de travail et devant la population. Du coup, Pierre Bouldoire, président de Thau agglo, avait décidé de retirer leurs délégations de vice-présidents à nos apprentis putschistes.

Pour que la décision du président Bouldoire soit officiellement entérinée, il fallait pour cela un vote majoritaire des conseillers d’agglo. Ce point était donc à l’ordre du jour du 22 septembre.

Et là, coup de théâtre ! Alors que François Commeinhes restait muet comme une carpe, notre maire Yves Michel prenait la parole pour se confondre en excuses, en son nom et au nom du maire de Sète, pour expliquer que finalement, Commeinhes et lui soutenaient le projet d’agglo !!!!!

N’étant pas là le jour de ce Conseil, nous ne connaissons pas le détail de l’intervention de Yves Michel, (la presse n’en a fait qu’un résumé laconique) mais dès que nous arriverons à en savoir plus, nous ne manquerons pas de vous en faire part, on pense que cela a été très savoureux, dans la lignée de ses fameux : « il l’a dit et il a fait le contraire » si souvent évoqués ici !

Ils sont beaux nos 2 maires !!!! Pourquoi être revenus sur leur vote, alors que 2 mois plus tôt ils vouaient soudainement aux gémonies un projet trop coûteux, voire même illégal selon François Commeinhes ?

La réponse est peut-être à chercher chez ce dernier, et surtout du côté de son portefeuille.

En effet, François Commeinhes, le 14 septembre, s’est fait allouer par le Conseil municipal de Sète une rallonge de ses indemnités de Maire (l’opposition ayant vivement protesté) au motif de « la perte de ses délégations de vice président de Thau Agglo » ( Quotidien régional du 16/09/2010).

En clair, François Commeinhes, outre sa fonction de patron d’une clinique privée dans le civil, a besoin de toutes ses indemnités d’élu (Maire de Sète, Vice Président d’agglo, Président du syndicat mixte, conseiller général, au bas mot 8 000 euros brut mensuel) pour boucler ses fins de mois !!!!!

On sait maintenant par quels intérêts sont mus certains élus du Bassin de Thau. Et ce ne sont pas forcément les intérêts de leurs administrés ….

Notre Yves Michel local ne pouvait passer une même délib’ devant le conseil de Marseillan, puisqu’il avait, au lendemain de son élection, déjà porté l’enveloppe indemnitaire de ses élus au maximum … Au moins pourra-t-on dire ironiquement qu’il avait, lui, prévu le coup !

A Marseillan Bien Thau, on a comme un sale goût amer en bouche, surtout pour la manière dont tout cela s’est passé ; mais enfin, on fera semblant de se consoler en se disant que Yves Michel a réussi à sauver son fauteuil de vice président, et ainsi Marseillan conserve un représentant au sein de l’exécutif de l’agglo.

Mais il faudra longtemps, très longtemps, avant que la confiance revienne entre nos joyeux lurons et le reste des élus communautaires. Espérons que les projets Marseillanais en cours (FISAC notamment) ne soient pas remis en cause du fait de leur amateurisme politique ….


CLIQUEZ pour agrandir l'image 
AGGLO DS

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.