Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Retrouver le goût de l'avenir....

Des pensées, des chercheurs, des philosophes, des sociologues et même des psychosociologues ont théorisé et modélisé les formes d’organisation de gauche,pendant toute la décennie 70. Ces idées ont essaimé dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis, jusqu’à devenir ce que les Anglo-Saxons appelaient “la French theory” (lire Cusset). Aujourd’hui, les intellectuels ont perdu le […]

Des pensées, des chercheurs, des philosophes, des sociologues et même des psychosociologues ont théorisé et modélisé les formes d’organisation de gauche,pendant toute la décennie 70. Ces idées ont essaimé dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis, jusqu’à devenir ce que les Anglo-Saxons appelaient “la French theory” (lire Cusset). Aujourd’hui, les intellectuels ont perdu le sens du devoir révolutionnaire, ils se battent pour empêcher le démantèlement du CNRS, leur fief. Certes, une bien belle maison qui “garantie” la recherche fondamentale. Mais surtout la petite recherche de profits entre amis.  
Quand je lis le texte de Minga ou certains textes de Yannis, parus dans le journal de la Décroissance par exemple, je mesure le fossé entre ceux-là et ceux d’hier. Universitaires et les intellectuels de 2008 pensent le négatif, les chercheurs des “Seventies” pensaient le positif. Deleuze, Guattari, Derrida, Barthes, Foucault, Bourdieu et bien d’autres disaient l’avenir, s’engageaient, prenaient des risques, même celui de se tromper.

Leurs détracteurs ne se sont pas privés de les flinguer à l’occasion quand les contradictions étaient par trop apparentes ou les conclusions tirées par les cheveux de la comète. Ces théoriciens engagés ont donné des frissons à des générations d’étudiants dont j’étais. Nous osions tout, même l’autogestion au lycée ou à la fac. Je me souviens d’un proviseur qui nous avait lu du Deleuze lors d’une alerte incendie (en vrai) en attendant que les pompiers arrivent. Une sacrée métaphore.
 
Définir ce qu’il ne faut pas faire me semble relativement évident, il faudrait avoir de la merde sociale-démocrate dans les yeux pour ne pas voir ce qui échoue mais pour ce qui doit redonner l’espoir, on cherche encore. Mais cherche-t-on vraiment? A part disqualifier les deux partis en construction, le NPA et le PdG, propose-t-on autre chose que de prêcher dans le désert du Larzac à des contestataires convaincus? Faut-il vous rappeler, mes amis, que l’urgence est planétaire. Prenons le temps de la réflexion mais pas trop de temps, quand même. Même la camarade Rosa avait créé la ligue spartakiste.

Une structure souple et forte mais qui avait vocation, dans un premier temps, en tout cas d’aider la classe ouvrière à prendre le pouvoir, une sorte de bras armé politique. Eloignée des salariés aliénés par le travail et décérébrés par les médias, toute structure est vouée à l’échec. Voilà les limites du MAI, voilà la valeur des deux partis en construction. Nous sommes inaudibles (et pour longtemps), ils sont visibles (pour un temps). Alors, on les accompagne ou on les snobe? Je vais, ce soir, assister à la “première” du PdG à Montpellier. Je vais voir les têtes, écouter les discours et prendre une décision. Ce soir, parce qu’il est urgent de ne plus attendre. Je peux, évidemment, prendre la décision d’attendre… Toute contradiction étant dans ma nature.
 
Quant à retrouver les mêmes dans les meetings ou sur les estrades, je vous rappelle la formule de Lavoisier: “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”.
 
Geneviève Sabathé

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.