Stéphanie Binon, blogueuse et comédienne inspirée et inspirante

Stéphanie Binon, Stef pour les intimes, est une femme (même si elle préfère clairement qu’on l’appelle « mademoiselle ») bien dans ses baskets. Elle est, selon elle « l’épouse d’un homme en or, et une maman qui fait de son mieux pour sa fille, véritable cadeau du ciel ». Tétraplégique, elle s’est retrouvée en fauteuil roulant à la suite d’un accident de gymnastique survenu lorsqu’elle avait 14 ans. Stef est une blogueuse qui raconte les anecdotes de sa vie quotidienne, mais aussi une comédienne qui croit plus que tout qu’elle parviendra à se faire une place dans ce « nouveau monde ». Rencontre avec cette Belge sympathique, expatriée depuis dix ans dans l’Hérault, et qui vit aujourd’hui à Mèze.

Quel a été votre parcours ?

Stéphanie Binon : « Diplômée en communication, j’ai travaillé pendant plusieurs années pour ce secteur dans des domaines divers et variés. J’ai ensuite ouvert un centre de bien-être en Belgique avec mon mari. Une aventure qui, malheureusement, ne s’est pas passée comme prévu et à la suite de laquelle nous avons dû repartir de zéro. Nous avons alors tout plaqué et pris nos affaires et notre fille sous le bras en direction du magnifique département de l’Hérault. Ma fille étant toute petite j’ai, dans un premier temps, pris du temps pour elle et attendu que notre vie soit de nouveau un peu plus sereine pour réfléchir à mon avenir. Je suis une hyperactive, ce besoin est venu assez rapidement je l’avoue. Mais, pour des raisons pratiques et physiques, j’ai ­cherché́ une activité que je pouvais exercer à la maison. J’aime écrire, raconter des histoires, les rendre drôles et sympas à lire, j’ai donc créé le blog Handinary Stories, dans lequel je raconte des anecdotes de ma vie quotidienne qui pourraient sembler ordinaires mais que le handicap rend extraordinaires.

Puis, il y a eu un nouveau déménagement, à Mèze. Qui dit déménagement, dit nouvel environnement, nouveaux contacts, nouvelles inspirations. Nouvelles envies, aussi : de m’épanouir, de m’évader, de rencontrer, d’échanger, de partager. Envie de légèreté, de positiver, de rigoler.

Bref, une envie de faire du théâtre. Mes premiers pas – ou tours de roues – ont été une révélation. Les suivants, une confirmation. Je suis heureuse sur scène. Je m’y épanouis. J’y oublie le temps, les soucis, les douleurs. J’y oublie même le handicap. Je me sens à ma place. Alors j’ai eu envie de prolonger ce plaisir, de le rendre plus fort, plus intense. Plus personnel, aussi. Et surtout plus interactif. L’envie s’est alors transformée en évidence : faire un One Woman Show. Mais assise, roulettes obligent. Un One Woman Sit-Up Show… Aujourd’hui, c’est l’activité́ que je m’efforce de faire grandir au maximum avec tous les moyens à ma disposition, mais le Covid m’oblige à patienter. Et la patience est clairement le truc le moins naturel chez moi…
Alors, en attendant de retourner sur scène, je continue de répéter, de chercher des partenaires, de trouver des contacts, de chercher des salles, de parler un maximum de ce spectacle, de tourner des vidéos décalées avec l’aide de ma metteuse en scène Amélie Gonzales pour animer les réseaux sociaux. Je tente de rester connectée à ce monde où on manque clairement de hugs !
Je suis également membre de l’association DareWomen
(https://www.dare-women.org/#) destinée à encourager et développer l’audace chez toutes les femmes. Actuellement, nous sommes chargées de mettre en place le pôle de Montpellier et sa région. Un super projet qui occupe bien mon temps. »

HT : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer cette profession ?

« Le challenge de partir de rien, de relever un défi. Écrire un spectacle, le travailler et le voir se réaliser, c’est une fierté. Et puis, l’adrénaline, le bonheur que procurent chaque répétition, chaque montée sur scène. C’est une drogue dure, en fait, le contact avec le public. Un kiff indescriptible.
Voir et entendre les réactions des gens devant vous, les faire rire, les faire se poser des questions sur le handicap aussi, c’est une énorme satisfaction.
Je pense qu’avec l’humour, on peut faire passer tellement de messages. Le must est de pouvoir sensibiliser sans en avoir l’air. C’est pas génial ça ? »

stéphanie binon portrait
© Denis Vasilov

HT : Comment organisez-vous vos journées de travail ?

« Depuis le « nouveau monde », tout est bouleversé. Je tente de garder un rythme, ce qui est déjà un réel défi… Je n’ai pas de journée type. Mon handicap m’a appris à m’adapter. Comme beaucoup de mamans, je gère ce qui a rapport à l’école et passe beaucoup de temps avec ma fille. Je gère les courses, les trucs à la maison, etc. Bref, rien de bien excitant, mais qui doit être fait.

Je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux pour essayer de faire évoluer mes pages et mes profils. Je n’ai pas encore trouvé le truc miracle pour faire le buzz… Mais je me forme à ces réseaux en constante évolution. Je garde l’esprit ouvert, je lis énormément, j’écris chaque idée qui passe en vue d’une prochaine vidéo ou d’un post. Plusieurs fois par mois, je travaille avec Amélie Gonzales, ma metteuse en scène, sur des scénarios de vidéos ; on tourne les séquences et elle gère le montage.

Nous travaillons aussi très régulièrement les différentes versions du One Woman Sit-Up Show, en cas de castings ou de spectacles à venir. Ne jamais perdre espoir! Jamais ! Nous allons également travailler à nouveau sur la version qui sera présentée au festival d’Avignon en juillet 2021.
Je réponds à des interviews, participe à des lives, à des réunions pour différentes associations en rapport ou non avec le handicap. Je suis en contact plusieurs fois par semaine avec mes collègues DareWomen pour notre projet de Lab Montpellier.

Je procrastine aussi et suis abonnée à Netflix… Pas certaine que je devrais dire ça… Trop tard… »

HT : Comment arrivez-vous à concilier vos vies personnelle, familiale et professionnelle ?

Stéphanie Binon : « En étant parfaitement entourée de personnes solides, sur lesquelles je peux compter et m’appuyer. Dans ma vie personnelle, par mon mari, mes auxiliaires de vie, mes amis, mes voisins, mes connaissances. Et, dans ma vie professionnelle, par ma metteuse en scène, les personnes qui croient en moi, les réseaux, mon partenaire financier pour la participation à Avignon du spectacle – à savoir la Fondation Banque populaire – et les collègues de l’association DareWomen. Le secret, c’est de ne pas avoir peur de demander de l’aide et de déléguer un maximum. »

HT : Avez-vous des projets, des ambitions, des rêves ?

« Mes projets ? Remonter sur scène ! Tout déchirer au Festival d’Avignon du 26 au 31 juillet 2021 au Théâtre Les Etoiles. Voyager à nouveau. Offrir enfin son cadeau d’anniversaire de l’an dernier à notre fille (un voyage à Londres). Développer mes réseaux. Faire le buzz, ou pas…
Mes ambitions : faire des rencontres, grandir, m’enrichir au contact de l’autre, être inspirée et inspirante.
Mes rêves : reprendre une vie normale, parce qu’en face de moi, sur le mur, est affichée une liste de 16 rêves que je dois réaliser d’ici 2026 ! A titre d’exemples : aller voir une comédie musicale à Broadway, faire un séjour détente avec mes copines ou prendre un cours de théâtre avec un grand artiste…
Et encore, ce ne sont que les miens. Je vous dis combien il y en a à réaliser en famille ? Trop…
Ça devient urgent de réaliser nos rêves à nouveau ! »

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Stéphanie et Karim sont deux personnes géniales et qui peuvent servir de véritables exemples…

  2. Bonjour 🤝🌷
    J’ai vu 3 fois le “one woman sit-up show” de Stef et j’y ai invité famille et amis car j’ai énormément aimé.. 😃🤩🤗
    À chaque spectacle je suis passée du rire, avec toutes les situations cocasses que Stef livre à son public qui éclate de rire aux anecdotes de sa vie (romancées ou pas)
    Puis passage aux larmes à la fin du spectacle ou Stef déclame un “slam” (poème déclamé sur fond musical) écrit par son mari Karim.
    Slam qui m’arrache des larmes de compassion et qui me tord les boyaux car c’est tellement émouvant, bien écrit ✍️ et suite à son spectacle humoristique, il me bouleverse avec la même intensité à chaque fois que j’ai revu son spectacle 🎭
    J’adore Stef et ne peux que vous dire que c’est une “sacré bonne femme” à rencontrer…
    Et si vous en avez l’opportunité, allez voir son spectacle, vous sortirez de la salle le sourire aux lèvres et le cœur chaviré… C’est une grande dame… 🤩🤗😀

  3. Stephanie, tu es une jeune femme exceptionnelle et je pèse mes mots. Tu es géniale et je pense que tous ceux qui ont la grande chance de t’approcher ne peuvent que t’admirer. Et on ne peut qu’admirer Karim, ton mari . Je vous embrasse tous les trois et j’ai hâte de te voir sur scène…..

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.