Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Montpellier, quartiers apaisés : la ville et les riverains réfléchissent à l'avenir des Arceaux

Avec le dispositif quartiers apaisés, la ville de Montpellier invite les riverains à plancher sur l'avenir de leur quartier. Une première étape a concerné celui des Arceaux.

« Quartiers Apaisés » prend la forme d’un groupe de travail « habitants ». Hier soir, les habitants volontaires du quartier des Arceaux ont participé au premier groupe de travail de ce type lancé par la municipalité Delafosse. Ainsi des représentants des établissements scolaires et des parents d’élèves, des commerçants, des associations du quartier, ont participé à la réflexion sur l’aménagement et le partage apaisés de l’espace public, en présence de deux élus : Boris Bellanger, adjoint de quartier, et Séverine Saint-Martin, adjointe au renouveau démocratique.

montpellier quartier apaise arceaux

Des balades “expertises”

Une quarantaine d’habitants volontaires avaient fait acte de candidature, lors du lancement officiel du dispositif le 12 mai dernier. Ces groupes de travail s’ouvriront toujours de la même manière, à savoir une balade dans le quartier pour s’imprégner de l’existant. Pour le quartier des Arceaux, hier, c’est Jean-Pierre Charbonneau, urbaniste, et des ingénieurs de la Ville et de la Métropole, qui ont joué les guides, à l’écoute des propositions des habitants. Puis, des rapporteurs choisis parmi les habitants ont fait part au groupe des remarques des «co-baladeurs». Les propositions ainsi mises en commun ont été partagées, synthétisées, dessinées. Elles serviront de socle à la réflexion ultérieure pour les futurs aménagements.

quartier apaise arceaux montpellier 2

La ville à hauteur d’enfant

Les échanges entre habitants vont ainsi se poursuivre sur cette base jusqu’au prochain rendez-vous de travail en plénière. Pour Michaël Delafosse, le maire de Montpellier : “l’expertise citoyenne dans notre action est un vrai gage de son efficacité et de sa pertinence. Notre mandat sera celui du renouveau démocratique, pour une ville plus belle et plus juste, pour une ville vécue à hauteur d’enfant.”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Toujours des places de stationnement en moins y compris pour les résidents sans garage. Je comprends l’intérêt d’avoir une ville sans voitures mais les habitants de la périphérie sont de fait exclus. Les habitant du centre Hérault (1/2h de Montpellier) qui doivent se garer à la Paillade, prendre le tram (1h jusqu’au centre) soit 3h dans les transports pour une journée ou une demi journée dans le centre ville ne viennent plus au centre qui est devenu fort agréable il est vrai sans tous ces gens qui vont vers les zones d’accès facile (Odysséum…), vu le prix des parkings.
    Le centre ville aux gens du centre ville. Si l’accès aux petites villes de la périphérie était aussi cher et compliqué pour les Montpelliérains….Le tram est peut-être adapté aux montpelliérains mais pas aux gens qui viennent ponctuellement. La piétonnisation a un goût amer d’exclusion mais semble bien répondre à des intérêts électoraux que les élus des grandes villes ont bien compris. Après avoir dû migrer vers la périphérie faute de moyens pour vivre en centre ville voilà qu’on nous en refuse l’accès. La boucle est bouclée. C’est bien dommage pour le vivre ensemble. Vive le vivre entre soi! Et ne venez pas prendre nos campagnes d’assault par peur de la Covid!

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.