Montpellier : Avocats et Legal tech ou comment innover dans les services digitaux et le Droit

Hérault Tribune Pro Reportage

Vendredi 25 juin 2021, s’est tenue dans la Maison des Avocats une journée de l’innovation autour des Legal tech. Elle était co organisée par le Barreau de Montpellier sous l’impulsion de son bâtonnier en exercice Nicolas Bedel de Buzareingues, de l’Incubateur du Barreau de Montpellier (IDBM) présidé par Mélanie Parnot, et d’Avotech, l’association nationale des avocats ayant créé des Legal tech.

Quatre tables rondes sur les thèmes incontournables de la transformation de la profession d’avocat ont animé cette journée. Chaque table ronde était composée d’un modérateur, de 2 à 3 avocats Avotech et d’un avocat montpelliérain qui a engagé une démarche d’innovation.

Des avocats montpelliérains impliqués

A l’exemple des Montpelliérains David Guyon qui a cofondé Click and Requête, Mélanie Parnot avec Droits Quotidiens et Corinne Ferrer pour Ink Avocat projet qui a été primé par le concours des projets innovants lors de  la convention nationale des Barreaux en décembre 2020. D’autres projets sont en cours de développement par les avocats de Montpellier. Les tables rondes ont été retransmise en direct sur la [nouvelle] page Facebook du Barreau de Montpellier : https://fb.watch/6rV-pedf7A/

Journee legal tech 2021
© IDBM, E. Manonviller

Une démarche innovation indispensable

Le Bâtonnier Nicolas Bedel de Buzareingues a assisté à l’intégralité de l’évènement afin de mieux comprendre la démarche d’innovation et impliquer l’Ordre des avocats dans cette démarche. Il est apparu au fil des échanges qu’un rapprochement du Barreau avec l’écosystème d’innovation montpelliérain est indispensable. Le travail de l’incubateur du Barreau est déjà bien avancé à ce sujet. Pour la prochaine édition, des stands de la French Tech Montpellier permettront de mieux croiser encore les expériences. 

Journee legal tech 2021 B
© IDBM, E. Manonviller

Cette journée est l’illustration même de la nouvelle convergence des avocats vers un objectif commun : réussir la transformation numérique de notre profession, en lien avec les instances, les ordres, les incubateurs qui expliquent et promeuvent les solutions innovantes, pendant que des associations, comme Avotech, tentent de créer les outils de l’exercice professionnel de demain.

Avotech, l’exemple pionnier

A l’occasion du discours d’ouverture et de présentation d’Avotech, Mathieu Davy, avocat au barreau de Paris, fondateur de Call a lawyer et président d’Avotech qu’il préside depuis plus de 4 ans maintenant a présenté l’intérêt de regrouper les forces vives de la Legal tech : “ Notre association est tout simplement la première association d’avocats créateurs de legal tech, elle regroupe plus de 60 membres sur 15 barreaux différents. ” Selon Mathieu Davy, il n’existe aucune association comparable en France, et même à l’étranger. Pour preuve dit-il : “ Nous accueillons des confrères de Belgique et d’Espagne qui interviendront d’ailleurs tous deux sur la table ronde consacrée au Legal design. Nous discutons avec des confrères du monde entier, d’Afrique, de Colombie, du Japon et même de Suisse ”.

L’ADN d’AvoTech est donc de regrouper des confrères avocats qui font le pari, à côté de leurs cabinet, de se lancer dans l’entrepreneuriat digital. Elle est portée par un vent favorable depuis que les décrets Macron de 2016 ont levé une incompatibilité d’exercice des avocats, à savoir : permettre à un avocat de créer et diriger une activité commerciale, dès lors que connexe et accessoire à l’exercice d’avocat, modifiant ainsi le fameux article 111 du RNIB.

Les Legal tech font donc partie et ont même été implicitement visées par cette réforme. “ Cette réforme nous permet de créer par nous-mêmes, nos propres outils et services d’accès au droit et aux avocats en ligne, et non plus de subir la concurrence des non avocats très actif sur ce secteur d’innovation… ceci, pour apporter davantage de professionnalisme, de régulation, de déontologie, au service de nos clients ” confirme le président d’Avotech qui est hébergée par le CNB (Conseil Nationale des Barreaux) et travaille avec les incubateurs de barreaux, comme celui de Montpellier. 

journee legal tech avocatech
© IDBM, E. Manonviller

4 tables rondes pour le futur

Les 4 tables rondes d’une heure chacune environ, animées par un modérateur questionnant des intervenants tous avocats créateurs de legal tech, ont permis d’apporter petites connaissances et expériences, sur différentes thématiques.

Table ronde 1 animée par l’avocat montpelliérain François Giraud, également président d’ACE Montpellier : les legatech, des outils pour l’exercice des avocats ou comment explorer les outils innovants nous permettant de mieux exercer notre profession au quotidien

Table ronde 2 : les Legal tech, des outils pour développer sa clientèle ou comment ces nouveaux services numériques peuvent aider les avocats à capter plus de dossiers, à reconquérir la clientèle. 

Table ronde 3 : Connaissez-vous le legal design ? Ewa Kaluzinska, membre de l’incubateur de Montpellier, et ses intervenants référents en la matière, ont abordé et argumenté cette évolution digitale et son importance.

Table ronde 4 : les Legal tech, des outils innovants pour optimiser son cabinet. Simon de Charentenay, innovateur bien connu de l’écosystème start-up de Montpellier, a interrogé des experts de l’intelligence artificielle et de la blockchain. Ils ont fait part des avancées technologiques de l’I.A. au profit des Legal tech.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.