Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Rucher école Agathois et rucher pédagogique

A tous ceux qui se demandent quelle différence il y a entre un rucher…

A tous ceux qui se demandent quelle différence il y a entre un rucher école et un rucher pédagogique, je leur dirais humblement que le Rucher école est un établissement où l’on accueille des individus, afin que des enseignants leur dispensent de façon collective, un enseignement théorique et pratique, sur la conduite d’un rucher.

Le Rucher pédagogique c’est un site équipé de quelques ruches au travers desquelles on présente des abeilles, particulièrement aux enfants à qui on explique sommairement la vie de l’hyménoptère apidé, son utilité dans notre écosystème et les bienfaits des produits de la ruche..

Si ces deux structures remarquables présentent les abeilles, elles n’ont donc pas tout à fait les mêmes objectifs. .

Le rucher école reçoit donc des hommes et des femmes de tous âges, désireux non pas qu’on leur dise simplement que l’abeille apis mellifera est un hyménoptère apocrite aculéate apoïde et qu’elle fait du bon miel. La raison qui pousse ces personnes à s’inscrire au rucher école, c’est avant tout pour apprendre à conduire un rucher.

Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire, l’apiculture est un métier, peut être une passion, mais pas un jeu. S’il n’y avait plus d’apiculteurs, il n’y aurait plus d’abeilles et sans elles l’humanité n’aurait plus que très peu d’années à vivre, étant donné que s’il n’y avait plus de pollinisation, il n’y aurait plus de plantes, plus d’animaux plus d’hommes.

La production de miel, de pollen, de gelée royale ou de propolis, n’est rien par rapport à ce que représente le travail de pollinisation qu’effectue les abeilles. L’an dernier, il a été établi que la pollinisation s’élevait dans le Monde à plus de 153 milliards de dollars au bénéfice de l’agriculture et non pas bien sûr pour les apiculteurs qui rencontrent beaucoup de difficultés à conserver leur cheptel.

Dans les ruchers écoles, on y apprend à connaître l’abeille et ses trois castes, la colonie d’abeilles, la vie sociale des abeilles, le contact avec les abeilles, la visite de printemps, comment démarrer en apiculture, les races d’abeilles, l’abeille ouvrière, la reine, le faux bourdon, transvaser une ruchette, l’essaimage naturel et artificiel, la récolte des essaims naturels, les matières premières de la ruche (miel, pollen, propolis), la récolte de miel, les facteurs de rendements, la transhumance, notions sur quelques plantes mellifères, les prédateurs de l’abeille, les maladies du couvain et de l’abeille adulte, la varroase, la mise en hivernage, etc.

Rien qu’à travers les quelques cours que je viens d’énumérer, se cachent plus d’une centaine de sujets d’études, dont chacun d’entre eux, pourrait faire l’objet d’un titre. A cet effet, il serait souhaitable qu’avant de se doter de ruches peuplées, tous ceux qui décident de se lancer dans l’apiculture, passent au préalable par un rucher école qu’il soit dit en passant, à peine a-t-il débuté l’année apicole, qu’il affiche déjà complet pour l’année suivante.

A ceux qui me demandent s’il arrive aux apiculteurs de se faire piquer, je réponds bien évidemment par l’affirmative. Mais j’ajoute que pour un apiculteur, la piqûre la plus douloureuse, celle qui l’atteint au cœur, c’est la perte d’une partie de ses colonies d’abeilles. Et de nos jours, les apiculteurs ont de quoi être malheureux étant donné que la perte annuelle des colonies, avoisinent les 30 voire 40% l’an.

Les causes de la disparition des abeilles sont multiples. Mais la première d’entre elles, réside dans les mauvaises pratiques des l’hommes. Ceux-ci répandent en France par exemple, plus de 80.000 tonnes de pesticides à l’année; ils importent des abeilles avec des parasites comme le « varroa Jacobsoni ou destructor », « aethina tumida » (coléoptère d’Afrique de Sud), le frelon asiatique (Vespa velutina décrit par Amédée Louis Michel PELETIER en 1836) importé en France dans des poteries livrées dans le Lot et Garonne, et cætera et cætera.

Mais quoi qu’il en soit, les moniteurs qu’ils soient d’un rucher pédagogique ou d’un rucher école, veulent encore croire que le bon sens finira par l’emporter et que leurs descendants pourront toujours compter sur notre sentinelle de l’environnement pour continuer à vivre.

  Pierre Friand

Responsable pédagogique du rucher école de l’Abeille Héraultaise en Agde.

Note à l’attention des agriculteurs et arboriculteurs d’Agde et de son canton : Nous pouvons mettre quelques ruches à disposition pour la pollinisation sur site et culture sans risque pour nos abeilles

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.