Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

OCCITANIE - Grâce de Hollande mais disgrâce de la Démocratie : veut-il finalement se représenter ? par Igor KUREK

Grâce de Jacqueline Sauvage mais disgrâce de la Justice et de l'Egalité entre les…

Grâce de Jacqueline Sauvage mais disgrâce de la Justice et de l'Egalité entre les citoyens

Le Rassemblement Pour la France officiel a pris acte de la grâce présidentielle totale octroyée par le Président de la République François Hollande à l'ex détenue Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison, meurtre de trois balles tirées dans le dos au fusil de chasse contre son mari dont elle avait dit en garde à vue le 10 Septembre 2012 « ne plus pouvoir supporter ses violences ».

Une grâce, héritée de l'ancien régime, qui dans ce cas précis, où l'avocat général a estimé que « la légitime défense n'est absolument pas soutenable », vient à l'encontre de la décision de Justice (qui n'est pas abolie, Jacqueline Sauvage étant toujours condamnée pour meurtre au regard de la Loi) et de deux décisions de jurys populaires (ou comment opposer les citoyens les uns contre les autres, sauf que ces deux jurys ont eu en main, eux, les différents éléments du dossier et pas ceux que l'on veut bien leur donner).

Une grâce, qui donne un coup de poignard supplémentaire à la séparation des Pouvoirs après le décret du 5 Décembre 2016 faisant entrer la Cour de Cassation dans le champ des compétences de l'IGJ, l'Inspection Générale de la Justice.

Avec un président de Droite, qui peut douter un seul instant qu'on aurait crié au « fascisme », au « coup d'Etat » ?

Ici, une seule pétition de 380.000 signataires (sur près de 67 millions d'habitants, 46 millions d'inscrits sur les listes électorales et en moyenne, 33 à 34 millions de votants pour une présidentielle) et de quelques vieilles gloires sur le retour cherchant n'importe quelle cause pour faire parler d'elles désormais auront suffi à faire plier un président… qui avait déjà cette idée en tête après l'épisode « grâce partielle » le 31 Janvier 2016.

On nous répondra « oui, le Président est plus libre maintenant, il ne se représente pas ».

Il « ne se représente pas » ? La belle affaire !

Le symbolisme, fêtes de fin d'année, était recherché. « Pourquoi pas Noël ? » s'interroge la députée Valérie BOYER, soutien de François FILLON… et de Jacqueline Sauvage ? Parce qu'il ne faut pas choquer la Gauche et Noël… c'est « bien trop catho » pour les gauches laicardes et anticapitalistes, par exemple.

Combien de « Joyeux Noel » a t-on eu des membres du Gouvernement et de l'Elysée cette année ?

Donc, entre les deux, entre Noël et le Nouvel An, ça reste « magique » et « pas téléphoné ».

Et puis viendra le bal tragi-comique de la Primaire de Gauche en Janvier, où après une situation inextricable et un déchirement première gauche / deuxième gauche une fenêtre de tir pour une nouvelle candidature du président sortant s'ouvrira à nouveau.

Nous restons, par rapport à notre ancienne tribune, persuadés que le jeu « Macron / Valls » est satisfaisant pour un sortant « très mitterrandien » qui ne peut plus compter sur ses troupes.

Mais rempiler, c'est mieux.

Surtout que quand on y réfléchit, en 2016, « seuls 44% des Français disent avoir confiance en la Justice ». C'est « une bonne chose » :

quand on a un parti « Les Républicains » qui veut sortir des années SARKOZY / COPE, autrement dit « des affaires » selon les fillonistes, que l'on axe une campagne sur le fait que François FILLON est le seul « gros candidat de la Primaire à n'avoir jamais eu de démêlés avec la Justice » (autrement dit pour Alain JUPPE et Nicolas SARKOZY), qui prétend vouloir incarner l'Alternance (donc devenir le Législateur) eh bien forcément on soutient peu ou du bout des lèvres Valérie BOYER (seuls 83 parlementaires de Droite et du Centre étaient pétitionnaires pour demander la grâce présidentielle au Chef de l'Etat) et on se pose en gardiens des valeurs républicaines.

A l'inverse, quand on est de Gauche, donné battus et que l'on veut se retrouver face au FN pour être sûrs d'être réélus, eh bien on fait comme le Front National :

de la démagogie, du populisme et surtout : on critique et passe outre une justice devenue impopulaire.

Et puis surtout : on soutient toute personne capable de se draper d'une « logique victimaire » et soutenue médiatiquement, cette « logique victimaire » exposée par le philosophe Robert REDEKER dans le Figaro Vox / Tribune qui n'est pas celle des bijoutiers braqués (et puis qui dit bijoutier dit « fric » dont la compassion a ses limites en France), qui n'est pas celle de Luc FOURNIE, désormais connu comme le « buraliste de Lavaur » condamné à dix ans ferme pour avoir abattu son voleur (et puis ne comptez pas sur Bernard CARAYON pour faire preuve de la même motivation que Valérie BOYER, pourtant tous deux membres du même courant politique (mais en ruines) nommé « La Droite Populaire ») et qui n'est pas non plus celle des policiers, qui doivent subir face aux agresseurs plutôt que d'essayer de se défendre parce qu'ils ne savent toujours pas où leurs droits de légitime défense et d'état de nécessité commencent, d'où aussi leurs « marches de la colère » partout en France et où nos responsables du Bureau Politique et départementaux sont allés les soutenir.

Nous sommes d'accords avec le philosophe sur son analyse :

« (…) l'opinion publique a une certaine indulgence pour Madame Sauvage, alors que Monsieur Fournié a la malchance d'être un «mâle blanc de plus de 50 ans», c'est-à-dire une figure ontologiquement repoussante. D'autant plus qu'il est petit commerçant, par où l'on soupçonne inconsciemment son crime d'être inspiré par le poujadisme ! »

Une grâce de plus obtenue par Jacqueline Sauvage sans avoir épuisé tous ses recours en Justice (Cour de Cassation et Cour Européenne des Droits de l'Homme).

Si la sécurité est désormais reconnue d'une grande partie du personnel politique comme étant la « première des libertés », l'autodéfense doit logiquement être le premier des droits naturels connexes surtout quand on refuse aux forces de l'Ordre les moyens d'être plus performantes.

Un droit naturel qui doit être reconnu pour tout le monde car notre République est régentée par une constitution qui débute par :

la DDHC, Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 (Bloc de Constitutionnalité), où le premier article déclare que :

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. »

et un premier article, celui de la Constitution du 4 Octobre 1958, pilier de la V° République :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion »

C'est pourquoi le RPF officiel ne peut approuver cette grâce présidentielle.

C'est pourquoi, au nom de l'égalité et de l'équité entre tous les citoyens, notamment envers ceux qui ne peuvent pas bénéficier de grâce et pour qui la légitime défense n'a pas été reconnue, nous demandons la suppression du droit de grâce présidentielle, partielle comme totale.

RPF – https://fr-fr.facebook.com/rpfrance https://twitter.com/rpf_officiel

Rassemblement Pour la France Officiel, 10D Avenue Carrion de Nizas – 34120 PEZENAS 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.