Mobilité : les salariés tributaires de leur voiture pour aller travailler

Selon une récente étude de l’Insee, les salariés utilisent en majorité leur voiture pour se rendre au travail. La capitale et ses départements limitrophes sont l’exception, puisque les transports en commun restent le moyen privilégié. Les cadres et les employés sont également moins dépendants de leur voiture.

La voiture individuelle reste « la » solution pour se rendre au travail. Sachant que la taxation des carburants a été le déclencheur de la crise des Gilets jaunes, une étude de l’Insee, publiée le 13 février, apporte un éclairage sur ce sujet sensible.

Parmi les 23,2 millions de salariés habitant et travaillant en France (hors Mayotte), 70 % utilisent majoritairement leur voiture pour aller travailler. Loin derrière, seulement 16 % empruntent régulièrement les transports en commun, 7 % marchent à pied et 4 % utilisent des deux-roues, motorisés ou non. Et 3 % n’ont pas besoin de se déplacer afin d’exercer leur activité professionnelle.

La voiture, principal mode de transport dans les régions

En Île-de-France, les habitants de Paris et de la petite couronne privilégient les transports en commun. En effet, ils sont seulement 22 % à utiliser la voiture, contre 57 % pour le reste du territoire. En province, parmi les villes situées au centre des pôles des aires urbaines de plus de 400 000 habitants, Lyon est la seule où les salariés sont plus nombreux à se déplacer en transports en commun qu’en voiture. En 2015, ils étaient près de 41 % à y avoir recours, tandis que 35 % utilisent la voiture. Quant aux autres villes-centres, la voiture est véritablement le mode de transport le plus utilisé. Mais Grenoble, Strasbourg et Bordeaux sont les trois villes où l’usage du vélo pour se rendre sur son lieu d’activité s’est bien installé, note l’Insee, et Lille se place derrière Lyon pour les transports en commun. Enfin, observe sans surprise l’Institut de statistique, plus on s’éloigne des villes-centres et plus la part de la voiture augmente et celle des transports en commun diminue. Dans les territoires les plus ruraux, huit salariés sur dix prennent le volant pour aller travailler, comme dans le Cantal, la Creuse, la Vendée ou le Gers, par exemple.

La distance n’est pas un critère de choix

Autre constat, 7,5 millions de personnes (soit un tiers des salariés) vivent et travaillent dans la même commune. Dans la moitié des cas, le trajet domicile-travail s’effectue quand même en voiture. Suit après la marche à pied, qui représente le deuxième mode de déplacement (18 %), devant les transports collectifs (16 %). Quand les salariés doivent quitter leur commune de résidence pour aller travailler, la part de la voiture augmente nettement, soit 47 % pour les Franciliens et 89 % sur le reste du territoire. En 2015, ils étaient 3,3 millions de personnes, donc 14 % des salariés, à utiliser chaque jour leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail, situé à plus de 25 kilomètres de leur domicile.

Les cadres et employés moins dépendants de leur voiture

Concernant les différentes catégories professionnelles, les cadres et les employés utilisent moins la voiture, avec respectivement 63 % et 65 %, contre 75 % pour les professions intermédiaires et plus des trois quarts des ouvriers (78 %). Les raisons qui expliquent cette situation sont très différentes et sont corrélées à la fois à la proximité entre le lieu de travail et la commune de résidence ainsi que la zone géographique du lieu de travail, comme les grands pôles, mieux des- servis par les transports en commun.

Romain MILLET et B.L.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.