Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Entreprises

Morad Houmir : "Magie collaborative pour le CJD Béziers"

Morad Houmir est le coprésident - avec Pierre-Guillaume Arbez - de la section biterroise du Centre des Jeunes Dirigeants. Il précise pour l'Hérault Juridique & Economique les actions du CJD Béziers et sa volonté d'ouvrir la plénière prestige du 15 mars prochain à la magie de l'économie de la connaissance. L'événement aura lieu à la salle Zinga Zanga, avec pour intervenant Idriss Aberkane, enseignant, conférencier et essayiste français.

Que représente pour vous le CJD Béziers ?

“Nous sommes aujourd’hui 47 JD – Jeunes dirigeants – au sein de la section de Béziers. La force du CJD est de permettre d’échanger avec des dirigeants d’entreprises de toutes les tailles. Des personnes qui sont soit des créateurs d’entreprises, soit des personnes au sein d’entreprises familiales et qui sont amenées à prendre la succession, soit, comme moi, des dirigeants salariés. Avec des profils très différents, ce qui donne la possibilité de croiser les points de vue et les expériences, souvent différents, sur une même thématique ou problématique. Le chef d’entreprise a parfois tendance à se limiter à son entourage immédiat. La pluralité offerte par le CJD permet de grandir aux côtés de chacun. C’est vraiment une chance.”

C’est aussi une question de valeurs…

“Au CJD, nous le disons à chaque petit déjeuner de recrutement que nous organisons : appartenir à notre association, c’est aussi se reconnaître dans ses valeurs, qui sont la responsabilité, la solidarité, la loyauté et le respect de la dignité humaine. En dehors de ces valeurs, il est aussi important d’avoir l’esprit d’entreprendre. Il faut savoir s’engager et avoir un vrai sens du dialogue et du partage. C’est primordial pour pouvoir grandir et s’épanouir au sein du CJD.”

La citoyenneté entrepreneuriale est au cœur de vos actions.

“La thématique développée durant leur mandat par les deux coprésidents nationaux, Olivier de Pembroke et Olivier Michel, a pour fil rouge “Plus que des entreprises, des citoyens…” Elle a trois ambitions : diriger des entreprises révélatrices des citoyens, fabriquer des territoires à la rencontre du citoyen et inventer les nouvelles ressources de la croissance. L’autre force du CJD est aussi de développer localement cette vision entrepreneuriale en proximité avec des actions locales propres à chaque section.”

La codécision et la coresponsabilité prévalent au CJD Béziers…

“C’est ma cinquième année au CJD, que j’ai connu et intégré en arrivant dans la région. Je ne connaissais pas cette association avant. Depuis, grâce à elle, j’ai mûri ma réflexion sur l’entreprise et son impact sociétal. Ainsi, pour Béziers, j’ai souhaité, pour mon mandat de deux ans non renouvelable, exercer en coprésidence avec Pierre-Guillaume Arbez. En tant que dirigeant salarié, je tenais à partager cette expérience. Le projet de notre mandature se situe autour de l’économie de la connaissance. C’est-à-dire cette capacité à partager une connaissance sans pour autant la perdre et s’appauvrir, mais au contraire pour enrichir sa propre réflexion. La ressource immatérielle est l’un des éléments premiers du partage et du renforcement de la citoyenneté, et de l’invention de nouvelles ressources de croissance. De plus, cette thématique résonne en écho à celle portée au niveau national.”

Comment l’économie de la connaissance se traduit-elle localement ?

“La question était bien de traduire cette économie de la connaissance au quotidien dans notre section. Nous sommes partis d’un constat. Le CJD développe des choses positives ; pourquoi les garder pour nous ? J’ai ainsi souhaité que l’ensemble de nos plénières mensuelles – qui se faisaient auparavant dans une salle de séminaire ou dans une entreprise de notre réseau – soient organisées dans des entreprises du Biterrois non membres du CJD, pour croiser avec leurs dirigeants et leurs collaborateurs, notre vision de l’entreprise citoyenne et leurs expériences en la matière. Nous avons déjà organisé plusieurs plénières, dans une base logistique d’un distributeur, dans une école, chez un concessionnaire automobile, au marché au gros… D’autres vont suivre. Nous sommes bien là dans le partage de connaissances.”

CJD beziers pleniere gala 15 mars 2018Un autre grand moment de partage est annoncé pour le 15 mars…

“Nous organisons en effet une grande plénière ouverte, que l’on appelle, dans notre jargon, une plénière Prestige. Nous avons voulu cette année l’ouvrir complètement à tout le territoire, plus largement qu’au seul Biterrois. Elle est organisée à la salle Zinga Zanga, sur le thème de l’économie de la connaissance. Une Prestige est normalement le bouquet final intervenant à la fin des deux années de mandat d’un président de section. Nous innovons et l’organisons après un an de coprésidence. L’événement est ouvert à tous* et, pour la partie conviviale, la soirée de gala sera animée par Kamel le magicien. La partie réflexion sera apportée par Idriss Aberkane, spécialiste de l’économie de la connaissance, qui a écrit un ouvrage de référence sur ce thème. Agé d’une trentaine d’années, il est passionné par les neurosciences, les biotech, les mathématiques et l’informatique. C’est pour moi réellement une vraie fierté de permettre à notre territoire de le recevoir, et de pouvoir échanger avec cette grande personnalité le temps d’une soirée. Nous attendons entre 450 et 500 personnes. Nous sommes déjà à plus de 350 inscrits à fin février. A noter, le dress code de la soirée sera “black and white”. Cet événement est la manifestation de la force du CJD : on part d’une petite idée et l’on ne se met pas de limites, la motivation des uns et des autres fait le reste pour arriver à produire des choses énormes et géniales. Et c’est plutôt agréable.”

* Sous condition de participation financière ou d’invitation.

Plus d’infos et inscription sur le site du CJD Béziers : http://www.cjd-beziers.net/

 

 


Un Montpelliérain à la tête du CJD national

Le 15 décembre 2017, les adhérents du CJD France ont élu à leur tête le montpelliérain Pierre Minodier, en tant que président national 2018-2020. Pierre Minodier prendra ses fonctions officiellement le 1er juillet prochain pour un mandat de deux ans. Il dirigera l’association avec Catherine Vampouille, également élue vice-présidente. Âgé de 42 ans, Pierre Minodier est vice-président engineering et associé du groupe de télécommunications Arkadin, à Montpellier. Catherine Vampouille, 47 ans, est gérante de la société Stonekit, spécialisée dans la vente de gabions, basée dans le Doubs. Pierre Minodier souhaite particulièrement prolonger les réflexions du CJD sur la révolution digitale et les enjeux environnementaux : « les transformations du monde lancent des défis aux entrepreneurs qu’ils doivent assumer avec responsabilité pour en faire des opportunités », estime-t-il. Il affirme « dans cette époque extraordinaire, où l’avenir de l’Homme et de la planète sont véritablement en jeu, je rêve que les jeunes dirigeants d’entreprises soient des bâtisseurs : des bâtisseurs d’une économie plus agile, plus éthique et plus verte ».

Le CJD – Centre des Jeunes Dirigeants – n’est ni un syndicat patronal, ni un syndicat professionnel, ni un partenaire social, ni un parti politique… mais une association. Le libéralisme responsable est la vision du CJD depuis près de 80 ans. Créé en 1938 par Jean Mersch, il demeure le plus ancien mouvement patronal français. L’association compte 4500 adhérents – entrepreneurs et cadres dirigeants – répartis en France et générant plus de 500.000 emplois. Ses 117 sections et 17 associations régionales proposent chaque mois une plénière thématique avec des acteurs phares de la société civile, mais aussi des commissions de travail pour permettre aux jeunes dirigeants de progresser ensemble et de rendre leurs entreprises plus performantes.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.