Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

SERIGNAN - Jean-François Santos : le pompier poète

 Jean-François Santos a 59 ans. Pompier à l’aéroport Béziers Cap d’Agde, et pompier volontaire…

 

Jean-François Santos a 59 ans. Pompier à l’aéroport Béziers Cap d’Agde, et pompier volontaire aux casernes de Sérignan et de Valras depuis 42 ans, c’est un Sérignanais de toujours que tout le monde ici surnomme “Nano”.

Jean-François aime aider les gens, c’est dans ses veines, mais il a aussi un talent : il écrit des poèmes. Il en a rédigé des dizaines et des dizaines, c’est un besoin pour lui : “J’ai commencé à écrire en 2004, ça m’a pris d’un coup, j’ai eu envie et besoin d’écrire. Je me couchais avec une feuille et un stylo à côté du lit, pour exprimer sur papier tout ce que j’avais en tête….” Et il en a des choses en tête, car il est sensible et empathique. Il nous dit aimer “se mettre dans la peau de ses personnages”, comme lorsqu’il devient cette jeune fille mal dans son corps qu’elle pense si gros ou cette mamie qui parle de son seul compagnon, son chat Félix.

Jean-François explore de très nombreux sujets dans son large recueil de poèmes. L’amour, bien entendu, un moteur puissant qui meut et émeut ce grand romantique, son fils Nathan qui “illumine sa vie”, mais aussi notre histoire, notre terre ou nos racines. Il raconte par exemple le boulanger, le vigneron, le rugby, Georges Brassens, le temps qui court…

Jean-François partage parfois ses textes sur son profil Facebook. Ses amis l’y encouragent, ils aiment le lire. Il a gagné une dizaine de Prix, mais ça n’est pas son but, ces Prix sont juste des récompenses qui le rassurent. Par contre, il aimerait que ses textes soient chantés, devenir parolier… “Ça, ça m’aurait plu !”

Ce poète sérignanais se questionne beaucoup et essaie d’apporter du sens aux choses, à la vie. C’est un homme qui s'avoue anxieux mais qui préfère cultiver le bonheur, donner de l’espoir aux gens, ajouter de la beauté au monde. Une sorte de grand gaillard au cœur doux, un rugbyman tendre.

Aujourd’hui, nous partageons avec vous l’un de ses poèmes qui est à nos yeux un bel hommage à une profession particulièrement impactée par la crise :

Le café

Qu’il soit de la paix, du centre, de l’avenir,

au décor de lambris doré ou mur délavé,

Lieu de vie, de rencontres, de fête, d’amitié,

parfois exutoire d’âmes en peine.

Avec tous ses piliers,

il est rare d’en voir un s’effondrer.

Un endroit où même sans courant d’air

peut s’attraper un rhume de comptoir.

De tous les coins de l’hexagone,

à l’heure de l’apéritif,

appuyé sur son zinc,

levant le verre de l’amitié,

le monde y est refait.

Mélange d’anarchie, ragot et vérité,

par toutes les classes de la société.

Cet espace sans racisme où se côtoient

petit noir, jaune, rouge, blanc limé.

Pour tous un jour y avoir été,

à la condition d’être modéré.

L’homme qui le fréquente

ne peut être mauvais.

 

Santos JF

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.