Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Meeting de Fabrice Mur - Discours Agde le 5 Mars 2008

Chers amis.     A vous voir si nombreux ce soir dans cette salle des fêtes de notre Ville d’Agde, je mesure  aujourd’hui pleinement la responsabilité qui est la mienne . Responsabilité devant ce nouvel Agde à Venir que je souhaite vous proposer. Responsabilité devant vous, individuellement et collectivement, que vous soyez né a Agde ou Agathois […]

Chers amis.     
A vous voir si nombreux ce soir dans cette salle des fêtes de notre Ville d’Agde, je mesure  aujourd’hui pleinement la responsabilité qui est la mienne .
Responsabilité devant ce nouvel Agde à Venir que je souhaite vous proposer.
Responsabilité devant vous, individuellement et collectivement, que vous soyez né a Agde ou Agathois de cœur ou d’adoption.  
Cette responsabilité, je veux m’engager devant  vous, ce soir, chers amis, et solennellement, à l’assumer avec toute l’intégrité nécessaire dans la dignité et le respect de tous.
Demain, je ne souhaite pas être le maire d’un clan, je ne souhaite être le maire d’un parti, je ne souhaite pas être le maire de la division.
Je souhaite demain que ce soit les agathois qui gagnent pour leur ville.   
Il est temps que ce ne soit plus un camp qui gagne contre l’autre, que ce ne soit plus un homme qui gagne contre un autre  mais qu’enfin ce soit une ville unie et rassemblée autour d’un projet fédérateur qui puisse apporter la victoire à tous les agathois.
 
Parce que cette ville, notre ville, votre ville, c’est Agde.
Agde et ses 2600 ans d’histoire.
Agde et ces Phocéens  qui, venus de Marseille, firent de notre port un des plus importants comptoirs de commerce et d’échanges.
Agde et ses différentes vagues successives d’immigrants  qui ont fait toute notre diversité et toute notre richesse culturelle.

Richesse culturelle qui commence par la communauté gitane au début des années 1900.
Agde et ses résistants espagnols, qui ont combattu le Franquisme avant d’être parqué dans le tristement célèbre camp d’Agde, dans les années 40, et dont le sang d’un des leurs coule dans mes veines..
Agde et ses diverses autres vagues d’immigrants, :
Les Italiens qui ont prospéré dans le milieu de la pêche, ou encore les rapatriés d’Afrique du Nord qui, dés 1962, ont trouvé en Agde,  la terre d’accueil qui allait les aider à panser les plaies d’un déracinement brutal du pays  auxquels ils étaient profondément  attachés.
Tous ses agathois issus de l’immigration des divers pays européens ou nord-africains font partie intégrante de notre cité. Ces apports successifs à la richesse culturelle d’Agde ont fait d’elle, la fière cité qu’elle est devenue aujourd’hui.
Vous l’avez compris c’est d’une Agde unie et pour tous dont je veux vous parler ce soir.

Cette ville, j’y ai grandi au cœur de la promenade avant de fréquenter les bancs des divers établissement scolaire jusqu’à notre Lycée LOUBATIERES avant de poursuivre mes études universitaire sur Montpellier puis à Lyon
Mon métier m’a conduit au quotidien à être au contact de la population agathoise.
J’ai appris à aimer Agde, à aimer les agathois. Je me suis forgé mon avenir ici, pour vivre ici, à Agde,  auprès de vous.

Et je suis heureux, aujourd’hui, de voir à mon tour grandir ma fille, au cœur de la cité qui m’a vu naître.
Chaque place… Chaque rue … Chaque quartier … sont pour moi autant de souvenirs, autant d’histoires, autant de visages croisés, autant d’échanges et d’amitiés partagés avec vous.
Beaucoup des anciens, ici présents ce soir, se rappelleront sans doute, avec une touche de nostalgie affective, cette enfance agathoise, cette jeunesse quelque peu  insouciante, ou leur joie lorsqu’un peu plus tard, ils partageaient la fierté qui fût la mienne, un dimanche d’août 2000, lorsque j’ai traversé notre cœur de Ville portant sur l’épaule notre emblème des joutes, le trophée du Languedoc.
Cette école des traditions que sont les joutes languedociennes, a façonné, au fil des ans, un état d’esprit qui m’amène aujourd’hui a vouloir toujours plus, a vouloir toujours mieux pour notre Ville afin que demain ce soit une autre victoire, au bout de ce nouveau challenge que je puisse apporter à ma ville :

La reconquête du dynamisme économique  pour tous les agathois …
L’arrivée du plein emploi pour tous les agathois…
L’accessibilité au logement et à la propriété pour tous les agathois…
Et la recherche d’une qualité de vie respectueuse de l’environnement pour notre génération et pour les générations futures…  et pour tous les agathois …
 
Mais je ne suis pas ici, devant vous, pour une quelconque revanche ou pour satisfaire un ego.
La première et principale motivation de ma présence à cette tribune, ce soir, c’est le constat de notre ville.
Ce constat, c’est le constat d’une ville qui se meurt, d’une ville paralysée, d’une ville asphyxiée par un bétonnage omniprésent, d’une ville dont l’état de propreté est en déliquescence, dont l’incivilité gangrène la quiétude de ses habitants, d’une ville ternie par le clientélisme et la gabegie.

C’est pour tout cela,  que j’ai voulu assumer mes responsabilités.
J’ai honte ! Oui, j’ai honte, aujourd’hui, de l’état de ma ville ! 
Honte devant les rideaux fermés de la rue de l’Amour, de la rue Jean Roger, de la rue Honoré Muratet, de la rue chassefiere et bien d’autres encore.
Honte devant la paupérisation de notre cœur de ville,
Honte devant son manque de dynamisme qui a entraîné  tant de fermetures d’enseignes commerciales et la suppression d’autant d’emplois qu’y étaient affectés.
Honte devant l’abandon de ce centre ville,
Honte devant son état de propreté et l’incivilité
qu’y règne.
Honte devant le manque d’animation
qui faisait jadis la joie de vivre et le bien être de tous les habitants. Honte, enfin, de voir chaque jour, des jeunes Agathois partir se loger à 10, 20, 30 voir parfois même 40 Km d‘ici.

A la disparition des enseignes commerciales est venu s’ajouter le manque d’entretien des infrastructures, des voiries et des équipement… Certes, quelques réhabilitations ont été entreprises la place du jeu de ballon, aujourd’hui appelés par certains, Place des Bigoudis, l’école de Musique ou encore les pontons flottants. À l’échelle d’une Ville, c‘est bien trop peu . Pour pallier à ses absences, on nous présente des réalisations qui relève la plus part du temps  d’ordre privée :
Le Moulin des Evêques : Réalisations privée, co-financée de surcroît par la Ville par l’acquisition  à prix d’or d’une salle des fêtes en étage aussi inefficace qu’inaccessible.
L’opération, réalisée sans appel d’offres et sans une enquête d’utilité publique pour décider de l’implantation de cette salle des fêtes en zone rouge inondable va en plus supprimer 40 places de Parking au centre ville….
Au Cap d’Agde, L’île du Palméria : Opération privée….
Le Matago : Encore une réalisation privée….
A ce constat sur l’équipement et les infrastructures vient s’ajouter les méthodes, la suffisance et le manque de démocratie et d’écoute de nos concitoyens.

Combien d’entre vous ont déjà demandé une rendez vous sans l’obtenir ?
Combien d’entre vous ont cru au promesses sans lendemain?
Combien d’entre vous ont subi le contre coup de décisions autoritaires ou contestables ?
Combien d’entre vous se sont alarmés des propos  tenus envers l’opposition lors des conseils municipaux ?
S’il peut être parfois sympathique d’en parler a son cheval, en ce qui concerne les affaires municipales, il eu mieux valu en parler dans la transparence et la démocratie aux agathois et a leurs conseillers. A ce propos, je tiens à saluer ceux qui ont supportés, durant sept ans, les quolibets  mesquins d’une majorité arrogante. Il sont présents dans cette salle et je les remercie de me faire cet honneur.     

Je vous demande de saluer la présence d’Anne Marie Bousquet … De Michel Mur….. de Bernard Jover .. en enfin de Didier Denestebe. Individuellement et collectivement , ils ont tous été responsables du mandat que vous leur aviez confiés, tous présents, sans faillir à leur devoir, du début à la fin de leur mandat.
Mesdames et Messieurs les élus, les agathoises et les agathois  vous remercient d’avoir ainsi permis à la démocratie, d’avoir toute sa place dans notre ville

Il ne suffit pas de faire le simple constat car nous sommes là,  avant tout, pour construire, pour proposer et pour vous présenter une autre vision, un autre choix, un autre projet. Ce projet, c’est dans la plus large concertation et après avoir été à votre écoute, au quotidien, qu’ensemble nous l’avons élaboré. Je ne vais pas ici vous le détailler : vous avez déjà du le recevoir, dans son intégralité, dans votre boite aux lettres ou bien vous venez de le récupérer sur vos siège respectif. Et oui, madame, ce n‘étais pas un coussin à l‘effigie du candidat…..

Quelques points cependant sur ce projet :  
Il est temps désormais de maîtriser notre urbanisme, comme la rappeler Henri.  Agde, face au massacre à la bétonneuse des Cayrets, ne doit plus laisser, aux seuls promoteurs, le soin de faire son développement urbanistique. L’urbanisme est une volonté politique et non une logique financière : Il doit être maîtrisé, je veux rompre avec cet urbanisme du laisser faire et du bricolage qui défigure notre ville.

 Je veux agir pour un développement harmonieux et humain de notre cité.

C’est pourquoi nous créerons l’observatoire de l’urbanisation de la ville pour harmoniser avec l’ensemble des intervenants publics, privés et les citoyens, le développement de nouveaux quartiers et l’évolution urbanistique de la cité. Il est temps, également, qu’Agde se dote d’un véritable réseau de transports urbains basés sur une mixité entre petites et grandes navettes adaptées aux personnes à besoin spécifique, comme les personnes à mobilité réduite , les personnes dépendantes du fait de l’âge ou encore les personnes dépendante de la maladie ou enfin les mère de famille avec leurs landeau .. et ce réseaux doit couvrir l’ensemble des quartiers de la Ville.
 
Protéger notre environnement est également une de nos priorités : Une des richesses de notre cité c’est son patrimoine naturel, nous devons, dès à présent, le préserver et le mettre en lumière. Nous mettrons en place, pour un résultat durable, un véritable Agenda 21 pour Agde.   

L’état de propreté  de notre ville, c’est l’image que nous donnons de nous-même , c’est l’image que nous donnons de notre pays, c’est l’image que nous donnons des agathois. Je m’engage à renégocier les services rendus par les entreprises de nettoiement  afin :  
– Que la qualité du service soit revue à la hausse
 – Que la fréquence des passages soient augmentés en concertation avec les habitants et les commerçants, en fonction des nécessités spécifiques des zones et de périodes.
Préserver notre environnement, c’est avant tout penser au citoyen,  et a sa qualité de vie environnementale. Par le biais du  réseau de transport que je viens de vous présenter et qui contribuera a abaisser les flux de circulations urbain et donc, de diminuer très sensiblement la pollution atmosphérique notamment en saison, il sera mis en place un  véritable réseaux urbains de pistes cyclables.
Préserver notre environnement, mais penser en même temps à nos finances, c’est également mettre en  place une politique volontaristes d’économie en eau en favorisant l’implantation de structure des récupérations  et de traitement des eaux pluviales, afin que ces dernières irriguent  une parti des espaces verts et surtout le golf du Cap d’Agde.
C’est une économie de 500 000 m3 d’eau par an,  soit 1 500 000 € ..
Gouverner c’est prévoir  . Alors, bien sur, cela représente des investissements de départ  mais cet équipement s’auto financera et, par sa pérennisation, nous permettra d’économiser l’eau, cette ressource vitale, pour nous même mais surtout pour les générations futures.

Parce que Agde est une ville d’eau, Il est important, également, de maîtriser, au mieux, les caprices de notre fleuve  et ainsi protéger en priorité les personnes et les biens : C’est  pourquoi nous lancerons, au plus tôt, des études pour le délestage des eaux en amont de la ville afin de réduire les effets dévastateurs des crues.

Protéger les biens et les personnes, c’est surtout appliquer un plan d’actions ou les seules statistiques officielles concernant la délinquance ne doivent être le miroir aux alouettes de la situation réelle.
A force de déclamer, sur la même gamme, les baisses perpétuelles de ces chiffres, on se demanderait presque si tous las agathois ne vivent pas avec des ailes d’anges et une auréole au dessus de la tête.

Alors, ne vous y trompez pas, Je suis le premier à féliciter le travail accomplis par les policiers Nationaux et Communaux et qui se traduis par la baisse des chiffres de la délinquance identique sur l’ensemble des villes du département, cependant, après vous avoir rencontré et écouté durant ses nombreux mois, je sais que beaucoup d’entre vous ressente un sentiment profond d’incivilité et notamment au centre ville.
C’est pourquoi nos efforts en matières de sécurité devront être ciblés sur un plan d’actions global, axé sur la prévention, la dissuasion et la lutte contre les incivilités, tenant compte des spécificités saisonnières et des différents quartiers . Ce plan d’action s’appuiera principalement sur l’instauration d’une  véritable police de proximité agrémentée d’un service d’agent de liaison de quartier ainsi que d’une équipe cynophile.

C’est dans la quiétude que doivent vivre nos aînés, chaque année plus nombreux, parmi nous du fait l’augmentation de l’espérance de vie tout autant que de la qualité de notre climat méditerranéen.
Il faut donc entreprendre une véritable politique de l’Age d’Or avec la construction d’une maison spécialement adaptée à leurs besoins.
Il nous faut également mettre en oeuvre sans délais des structures spécifiques en faveur des handicapés et des personnes à mobilité réduite.
Comme vous l’a présenter Anne Marie, Une maison de retraite digne de ce nom est indispensable a une ville de 25 000 habitants.

Aujourd’hui nos aînés, au travers de cette carence, vivent parfois à vias, pour les plus chanceux mais bien souvent au-delà à Pézenas, à Montpellier,  ou même à Nîmes. Ce n’est pas admissible. Au lieu de vendre des terrains a des promoteurs, une priorité sera faite a ceux qui souhaiteront investir dans des structures d’accueil à destination de nos seniors.
Et puis, Nous nous battrons pour que notre hôpital soit reconnu comme un pôle départementale de la lutte de la maladie d’Alzheimer. Ce service, actuellement présent sur l’hôpital, est fermé par manque de moyen matériel et humain. Cela doit être une priorité pour le devenir et la pérennité de notre hôpital, et cela le sera.

Cette solidarité a destination de toutes les composantes de notre ville passera par l’accès au logement et surtout à la propriété.
En effet , il est temps de penser a ce que les jeunes agathois puissent  trouver des logements financièrement accessibles afin de pouvoir vivre dans la ville qui les a vu grandir.
Sans logement, il n’y aura plus de renouvellement intergénérationnel et la ville deviendra une cité dortoir.
L’ordre des priorités n’est pas de brader le patrimoine foncier de la commune, au travers de mercantile échange clientéliste avec les promoteurs, mais de servir les intérêts  commun, bien sur, mais avant tout, des agathois qui souhaitent demeurer auprès des leurs.
Il faut également proposer  des possibilités d’emploi à cette jeunesse. Des emplois pérennes, des emplois à l’année.
Trop d’emplois agathois sont saisonniers et ne peuvent permettre une vie décente à cette jeunesse agathoise.
La municipalité ne peut bien évidemment proposer elle même ces emplois, mais elle doit trouver les pistes qui  permettront l’installation d’entreprise compatibles avec notre environnement et une orientation non industrielle des sites.

 N’oublions pas que notre ville, jusqu’à son blason ornée de trois vagues successives représentant le fleuve , le canal et la mer ; Agde : Est une ville d’eau .
Nous favoriserons la mise en place d’un Aquapôle afin d’implanter des entreprises des métiers de l’eau.
Concomitamment à cette réalisation, nous  créerons un  pôle de formation  qui regroupera  un DUT Génie de l’ environnement , un  BTS des métiers de l’eau et un BTS du Tourisme qui permettront à ces jeunes, issus de ce site de formation, d’avoir accès a des emplois stables et de pouvoir enfin vivre décemment sur notre commune.

Mais, pour que cette jeunesse et l’ensemble de la population s’épanouissent, il est primordial qu’Agde sorte du désert culturel dans lequel il est plongé. Il est temps d’harmoniser une programmation basée sur une offre culturelle densifiée, repartie tout au long de l’année et dont le plus bel emblème sera la salle de concert, dotée de studio d’enregistrement, aménagée sur le site de l’ancienne cave coopérative.

Mais si la culture peut être d’avant garde, avec cette création de salle de concert, elle doit aussi se tourner sur son passé et sur le  patrimoine  que les  générations précédentes nous ont légué !  Un patrimoine exceptionnel et inestimable : l’âme de notre cité, nos racines et la mémoire collective que  nous puisons depuis des  siècles d’histoire et qui a  façonné notre ville. Il nous faut réhabiliter le cœur de Ville. ce n’est plus aujourd’hui une nécessité : C’est une urgence, car la chaîne de transmission est rompue et notre patrimoine est en danger !

Il n’y a pas de fatalité, avec de la volonté, du cœur et beaucoup d’énergie, nous pouvons encore sauver le centre ville et lui redonner tout son éclat et toute sa vitalité !

Ce soir, je m’engage solennellement, avec toute l’équipe “Agde à Venir” et notamment Hélène Pascual, qui sera la première des personnes sur laquelle je m’appuierais pour mener à bien notre action municipale.

Avec elle donc, et toute mon équipe, nous prendrons ce problème majeur à bras le corps et mettrons en œuvre, de toute urgence, une politique de protection et de réhabilitation du centre historique.
Nous  renégocierons le contrat par lequel la municipalité a abandonné le droit de préemption à une société d’économie mixte qui achète et revend notre patrimoine  avec une logique financière de société privée.
Nous redonnerons une priorité à la propreté afin de rendre salubre et sain notre cœur de Ville.

Nous aménagerons les horaires d’ouverture du  poste de police du bas de la rue Jean Roger afin que ce dernier soit ouvert 24 H sur 24 afin de lutter efficacement contre les incivilités.

Parce qu’il est impératif  de redynamiser l’économie touristique et patrimoniale du cœur de ville, nous mettrons en place, au bassin rond,  un port fluvial qui  y trouvera toute sa place au travers de son emprise directe sur le canal du midi classé au patrimoine mondial de l’ Unesco.

Ce projet que beaucoup nous envie sans jamais l’égaler, drainera avec lui les 35 000 plaisanciers  qui naviguent, chaque année, sur le canal du midi, sans pouvoir y faire de halte .
Le centre ville sera doté ainsi de l’apport d’un clientèle internationale à haut pouvoir d’achat.
Cet emplacement offre une multitude d’autres avantages, dont celui de participer activement, à la création de centaines d’emplois direct ou indirects pour la ville d’Agde tout en bénéficiant, en sa qualité d’équipent touristique, de larges subventions des collectivités territoriales, de l’état et de l’Europe.

Agde a besoin également de retrouver une attractivité événementielle qui allie la tradition, la culture et l’animation.
C’est  pourquoi nous redonnerons à notre fête locale du  premier week-end  d’août, tous les fastes d’antan afin que cette fête traditionnelle  retrouve,  avec comme point d’orgue le tournoi de joutes du trophée du Languedoc, sa liesse populaire réunissant ainsi agathois et visiteurs, afin que notre vieille ville d’Agde retrouve les valeurs de son hymne, celui de la fière cité…
 
Pour mener à bien cette politique d’envergure pour Agde,  j’ai souhaité rassembler, au delà des sensibilités de chacun, les compétences de tous, pour proposer une alternative crédible à notre ville.
A ce propos et parce que je souhaite être en toute transparence avec vous, je tiens à vous dire que je ne suis inféodé à aucun parti politique. Je suis de sensibilité humaniste, c’est vrai, mais j’ai décidé, avant tout, d’être au service de ma ville. Et ce dont je suis le plus heureux ce soir, c’est d’être entouré par des personnes de sensibilité différente, des centristes, des libéraux, qui ont, eux aussi, compris que la seule politique efficace pour notre ville c’était la politique Citoyenne, celle du dialogue, celle de l’échange, celle de la construction. La seule capable de donner l‘énergie nécessaire au développement de cette cité.
Parce que nous avons choisi d’être dans une logique de personnes  engagées pour Agde, pour le Cap d’Agde, pour le Grau d’Agde … parce que nous sommes en dehors de la  logique des partis, nous avons à cœur de construire un avenir harmonieux pour chaque Agathoise et chaque Agathois.

Et cette majorité de personne qui, comme la plupart d’entre vous, sont non inscrits  à des partis politiques ou plutôt, qui sont tous inscrits  sous la même bannière, ont compris, avant tout , que pour notre ville, le seul parti qui devait être mis en avant :  C’est celui d‘Agde.

Et à l’écoute des témoignages qui m’ont précédé, vous aurez constaté que notre diversité n’est  pas seulement politique ou philosophique, elle est aussi  social. Il y a parmi nos représentants, des personnes illustrant la grande majorité sociale des agathois: des commerçants et des professions libérales,  des employés de commerces, des pêcheurs , des salariés du public et des retraités.
Ces compétences, fédérées dans une même action, dans un même élan,  autour d’un même projet,  seront,  demain, si vous le souhaitez, complémentaires pour tirer ensemble l’Agde  à Venir que nous voulons vous proposer.

Comme vous pouvez le constater, notre programme est loin d’être démagogique. Il ne détruit rien. Aujourd’hui, cette volonté et toute cette énergie, je suis déterminé à la mettre au service des Agathoises et des  Agathois.

Entourés de toutes ces personnes qui font notre Ville, qui respirent notre Ville , nous oeuvrerons de toutes nos forces au développement économique, patrimonial et touristique … de cette cité..

Ce qui va se passer dans quelques jours ne dépend pas de moi, il dépend de chacun d’entre vous, individuellement et collectivement, parce que vous serez les porteurs de ce message d’espoir que vous saurez faire partager, d’ici dimanche, au plus grand nombre d’entre nous …

Je ne vous demande pas d’être des spectateurs assidus.
Je vous demande d’être des acteurs engagés.
Il s’agit de votre ville, il s’agit de l’avenir de vos enfants.

Si vous le voulez, ensemble, nous renverserons le conformisme et l’immobilisme.
Si vous le voulez, ensemble, ce que vous croyiez impossible hier, va devenir possible aujourd’hui.
Si vous le voulez, ensemble, nous ferons triompher le rassemblement et le renouveau.
Ce sera avant tout, pour nous tous et ensemble .. une victoire ..   Cette victoire sera  la victoire d’Agde …  
Cette victoire  sera  la victoire de toutes les Agathoises et de tous les Agathois.

Cette victoire ce sera la vôtre

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.