Seuls 30 % des auto-entrepreneurs de 2010 réalisent encore une activité

Une récente étude de l’Insee révèle que moins d’un tiers des auto-entrepreneurs inscrits au…

Une récente étude de l’Insee révèle que moins d’un tiers des auto-entrepreneurs inscrits au premier semestre de l’année 2010 exercent encore une activité. Sept ans après la mise en place de ce régime, les auto-entrepreneurs représentent plus de 43 % des créations d’entreprises. Seules les activités dans le secteur de la santé et de l’action sociale semblent pérennes.

L’engouement pour le régime de l’auto-entrepreneur, créé en 2009 et modifié en micro-entrepreneur en 2014, est réel avec 360 000 immatriculations comptabilisées l’année suivant sa mise en place. Néanmoins, si le régime représentait à ses débuts près de 60 % des créations d’entreprises en France, il tend à diminuer les années suivantes pour ne plus constituer que 43 % des nouvelles sociétés en 2015. Cette baisse de régime pourrait trouver sa source, en partie, dans la faible pérennité de ces entreprises. Ainsi sur les 190 000 auto- entrepreneurs créés au premier semestre 2010, seuls 57 000 exercent encore une activité aujourd’hui. Par ailleurs, 38 % des auto-entrepreneurs n’ont même jamais été actifs et ont été radiés automatiquement au bout de deux ans.

L’action sociale et la santé, des secteurs porteurs

Comme pour tous les créateurs d’entreprise, le secteur d’activité est déterminant pour assurer une activité durable de l’entreprise. Sur la période étudiée par l’Insee, le secteur de la santé humaine et de l’action sociale domine les autres catégories, avec un taux de démarrage de l’activité de 78 % et un taux de pérennité de 71 % sur un horizon de trois ans, suivi par l’enseignement, avec respectivement un taux de démarrage de 76 % et une survie à trois ans de 56 %. Pour autant, ces deux secteurs ne représentent que 7 % des immatriculations. A l’inverse, les secteurs de la construction, du commerce et des activités scientifiques, qui constituent plus de la moitié des immatriculations, ont une durée de vie bien plus faible, avec respectivement 50 %, 46 % et 45 % d’entreprises encore en activité au terme de trois ans. L’étude remarque que la disparition des micro-entreprises n’est que marginalement imputable à un changement de statut au profit du régime général, car ce dernier concernerait seulement 2 % des auto-entrepreneurs.

Une mortalité importante

Selon les différents enseignements de l’étude, il apparaît que la pérennité des micro-entreprises dépendrait en partie du choix du créateur d’en faire une activité à temps plein plutôt qu’une activité destinée à lui assurer un revenu complémentaire. Toutefois, au fil des ans, l’auto-entreprise tend à devenir une activité à temps partiel avec, en 2013, 48 % des auto-entreprises qui génèrent le revenu principal de l’entrepreneur. Enfin, il semblerait que l’expérience du micro-entrepreneur soit déterminante pour la pérennité de son entreprise à trois ans, en passant d’un taux de survie de 40 % pour les moins de 30 ans à un taux de 55 % pour les plus de 50 ans. Notons que dans le cadre du régime général des entreprises individuelles, les chances de survie sont plus fortes lorsque le créateur a entre 30 et 39 ans. Néanmoins, les chiffres d’affaires déclarés par les micro-entreprises restent bien plus faibles que ceux des entreprises individuelles. En moyenne, les micro-entrepreneurs déclaraient un chiffre d’affaires de 10 000 euros en 2012, 13 000 euros dans le cadre d’une activité principale, et les trois quarts des créateurs en activité réalisaient un chiffre d’affaires inférieur à 15 000 euros, contre à peine 14 % des entreprises individuelles classiques.


Hausse des créations d’entreprises en avril

Les créations d’entreprises repartent à la hausse en avril 2016 (+ 1,8 %), portées par les immatriculations sous le régime de la micro-entreprise (+ 4,1 %), qui accusaient une chute de – 16,6 % sur les douze derniers mois. Ainsi, la micro-entreprise ne représentait plus que 41,3 % des créations en avril avec 19 338 immatriculations (contre 49,2 % un an auparavant), selon les derniers chiffres de l’Insee. Avec 13 342 nouvelles entreprises, le commerce, le transport, l’hébergement et la restauration soutiennent le rebond d’avril 2016, suivis par les activités de soutien aux entreprises (10 350) et la construction (5 323). Sur le dernier trimestre 2016, les créations d’entreprises ont augmenté de près de 6 % par rapport à la même période de 2015, avec une forte croissance des créations de sociétés (+ 12,7 %) et d’entreprises individuelles hors micro-entrepreneurs (+ 9 %) .


Alban LE MEUR

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.