Série découverte d'un métier : Portrait de Hicham HAMMOUTI, ASVP et régisseur des marchés à Sérignan

Régulièrement, la rédaction d'hérault-tribune se propose de mettre en lumière des métiers ou des savoir-faire…

Régulièrement, la rédaction d'hérault-tribune se propose de mettre en lumière des métiers ou des savoir-faire afin de les faire découvrir et éventuellement susciter des vocations. 

Cette semaine, nous vous proposons de partir à la découverte de Hicham HAMMOUTI, ASVP et régisseur des marchés à Sérignan.

Bonjour Hicham, peux-tu me parler de tes missions au sein de la ville de Sérignan?
Je suis Agent de Surveillance de la Voie Publique, ASVP. Ma mission principale est de constater et de relever les infractions au stationnement. Je fais aussi des patrouilles préventives en uniforme pour rassurer les gens. Ces patrouilles nous permettent aussi de faire remonter les doléances des habitants qui en profitent pour venir nous voir.
Et je suis le régisseur principal des marchés de Sérignan. L’hiver, c’est trois fois par semaine, l’été beaucoup plus car s’y rajoutent les Mardis de l’art et les marchés des producteurs du jeudi.
L’été, en plus, je suis régisseur du parking de la plage. Je relève les caisses, fais la comptabilité, remets l’argent au Trésor Public. Sans oublier la régie des événements se déroulant au parc multisports urbain.
Et enfin, je participe à la sécurisation des entrées et des sorties scolaires. Il y en a beaucoup à Sérignan : à l’école Jules Ferry, Paul Bert, Ferdinand Buisson, mais aussi au collège plusieurs fois par jour, et enfin au lycée, surtout le soir lorsqu’il y a risque de bagarres.
Je dois aussi, parfois, ouvrir et fermer les lieux publics comme les jardins, les parcs, le cimetière…
Et bien sûr, il y a les missions, les problèmes à gérer en plus de ce quotidien.

Quels sont tes moyens et avec qui travailles-tu ?
Je suis à temps plein. Au poste, il y a 6 agents de Police municipale et deux ASVP.

Raconte-nous une journée type :
Prenons un jour « normal » de marché, hors saison.
J’ouvre les bornes de la promenade à 6h et j’accueille les abonnés qui ont leur place respective. Certains sont là depuis 40 ans et ont même créé ce marché ! Ensuite, je reçois les marchands journaliers, je vérifie qu’ils sont en règle et procède à un tirage au sort pour attribuer les emplacements. L’été, quand il y a beaucoup de demandes, il y a des marchands qui repartent sans emplacement.
Une fois le placement fait, je fais un saut pour sécuriser les entrées dans les écoles, je fais en général l’école Jules Ferry puis Ferdinand Buisson. Ça prend une heure environ.
Ensuite, je reviens sur le marché et j’encaisse le droit d’occupation du domaine public, c‘est la régie. Je prends un peu de temps pour faire la comptabilité pour le Trésor Public et la Mairie. Et je reste dans le secteur pour pouvoir intervenir en cas de problème.
À 11h30, je retourne à l’école Jules Ferry pour la sortie, puis à midi à l’école Maternelle.
À 12h30, j’ouvre les bornes de la promenade pour que les marchands puissent s’en aller. Je les referme vers 13h30.
Il peut aussi arriver, hors saison toujours, que j’aille aider à l’ouverture et à la fermeture des lieux public (parcs, jardins ou cimetière) entre deux missions.
En pleine saison estivale, je suis beaucoup pris par le stationnement à la plage en plus des nombreux marchés, il y a vraiment beaucoup de travail.

Les moments de bonheur au travail ?
J’aime être au service de la population. J’ai envie de me sentir utile à la société, et à la collectivité. J’aime porter l’uniforme et je souhaite toujours agir avec rigueur et professionnalisme.
Une belle journée, pour moi, c’est quand quelqu’un vient me voir et me remercie quelques jours après une demande d’aide, ou de renseignements qui a été bien gérée par notre équipe. C’est une récompense, la meilleure qui soit. On aime quand les gens viennent nous dire qu’ils ont été bien traités et sont contents car on entend surtout les mécontents, or on fait les choses au mieux et avec professionnalisme.

Les difficultés ? Les moments désagréables ?
Les moments désagréables, c’est quand on reçoit des remarques désobligeantes, voire profondément blessantes venant de mécontents à cause des PV qu’ils ont reçus. Et il y a aussi l’impatience de certaines personnes qui espèrent que leur problème se règle en quelques heures. Souvent, on doit faire preuve de beaucoup de pédagogie pour expliquer que la procédure est lancée, mais qu’il y a un délai nécessaire avant sa résolution.
Les difficultés du métier, c‘est le fait de ne pas avoir d’horaires fixes, de rythme, surtout l’été. On va passer d’une journée où on commence très tôt pour un marché, à une journée où l’on termine très tard pour assurer une présence lors des nombreuses fêtes de l’été. On n’est pas une grande brigade, il ne peut pas y avoir une équipe du matin et une du soir bien déterminées. On est donc obligés de se décaler, et c’est fatigant. Mais ça fait partie du métier !

À Sérignan, cette mission est accomplie par : Hicham Hammouti et Michel Hollange. Ce dernier a les mêmes missions et remplace Hicham à la régie quand il n’est pas de service.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.