Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Sauvetage du commerce de proximité : les acteurs économiques de l'Hérault écrivent aux députés

La CCI et la Chambre d'Agriculture de l'Hérault, ainsi que les syndicats patronaux CPME 34 et Medef Hérault Montpellier, ont adressé une lettre ouverte aux députés du département leur demandant d'œuvrer en faveur du réexamen de la notion de commerces de première nécessité et de leurs conditions d’ouverture.

André Deljarry pour la CCI de l’Hérault, Jérôme Despey pour la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, Grégory Blanvillain pour la CPME 34 et Samuel Hervé pour le Medef Hérault Montpellier viennent de cosigner un courrier adressé le 3 novembre aux députés de l’Hérault. Son objet : obtenir la révision des conditions d’ouverture et de fermeture des commerces de proximité et de la notion de commerce de première nécessité. Ce secteur représente près de 28 000 entreprises pour près de 67 000 salariés dans le seul département de l’Hérault.

Les chefs d’entreprises n’ont plus d’espoir (…) Cette nouvelle mesure va littéralement tuer le petit commerce et faire le jeu des grandes plateformes d’e-commerce” expliquent notamment les cosignataires.

Le courrier adressé par les acteurs économiques de l’Hérault

“Mesdames, Messieurs, les Députés,

La fermeture des commerces de proximité dits « non-essentiels » a engendré un sentiment de profonde injustice, alors qu’aucun cluster n’a été identifié au sein de ces mêmes commerces et que les professionnels ont su, dès le mois de mai dernier, faire respecter des protocoles sanitaires stricts.

Déjà fragilisés par le premier confinement, ces établissements sont désormais à bout de souffle. Les annonces de fermetures la veille pour le lendemain deviennent ingérables pour les commerçants et engendrent des difficultés psychologiques manifestes.

Sur le Département de l’Hérault, les commerces représentent près de 28 000 entreprises pour de près de 67 000 salariés.

Plusieurs dizaines de milliers de salariés risquent ainsi d’être mis en chômage partiel avec cette nouvelle fermeture.


numero


En cette période de fin d’année où les commerçants réalisent près de 30 % de leur chiffre d’affaires annuel, faire ses achats de Noël en bas de chez soi est clairement de nature à redynamiser l’activité.

Pour autant, les consommateurs vont-ils attendre le déconfinement ?

Les récentes fermetures des rayons « non-essentiels » dans les grandes surfaces ne sauraient nous satisfaire.

Cette situation nous entraîne dans un schéma totalement perdant-perdant : perdant pour le petit commerce, perdant pour la grande distribution, et perdant pour les consommateurs.

Il n’est pas raisonnable d’opposer les petits commerces à la grande distribution, qui permettent d’alimenter les Français, notamment en province. Au moment où on parle de solidarité, chacun est essentiel.

“Cette nouvelle mesure va littéralement tuer le petit commerce”

Cette nouvelle mesure va littéralement tuer le petit commerce et faire le jeu des grandes plateformes d’e-commerce.

Bien sûr, nous ne soutenons pas les ouvertures non-autorisées et n’appelons pas à la désobéissance, mais il est urgent de trouver rapidement des solutions opérationnelles pour que les rayons des grandes surfaces rouvrent comme tous les commerces non-alimentaires en mettant en place les mesures sanitaires nécessaires (prises de rendez-vous, limitation de la jauge pour limiter les interactions…).


blanvillain


Les solutions déployées par nos entités respectives (incitation à la consommation via le click and collect, livraison ou drive) ne peuvent compenser la perte occasionnée par la fermeture au public.

Quel que soit le niveau des aides gouvernementales, les faillites seront nombreuses et notamment parmi les 330 000 entreprises du secteur du commerce sur le territoire national. Les dégâts seront importants, y compris sur le plan humain.

De façon globale, ce nouveau confinement va incontestablement provoquer un choc économique important. La fermeture des commerces, des restaurants, l’arrêt du monde du spectacle et de l’événementiel engendre déjà des effets induits sur tout le reste de l’économie ; l’impact sur nos entreprises sera considérable.

Les chefs d’entreprises n’ont plus d’espoir

Les chefs d’entreprises n’ont plus d’espoir.

Aussi, Mesdames, Messieurs les députés, nous vous remercions de bien vouloir œuvrer en faveur du réexamen de la notion de commerces de première nécessité et de leurs conditions d’ouverture.

Nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, les Députés, l’expression de nos sincères salutations.”

Les cosignataires : André Deljarry, Jérôme Despey, Grégory Blanvillain, Samuel Hervé, pour leurs organismes et institutions respectifs.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.