Montpellier : la chambre régionale des comptes s'inquiète du projet d'extension de la Clinique Beau Soleil

La Chambre régionale des comptes d'Occitanie vient de rendre public son rapport d'observations définitives sur la gestion (2016-2019) de la clinique mutualiste montpelliéraine.

La clinique médico-chirurgicale polyvalente Beau Soleil, ouverte à Montpellier en 1935, a été la première clinique mutualiste de France. Il s’agit d’un établissement de santé privé à but non lucratif, reconnu d’intérêt collectif et habilité à assurer le service public hospitalier.

Du fait du transfert récent de deux autres établissements de santé (Saint-Jean et Saint-Roch) vers des quartiers ou communes périphériques, la clinique Beau Soleil est devenue l’établissement de soins le plus
proche du centre-ville de Montpellier disposant d’un service d’urgences. C’est en chirurgie qu’elle détient les parts de marché les plus importantes, avec une activité concentrée sur certains actes : les endoscopies,
la chirurgie digestive, stomatologique et urologique. A noter : les actes y sont assurés sans dépassement d’honoraires et sans reste à charge pour les patients adhérents à une mutuelle.

58,5 M€ d’ivestissements

Mais ce qui a suscité l’intérêt de la Chambre régionale des comptes, est bien le projet d’extension de la clinique pour devenir un ” institut mutualiste “. Le programme prévoit la réhabilitation du site historique de la clinique (12 500 m²) et une extension de 4 536 m² sur une emprise foncière contiguë. Son coût est évalué à 58,5 M€. Pour la chambre, ce projet, qui va notamment moderniser les modalités de consultations et d’hébergement, se fonde sur des perspectives de forte croissance de l’activité.

Or, souligne-t-elle, le contexte semble peu propice à ce type d’investissements lourds. L’établissement a traversé d’importantes difficultés organisationnelles et managériales, analyse la chambre, qui précise : ” Le contrôle interne, peu formalisé, n’a pas donné une visibilité suffisante sur les principales difficultés, les mesures prises et leur suivi. Les relations entre la communauté médicale et la direction générale se sont dégradées en 2019 et un nouveau directeur a été nommé. Malgré de nombreux atouts, la situation financière est précaire.

Forte progression des charges de gestion

Des difficultés d’activités médicales ont dégradé ses résultats en 2016 et le rétablissement opéré en 2017 et 2018 reste non abouti et fragile, juge la chambre régionale. Conséquence : ” la clinique, qui ne disposait pas elle-même des fonds nécessaires, s’est appuyée sur les importantes capacités de financement de son groupe d’appartenance, lui-même adossé à un groupe national relevant du secteur des assurances. “ écrit l’institution de contrôle.

La Chambre régionale prévoit même que la réalisation de ce projet devrait avoir un fort impact sur les équilibres d’exploitation et, par conséquent, sur les résultats. Les charges de gestion devraient évoluer de 49,1 M€ aujourd’hui à 61,2 M€ en 2027.

Une progression des produits

La clinique prévoit, en contrepartie, une progression au moins équivalente des produits afin de garantir sur l’ensemble de la période 2018-2027, un résultat comptable positif, nous dit le rapport de la chambre, qui indique : ” Cette prévision de progression des produits (+ 14,4 M€) est fondée exclusivement sur la progression des produits versés par l’assurance maladie (+ 15,5 M€). La contribution des autres recettes, telles que la majoration de la chambre particulière (0,48 M€) et les quotes-parts de subvention d’investissement (groupe « Languedoc mutualité » et fonds national de soutien aux actions mutualistes) reprises au résultat (0,49 M€) serait plus limitée. “

Toutefois, ” le schéma de recrutement de sa patientèle n’est pas performant “, assure la chambre et la coordination de ses spécialités, tant pour l’orientation des patients que pour l’organisation du bloc opératoire, doivent être améliorées. Dans l’immédiat, la chambre constate que le rétablissement de l’exploitation, impacté en 2019 par un déficit supérieur à 4 % des produits, n’est pas abouti. ” L’exercice 2019 a marqué un décalage avec la prospective élaborée pour 2018-2027. Cette situation pourrait être accentuée en 2020, par les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité “, conclut le rapport de la Chambre régionale des comptes.

Dans sa réponse, la direction de l’établissement de soins indique avoir pris note du contenu du rapport et précise que l’Union Languedoc Mutualité a fait l’objet d’un changement de dénomination pour devenir Aésio Santé Méditerranée suite à l’absorption par fusion l’Union Eovi Réalisations Mutualistes et l’Union Mutualiste catalane.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.