Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

SERIGNAN - Un jour, un commerce sérignanais : Émilie Tattoo Dermo, Émilie Laforge-Laboucarié

Émilie vient d’ici, elle est Sérignanaise. Elle a fréquenté nos centres de loisirs. Maintenant,…

Émilie vient d’ici, elle est Sérignanaise. Elle a fréquenté nos centres de loisirs. Maintenant, cette jeune mère a monté son cabinet de tatouages dans le groupe médical Les platanes, situé rue Cabrillac.

Mais pourquoi donc est-elle installée dans un groupe médical ? C’est parce qu’Émilie est une tatoueuse engagée, elle fait des tatouages artistiques, mais aussi (et surtout) des tatouages “paramédicaux”. Sa spécialité ? Recouvrir les cicatrices dues à des opérations, des accidents, des mutilations, des brûlures, et redessiner en trompe-l’œil l’aréole du sein pour celles qui ont subi une ablation suite à un cancer.

Quand on lui demande comment elle en est arrivée là, elle explique : “Je dessine depuis toujours. Je faisais même des concours de dessin. Pendant longtemps, les amies faisaient appel à moi pour que je leur dessine sur papier leurs tatouages. Elles m’encourageaient à me lancer mais je n’étais pas certaine, jusqu’au jour où j’ai vu un reportage sur le recouvrement de cicatrices. J’ai immédiatement su que c’était ça que je devais faire. J’étais enceinte de ma fille, j’ai réservé ma formation, y suis allée dès que possible et ai ouvert dans la foulée”.

La différence avec les autres ? Émilie refuse d’utiliser les pigments temporaires, pourtant agréés officiellement et remboursés. Selon elle, ça devient vite pas très joli et surtout, les femmes qui sont passées par là ont besoin de tourner la page. Elles viennent chez Émilie car elles veulent du définitif.

Émilie enchaine : “Le médecin répare le corps, le psychologue répare l’esprit, et moi je permets aux femmes de se regarder à nouveau dans un miroir pour celles qui n’y arrivaient plus”.

Elle recouvre donc, de façon subtile ou au contraire très visible, en fonction des goûts de ses clientes. Elle sait tatouer en 3D et parfaitement cacher la cicatrice du port-à-cath. Elle s’est perfectionnée dans les tatouages floraux, la technique du “dot” et les mandalas. Elle ne tatoue que les femmes. Elle fait aussi, à celles qui le lui demandent, des tatouages artistiques ou du maquillage semi-permanent aux sourcils, aux cils et à la bouche, mais ça n’est pas sur ça qu’elle souhaite communiquer, même si elle le fait très bien !

Pour continuer sur son engagement, Émilie participe chaque année à Octobre rose, le mois dédié à la lutte contre le cancer de sein, en offrant ses services de tatouage aréolaire à celles qui en ont besoin. Elle travaille gratuitement pour les aider à se reconstruire. Elle espérait se refaire une santé financière en novembre et le confinement est venu tout bousculer.

Elle a besoin d’aide et cette femme volontaire a monté une boutique en ligne pour renflouer les comptes ! Rendez-vous sur https://www.loviink.fr/, “la boutique de la tatoueuse confinée” pour lui acheter des bougies faites à la main, des bijoux, des accessoires et galets à pendre, et lui permettre d’offrir un beau Noël à ses 4 enfants, d’investir dans une table de soin confortable et de récolter des fonds pour la prochaine campagne d’Octobre rose !

Du caractère, des valeurs fortes, et du talent : Émilie est solidaire des femmes qui en ont besoin, et si on était à notre tour solidaire d’Émilie ? On compte sur vous !

Contactez-la au 06.58.09.78.67, découvrez-la sur https://emilietattoodermo.fr/, suivez-la sur

Tattoo pour plaire • by Emilie Tattoo Dermo ou sur www.instagram.com/emilietattoodermo

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.