Mr 110 Volts : un brocanteur survolté

Reportage

Aujourd’hui direction rue de la Méditerranée à Montpellier pour rencontrer Yannick, alias Mr 110 Volts. Il tient la boutique vintage 110 Volts, un lieu incontournable de la brocante et du vintage.

Déco, design, up-cycling, objets rétro, ethniques ou curiosités… Poussez la porte de la boutique, ça vaut le coup rien que pour rencontrer Mr 110 volts.

Mr 110 volts, qui es-tu ?

“Yannick, 52 ans, brocanteur ou « marchand » comme on dit dans le jargon depuis la fin du XXe siècle, 1999 précisément. J’aime surtout dire que je suis « marchand de vieilleries ». L’autodérision c’est pas mal…”

Pourquoi ce nom ?

“Sur tous les anciens appareils électriques datant d’avant les années 60, on peut lire « 110 volts ». C’était la tension électrique qui sortait de nos prises avant l’arrivée du 220 que l’on connaît aujourd’hui ! C’est un clin d’œil à cette période, mais aussi à mon intérêt pour les objets électriques, les lampes, les vieilles radios, ventilateurs, aspirateurs ou les guitares !”

“Je propose avant toute chose des “curiosités” et j’aime surprendre mes clients !”

Photo Yannick

Depuis quand la boutique existe-t-elle ?

“La boutique existe depuis le 15 janvier 2006. Elle va donc sur ses 15 ans, ce qui, en toute modestie, n’est pas trop mal, car j’envisageais à l’époque de n’ouvrir qu’une année, pour voir !”

 

Quel univers y proposes-tu ?

“Je propose avant toute chose des « curiosités ». J’aime surprendre mes clients, amis ou simples visiteurs avec des objets décalés, rares, loufoques, improbables ou étonnants… Je n’aime pas trop coller aux tendances du marché, même si ça m’arrive évidemment. Chez moi les dames Jeanne et les miroirs en rotin, c’est une fois par an ! J’aime les luminaires en général, les appareils photos, la Hi-Fi, les objets publicitaires, ceux liés à la moto, aux vieux garages… Depuis quelques années, je m’intéresse à l’art africain et à l’art brut”.

 

“Il y a un regain d’intérêt pour la seconde main, et c’est très bien, car les brocanteurs sont les premiers recycleurs de France.”

Photo boutique

Comment le marché de la brocante se porte-t-il actuellement ?

“Le marché est selon moi, fortement ralenti par la crise sanitaire. Je pense aussi que nous avons bien surfé sur « le vintage » en général, mais que la tendance se calme un peu… comme tous les phénomènes de mode. Mais le marché de l’antiquité-brocante n’est par mort pour autant, loin de là ! Il y a un regain d’intérêt pour la « seconde main », et c’est très bien car les brocanteurs sont les premiers recycleurs de France ! Les clients prennent conscience de l’importance de recycler. Tant mieux, car la planète souffre de sa surconsommation et sa surproduction. Et puis un objet ancien est bien souvent de meilleure qualité, la patine en plus !”

Quelles tendances as-tu pu observer en boutique, notamment sur les objets recherchés ?

“La clientèle évolue. Je vois grandir l’intérêt pour les années 80 notamment, mais aussi pour la déco en général. Il me semble que le client ne s’attache plus autant à la signature, aux designers, etc. Finalement, si l’objet plaît, c’est l’essentiel !”

Où déniches-tu les objets que tu vends ?

“Je chine aussi bien sur des déballages professionnels que sur des vides-greniers d’associations de parents d’élèves ! Ensuite, la boutique me permet de recevoir des clients qui viennent me proposer des objets. Et je fais des « adresses », ce qui consiste à acheter directement chez les particuliers.”

Photo Yannick 2

Tu es photographe et que tu proposes des tirages photos. Peux-tu nous en dire plus ?

“Oui, je fais un peu de photos, depuis mon adolescence. J’ai fait quelques expos, et puis je me suis mis à proposer mes tirages dans la boutique. C’est très sympa de pouvoir vendre ses propres photos et de constater qu’elles plaisent ! Je fais de la « street photographie » principalement, de la photo urbaine…”

 

Si tu étais un objet vintage, lequel serais-tu ?

“Une vieille Harley Davidson !”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.