Pourquoi l’investissement des entreprises françaises est-il peu productif ?

Les entreprises françaises investissent plus que la moyenne européenne, et pourtant, les bénéfices économiques ne sont pas au rendez-vous. Un rapport récent analyse la nature de ces investissements et bat en brèche quelques idées reçues, comme le poids des contraintes réglementaires.

Le paradoxe est lourd de conséquences : les entreprises françaises investissent en moyenne plus que leurs homologues européennes, sans que cela produise les résultats économiques que l’on pourrait escompter. En ce mois de novembre, le laboratoire d’idées La Fabrique de l’Industrie et France Stratégie, organisme d’études et de prospective, d’évaluation des politiques publiques et de propositions placé auprès du Premier ministre, ont rendu publique une étude portant sur la nature des investissements des entreprises en Europe, de 1995 à nos jours.

Premier constat, « toutes les formes d’actifs confondues, on observe un investissement des industries manufacturières – et plus largement de l’ensemble des entreprises – plus élevé en France que dans les autres pays européens, à l’exception de la Suède ». En effet, en France, le secteur manufacturier a mobilisé l’équivalent de 25,7 % de sa valeur ajoutée en faveur de l’investissement en 2016, contre 24,1 % en Italie, 21 % en Espagne, 20,5 % aux Pays-Bas, 19 % en Allemagne et 17,6 % au Royaume-Uni. Non seulement il est plus élevé, mais l’investissement des entreprises françaises présente aussi une autre spécificité : il est particulièrement tourné vers les actifs immatériels. Ainsi, depuis 1995, le taux d’investissement en logiciels et bases de données des industriels français est compris entre 4,5 et 6 % de la valeur ajoutée, alors que celui des autres pays européens ne dépasse pas 3 %. Les entreprises françaises investissent aussi de manière importante dans la R&D, en particulier dans le secteur manufacturier. Et même s’il est moins important, l’écart avec les autres pays demeure : le taux d’investissement en recherche et développement s’élevait à 10,7 % en France en 2016, ce qui était nettement au-dessus de l’Allemagne (8,4 %) et d’autres pays européens comme l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, la Suède étant la seule exception.

Concevoir en France, produire ailleurs ?

Le niveau français d’investissement dans l’immatériel, qui se situe presque à 8 points de valeur ajoutée au-dessus de celui de l’Allemagne, pourrait refléter un choix stratégique des entreprises, d’après les analystes de la Fabrique de l’Industrie : « les entreprises localiseraient alors plus volontiers leurs activités de production à l’étranger, alors que les activités de conception seraient conservées en France ». Un autre constat de l’étude semble corroborer cette hypothèse : les entreprises industrielles françaises ont investi un peu moins dans les machines et équipements que leurs homologues européennes sur la période 1995-2015. Plus encore, ces dépenses d’investissement ont diminué de près de 20 % entre les périodes 2003-2006 et 2012-2015, alors qu’elles ont augmenté de 19 % en Allemagne. Au terme de cette dynamique, en 2015, l’écart des taux d’investissement était de 1,5 point de valeur ajoutée au profit des entreprises allemandes. « Il reste à savoir dans quelle mesure ce défaut d’investissement dans les machines et équipements pourrait expliquer la perte de compétitivité de l’industrie française », mettent en garde les analystes. De manière plus affinée, l’étude constate que le moindre investissement français dans l’appareil de production ne concerne pas les technologies de l’information et de la communication. Dans ce domaine, les efforts d’investissement ont été relativement stables et comparables à ceux des autres pays européens.

Le taux de robotisation ne dit pas tout

L’étude bat en brèche quelques idées communément admises en matière d’investissements. En particulier celles concernant le taux de robotisation, différent selon les pays. Il reflète surtout la composition sectorielle des industries nationales, d’après la Fabrique de l’Industrie. Ainsi, l’industrie allemande présentait un nombre de robots installés pour 10 000 employés 2,3 fois supérieur à celui de l’industrie française en 2016. Mais cela reflète surtout le poids des industries automobile et électrique en Allemagne. En effet, pour le seul secteur automobile, le taux de robotisation est légèrement supérieur en France (1 150 robots pour 10 000 salariés) par rapport à l’Allemagne (1 131). Par ailleurs, en Italie et en Espagne, les secteurs manufacturiers ont des taux de robotisation similaires (respectivement 150 et 160 robots pour 10 000 salariés) alors que leur taux d’investissement en machines et équipements est très différent (15,1 % de la valeur ajoutée en Italie et 4,9 % en Espagne en 2015). Bref, « il faut se garder de voir dans ce taux de robotisation un marqueur fiable du niveau d’équipement de notre industrie », met en garde l’étude. Celle-ci va également à l’encontre de l’idée selon laquelle le peu d’effets macroéconomiques du niveau élevé d’investissement des entreprises françaises serait lié à une part importante de l’investissement dans l’immobilier, en raison des prix du foncier. Dans les faits, « l’investissement dit « productif », incluant les machines, équipements et les actifs immatériels, représente 91,5 % des dépenses d’investissement du secteur manufacturier français en 2015. (…) L’investissement immobilier ne représente qu’une faible part des investissements industriels, comparable à celle observée en Italie, et relativement stable sur vingt ans » constate l’étude.

Les contraintes réglementaires ont bon dos

Autre idée reçue mise à mal par l’étude, celle du poids des investissements liés à la mise en conformité réglementaire : il serait particulièrement élevé pour les entreprises françaises et expliquerait de ce fait le surplus d’investissement par rapport à leurs homologues européennes. Sur ce point, la Fabrique de l’Industrie se focalise sur le secteur de la chimie, l’un de ceux où s’appliquent les contraintes réglementaires les plus importantes, en se basant sur deux études de l’Union des industries chimiques. Selon ces dernières, 7 à 10 % de l’effort d’investissement des entreprises de ce secteur sont destinés à la protection de l’environnement et la prévention des risques spécifiquement liées à la réglementation française. Cela représente un peu moins de la moitié du supplément d’investissement dans ce secteur en France, par rapport à l’Allemagne. « Les efforts de mise en conformité liés à la réglementation française ne sauraient donc expliquer qu’une part limitée du supplément d’investissement du secteur manufacturier en France », conclut l’étude.

En mesurant le caractère limité de l’impact des contraintes réglementaires ou de l’immobilier sur l’investissement, l’étude écarte ces pistes comme explications majeures de la faiblesse de l’efficacité de l’investissement des entreprises. Mais le phénomène reste encore largement à décrypter.

Anne DAUBREE

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.