Montpellier lance en grande pompe sa candidature pour être Capitale européenne de la culture 2028, avec l'appui des territoires voisins

Reportage

Jeudi 31 mars 2022 a été officialisée la candidature de Montpellier pour être désignée Capitale européenne de la culture 2028. Nombreuses étaient les personnalités politiques, artistiques et culturelles invitées à la présentation, qui s'est déroulée à l'opéra Comédie.

Photo © Virginie Moreau

Les atouts de Montpellier et son territoire

L’idée avancée par le maire de Montpellier et président de la Métropole, Michaël Delafosse, est de “construire ensemble cette candidature autour d’un archipel de territoires unis, aux nombreuses compétences et aux atouts indéniables”. Il a annoncé qu’une association serait mise en place pour accueillir celles et ceux qui voudront apporter leurs idées et leur contribution à cette candidature : entreprises, professionnels du tourisme, artistes, associations…

La façade d'entrée du Musée Fabre à Montpellier.
Le Musée Fabre © archives Hérault Tribune

Selon lui, Montpellier bénéficie d’un héritage historique, artistique et culturel, et d’un patrimoine remarquable. Il a rappelé qu’à la fin des années 70, Montpellier a été une ville pionnière en matière de décentralisation culturelle, se dotant de festivals à rayonnement national, d’établissements muséaux et de médiathèques. “Des dizaines de milliers d’artistes se sont exprimés ici”, a-t-il relevé.

michael delafosse
Michaël Delafosse © Virginie Moreau

Montpellier est une ville accueillante pour les artistes mais aussi pour les peuples en difficulté (Afghans, Ukrainiens…) et jumelée avec des villes européennes, dont Palerme et Heidelberg, deux villes dont les maires ont apporté leur appui à la candidature montpelliéraine pour devenir Capitale européenne de la culture 2028. Le maire met en avant l’esprit de fraternité qui caractérise Montpellier.

campus creatif projet
Le campus créatif

Autre atout de Montpellier, l’innovation, au travers de ses Industries Culturelles et Créatives (ICC), qui trouvent leur point d’orgue à la Cité Créative (ex-EAI) où le Campus Créatif abrite des écoles spécialisées : l’ESMA, qui forme aux arts appliqués : design graphique, design d’espace, cinéma d’animation 3D et effets spéciaux ; l’ETPA, qui forme les étudiants à créer les jeux vidéo de demain ; l’IPESAA, école d’arts appliqués formant à l’illustration et au concept art ; et CinéCréatis, école de cinéma destinée à former les futurs réalisateurs, monteurs, assistants de production, spécialistes en effets spéciaux… Des entreprises clés des ICC sont implantées dans la Métropole de Montpellier, dont Ubisoft (1995), Netia (2004), Plug In Digital (2017), France TV Studios (2018), Fortiche Prod (2020) ou encore Supamonks (2021).

Une marraine et un directeur artistique nommés

La mezzo soprano Adèle Charvet, ambassadrice de la candidature

adele charvet ok
Adèle Charvet © Virginie Moreau

La mezzo soprano montpelliéraine Adèle Charvet a été choisie par les maires de Montpellier et Sète pour être la marraine et ambassadrice de cette candidature. “Elle symbolise l’excellence artistique, une curiosité toujours en éveil. Ses voyages professionnels la font se produire dans toute l’Europe. De plus, Adèle Charvet a des liens familiaux et artistiques très forts avec Montpellier. Elle sera une formidable porte-parole de notre candidature”, a affirmé Michaël Delafosse.

Sur la scène de l’opéra Comédie, Adèle Charvet a retracé l’ancrage montpelliérain de sa famille, entre son arrière-grand-mère Madeleine Attal qui a fondé la radio France Bleu Hérault, son grand-père, le poète Frédéric Jacques Temple, et son père qui a codirigé quelque temps le Festival Radio France. Elle a rappelé que Montpellier est une ville “ouverte aux échanges, de par sa position, un melting pot où se brassent les mœurs et les esprits, enracinée dans le Sud, tournée vers l’Europe”. En tant que mezzo soprano, elle défend un répertoire résolument européen, chante en allemand, espagnol, italien, et évoque “la musique, langage universel, sans frontières”. Selon elle, la culture doit cimenter un peuple, le peuple européen. Elle estime que cette candidature de Montpellier, ville locale et internationale, va “créer du lien à tous les âges, transformer la ville, en repensant ce qui existe déjà. C’est une aventure collective avec et pour les artistes, les collectifs, les citoyens, et une chance pour les enfants”. Elle a fini son intervention en citant le poème Une après-midi au Jardin des Plantes de son grand-père, Frédéric-Jacques Temple.

Nicolas Dubourg, directeur artistique de la candidature

nicolas dubourg ok
Nicolas Dubourg © Virginie Moreau

Nicolas Dubourg, directeur du Théâtre La vignette, a été nommé directeur artistique de la candidature de Montpellier Capitale européenne de la culture 2028. Il invite à “inventer le commun des hommes, transformer, accueillir, replacer la jeunesse au cœur des projets, se positionner dans l’Europe, et créer un nouveau chapitre de la conception culturelle”. Pour cela il faudra selon lui “construire le collectif, interroger la notion d’autorité, laisser éclore un désir commun sur cette terre en archipel”. Il a rappelé que “la pandémie a accentué les fractures culturelles et sociales, accentué le repli sur soi, coupé la population de sa culture et de son héritage”. “Par le partage et la création”, il veut “redonner accès à l’art pour le public et les artistes, faire une place à l’art dans la vie de chacun, le démocratiser, le protéger partout où il naît”. Il indique qu’accueillir des artistes et des œuvres ne va pas de soi, notamment dans les pays totalitaires ou soumis à la guerre, et évoque l’Ukraine.

Sur le plan pratique, Nicolas Dubourg indique qu’une équipe artistique va peu à peu se constituer autour de la candidature montpelliéraine. “Elle partira de notre pluralité et multitude, et sera l’occasion de renforcer les liens, d’en créer, de construire notre territoire culturel”, car, il l’assure : “il n’y a pas d’autre poésie que l’action réelle”.

La candidature d’un territoire uni

Un territoire qui s’étend au-delà de Montpellier

Carole Delga pour la Région Occitanie, Kleber Mesquida pour le Département de l’Hérault et 6 agglomérations héraultaises se sont engagés à soutenir cette candidature montpelliéraine. En face, les villes d’Amiens, Rouen, Bastia, Clermont-Ferrand ou encore Nice sont en lice.

Les personnalités de la candidature Montpellier Capitale européenne de la culture 2028 © Ludovic Séverac / Montpellier3M
Les personnalités de la candidature Montpellier Capitale européenne de la culture 2028 © Ludovic Séverac / Montpellier3M

Lors de la présentation du jeudi 31 mars, le maire de Montpellier et président de la Métropole Michaël Delafosse était accompagné du maire de Sète et président de Sète Agglopole Méditerranée, François Commeinhes, et de nombreux présidents des agglomérations avoisinantes, dont Jean-François Soto pour la Vallée de l’Hérault, Alain Barbe pour le Grand Pic Saint-Loup et Gilles d’Ettore pour Hérault Méditerranée. On a relevé l’absence de Pierre Soujol, président du Pays de Lunel, auquel Michaël Delafosse a souhaité un prompt rétablissement. Tous ces territoires sont parties prenantes de la candidature.

Les atouts d’un territoire élargi

Michaël Delafosse a listé les nombreux atouts culturels des agglomérations environnantes : “l’Ile Singulière a le visage d’un vivre ensemble heureux et solaire, elle semble née d’un rêve d’artiste”. Il a rappelé que Sète compte de nombreux ateliers d’artistes, et que de grands peintres y sont établis, à commencer par le grand Pierre Soulages ou encore Robert Combas (qui a exprimé son soutien en vidéo). Le territoire agathois dispose d’une ville aux origines grecques avec Agde, la perle noire, le Piscénois a accueilli Boby Lapointe et avant lui Molière. La Vallée de l’Hérault dispose d’un magnifique patrimoine avec la tour de l’Horloge et la tour Sarrazine, ou encore Notre-Dame de Grâce. Le Grand Pic Saint-Loup inspire les peintres, comme Vincent Bioulès. Et Lunel fut une sorte de Jérusalem médiévale, dont l’école de médecine eut une influence considérable sur l’université de médecine de Montpellier…

Calendrier de la candidature

Début avril, une concertation sera ouverte en ligne pour contribuer à la candidature ; en mai, des ateliers seront organisés avec des acteurs culturels. Début juin, un appel à projets sera publié pour construire la programmation de la candidature. Cet été, des événements culturels, concerts, expositions, festivals et performances se succéderont autour de cette candidature, pour rassembler la population autour de la culture. A l’automne 2022, un événement artistique permettra de présenter les grands projets émis autour de cette candidature.

Informations pratiques

L’évolution de la candidature peut être suivie sur les réseaux sociaux sur @Montpellier2028.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.