Pôle Aqua-Valley : la filière Eau ressource son projet

Le pôle de compétitivité Aqua-Valley est né le 28 juin dernier de la fusion du Pôle Eau, pôle de compétitivité labellisé en 2010, avec les clusters occitans Swelia et WSM (Water Sensors Membranes). Localisé à Montpellier avec une antenne toulousaine, il vient de présenter sa stratégie 2018.

Extrait de l’article publié dans son intégralité dans l’Hérault Juridique à paraître ce jeudi 19 octobre 2017, n°3173.

Le pôle de compétitivité Aqua-Valley né le 28 juin dernier, est localisé à Montpellier (avec une antenne toulousaine), et relayé en région PACA par le cluster aixois Ea éco-entreprises. Il réunit et anime un écosystème d’innovation de 250 adhérents (grands groupes, ETI, PME, TPE ; organismes de recherche  et de formation) des régions Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur, et dont les compétences et savoir-faire couvrent la totalité du cycle de l’eau. Le budget total du Pôle s’élève à 1,9 million d’euros.

Par cette fusion, le Pôle Aqua-Valley entend se donner de nouveaux moyens pour « construire une filière forte des métiers de l’eau, innovante et dynamique, toujours plus visible et plus ambitieuse, avec des capacités d’action renforcées » a indiqué, le mardi 17 octobre 2017, Benoît Gillmann, vice-président de l’organisme. Il suppléait Sylvain Boucher, le président du nouveau pôle, retenu à Marseille.

Aqua Valley sylvain boucher president
Sylvain Boucher, président d’Aqua-Valley, © HJE2016 D. Croci. Aqua-Valley annonce le doublement de la délégation internationale VIP invitée au prochain salon montpelliérain Hydrogaïa, la mise en place d’un B2B et le renforcement de la dimension régionale.

Aqua-Valley a ainsi opté pour une organisation « business oriented » pilotée à la fois par les entreprises, la recherche et la formation. Sa volonté est d’« être le lieu reconnu de la filière Eau en France ». Le Pôle Aqua-Valley, qui a conservé  le statut de Pôle de compétitivité, regroupe déjà 215 entreprises,  24 établissements de recherche et de formation, ainsi que 7 associations. Il compte rassembler 400 à 500 adhérents d’ici fin 2018 ou 2019.

Trois missions et quatre priorités annoncées

Pour les missions, il s’agit de soutenir l’innovation au travers de projets de R&D, d’accentuer le développement des capacités techniques et de management et de financement ; enfin, l’objectif est de renforcer l’internationalisation au bénéfice de la compétitivité de la filière. Les 4 priorités stratégiques doivent permettre d’assurer une meilleure gestion des ressources en eau dans  un contexte de changements globaux. La première priorité consiste en l’identification et la mobilisation des ressources en eau. La seconde vise  à favoriser une gestion concertée des ressources et des usages. La troisième priorité porte sur la réutilisation des eaux de toute origine.

A ce sujet, Benoît Gillmann a insisté sur le gisement potentiel du marché de la réutilisation des eaux usées, qui mériterait, selon lui, une meilleure prise de conscience dans les politiques de développement déployées. Dans la continuité de la mise en place de la plateforme régionale  de normalisation conjointement avec l’Afnor, des projets de R&D sont en cours d’expérimentation. La quatrième priorité, plus transversale, vise à une coopération et des synergies renforcées entre les acteurs de la filière et les approches institutionnelles et sociétales.

(…/…)


Interview publiée dans son intégralité dans notre édition hebdomadaire du jeudi 19 octobre 2017 n°3173

Retrouvez l’intégralité de cette interview dès jeudi 19 octobre 2017, 14h dans votre Espace Abonnés

Vous abonner à l’HJE numérique (moins de 14 cts par jour soit 48 €TTC/an)

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.