Montpellier : revivre le procès de Baudelaire en direct à la Nuit du Droit

Hérault Tribune Pro Reportage

La Nuit du Droit offre l'opportunité au public de passer les portes de la cour d'appel pour une grande soirée de célébration de la justice. Au programme, un grand procès de l'histoire et de la littérature revisité, un procès fictif et des lectures théâtralisées de plaidoiries marquantes, sans oublier des rencontres avec les métiers du droit.

Photo © Virginie Moreau

La Nuit du Droit, créée le 4 octobre 2017 au niveau national par le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, pour célébrer l’anniversaire de la Constitution de la Ve République, est organisée pour la première fois à Montpellier par les professions juridiques et judiciaires réunies. Main dans la main, elles ont décidé de se saisir de la possibilité de rapprocher le milieu juridique et judiciaire du grand public, alors qu’en général, les personnes qui entrent dans un tribunal ne le font jamais de gaieté de cœur. Cet événement, qui se déroulera à la cour d’appel de Montpellier, sera axé sur l’histoire de la liberté d’expression.

“Entrouvrir la robe austère de la justice”

Selon le bâtonnier Maxime Rosier, l’objectif est d’ “entrouvrir la robe austère de la justice”, sans toutefois totalement la désacraliser. Pour sa part, Iris Christol, vice-bâtonnier du barreau de Montpellier, estime que la Nuit du Droit interviendra en “défense de l’audience, malmenée aujourd’hui. C’est un temps partagé, une expérience partagée dont personne ne ressort indemne, un rituel de pacification judiciaire, l’un des grands moments où l’on pratique encore la démocratie”.

Pour elle, cette soirée sera “une histoire de robes. [Il s’agira] de revêtir les habits physiques et psychiques de l’autre, puisque des magistrats auront l’occasion de jouer le rôle d’avocats, et inversement”. Ils pourront ainsi “se mettre à la place les uns des autres”, un exercice salutaire.

Deux procès

Les curieux et passionnés de procès seront ravis, eux qui pourront assister à une reconstitution des réquisitoires du procureur général Ernest Pinard (interprété par Gérard Christol, doyen de l’ordre des avocats) et de la défense (assurée, une fois n’est pas coutume, par le premier président de la cour d’appel de Montpellier, Tristan Gervais de Lafond) du poète Charles Baudelaire et de son éditeur, accusés d’attenter à la morale publique et aux bonnes mœurs dans l’ouvrage Les Fleurs du Mal. Un procès retentissant de 1857 qui fit beaucoup parler de lui.

Un autre procès, fictif celui-ci, du tribunal administratif, sera l’occasion pour le public de délibérer et de rendre son verdict. “Une petite affaire banale, pittoresque et drôle” [où] “il sera question de la liberté de conscience et de la dignité de la personne humaine” selon Denis Besle, président du tribunal administratif de Montpellier, qui n’a pas voulu en révéler plus afin de susciter l’envie. Il souligne : “Il y a tous les jours de petits procès qui permettent de protéger des droits fondamentaux”.

Des lectures théâtralisées

Des lectures théâtralisées de plaidoiries marquantes seront l’occasion d’entendre un discours de Robert Badinter, la plaidoirie de la grande avocate Gisèle Halimi concernant un avortement illégal dans le fameux procès de Bobigny, sans oublier le jugement du rappeur Orelsan, pour une chanson au contenu controversé incitant à perpétrer des violences contre les femmes…

Une exposition photographique

Les visiteurs auront sans doute le regard attiré par des panneaux photographiques, exposés “en avant-première de l’exposition sur les avocats organisée à partir de décembre à l’Espace Dominique-Bagouet, à l’initiative du bâtonnier Bedel de Buzareingues”, explique Me Iris Christol. Il y sera question des difficultés qu’ont eues les femmes à accéder à la profession d’avocat au début du XXe siècle et des grands combats judiciaires vus par l’avocat.

Enfin, le public pourra rencontrer des professionnels du droit à l’occasion d’un atelier de découverte des métiers du droit. Un moment idéal pour éclaircir les arcanes de la justice auprès de greffiers, magistrats, avocats ou commissaires de justice (ex-huissiers de justice) notamment.

Qui organise cette Nuit du Droit ?

Le Barreau de Montpellier, la faculté de droit de Montpellier, la cour d’appel de Montpellier, le tribunal administratif de Montpellier, la chambre départementale des notaires de l’Hérault, le CDAD de l’Hérault et la Chambre régionale des comptes d’Occitanie sont parties prenantes de la Nuit du Droit 2022 à Montpellier, avec le soutien de la Ville de Montpellier.

Gratuit, sur inscription

Cet événement totalement gratuit se déroulera sur deux plages horaires au choix, de 18h à 20h ou de 20h à 22h le mardi 4 octobre 2022. L’inscription, obligatoire, peut être réalisée via Internet ICI ou par téléphone auprès de l’Office de tourisme de Montpellier au 04 67 60 60 60 (du 25 au 30 septembre dernier délai). Attention, le nombre de places est limité du fait de la capacité des salles : seules 300 personnes pourront assister à la Nuit du Droit de 18h à 20h, et 300 autres de 20h à 22h.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.