Succès pour la journée RESO 2019

Les premières rencontres économiques et sociétales d’Occitanie (RESO 2019) ont permis aux très nombreux participants de se confronter aux mutations majeures qui résulteront du développement du numérique, de l’intelligence artificielle et de la digitalisation. L’impact sera profond sur l’évolution des entreprises, l’organisation du travail, la transformation des métiers, les relations économiques en général. Un nouveau chantier s’engage pour les décennies à venir.

Un très vaste public de responsables d’entreprises, de chercheurs, de représentants d’associations et d’organismes publics et privés ont assisté le 14 mai dernier au Corum à RESO 2019, les premières rencontres économiques et sociétales d’Occitanie. L’enjeu était d’importance puisqu’il s’agissait d’appréhender les évolutions à venir, induites par la pénétration du numérique, de l’intelligence artificielle, de la numérisation et de l’ensemble des nouvelles technologies. Selon le Forum économique mondial de Davos, l’automatisation pourrait supprimer à l’avenir 75 millions d’emplois dans le monde, mais aussi en créer 133 millions. Les profils les plus qualifiés et les moins qualifiés seraient gagnants, au détriment des profils intermédiaires.

85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore

De leur côté, l’Institut pour le futur et Dell ont publié un rapport selon lequel 85 % des emplois de 2030 n’existent pas encore. Il indique également que les étudiants d’aujourd’hui seront passés par 8 à 10 emplois lorsqu’ils auront 38 ans. « Notre monde bouge. Les nouvelles technologies, avec la numérisation et l’intelligence artificielle, de plus en plus présentes dans notre vie quotidienne, réinterrogent en profondeur notre modèle économique et le rapport au travail. Nous devons donc reconsidérer nos métiers, soumis à une révolution inédite », avance Carole Delga, présidente de la région Occitanie, dans son propos introductif à RESO 2019. Selon elle, des réponses politiques s’imposent pour anticiper et créer une dynamique positive. Parmi celles-ci figure la création de la Cité de l’économie et des métiers de demain à Montpellier, terre de l’innovation. « Cette Cité à Montpellier sera une première nationale. Elle sera complétée par la future Cité des start-up, qui verra le jour à Toulouse », précise Carole Delga.

L’emploi de demain : trouver une place à chacun

Dans son intervention, Fabienne Dulac, CEO d’Orange France, indique que si le perfectionnement des technologies est inéluctable, les responsables d’entreprise ont le choix entre vouloir automatiser toujours plus les processus ou au contraire s’interroger pour se demander jusqu’où aller dans l’utilisation des techniques. « La question à se poser est d’ordre éthique. Elle consiste à se demander quels sont les principes qui vont nous guider pour construire. Une entreprise, c’est une performance économique, mais c’est aussi un corps social issu d’une histoire, de rapports sociaux, d’une culture d’entreprise, d’un rapport avec ses clients », souligne Fabienne Dulac.

Chez Orange, qui a fortement digitalisé son activité et où 55 % de la relation client est gérée en ligne, « nous avons néanmoins laissé l’humain très fortement en place, affirme Fabienne Dulac. Nous avons divisé par deux le nombre de boutiques, mais nous n’avons pas baissé le nombre de mètres carrés ni celui des vendeurs. Nous vendons plus. Nos boutiques sont allées chercher une nouvelle forme d’accompagnement vis-à-vis des clients ». Pour elle, le futur de l’emploi ne se construira pas indépendamment du rôle social et sociétal de l’entreprise. Celle-ci se doit de trouver une place à chacun. On attend des entreprises qu’elles soient cohérentes entre ce qu’elles disent et ce qu’elles font.

La formation largement mise en avant

Tout au long de la journée, les intervenants venus de toute la France ont débattu entre eux et avec le public de la transformation du travail et de l’emploi par le numérique, la digitalisation et l’intelligence artificielle. L’impact sur la transformation des entreprises a tenu une large place.

La rapidité des changements conduit à mettre en avant la formation. Un débat lui a été spécifiquement consacré l’après-midi, au cours duquel les participants ont tous souligné l’importance de l’humain et de la présence d’un formateur, en accompagnement des plateformes et du e-learning. L’accélération du développement technique conduit à privilégier la mise en situation réelle de projet. Il s’agit aussi de passer de programmes de formation longs à des programmes de formation courts qui permettent de personnaliser les parcours. Un tel passage exige d’identifier des blocs de compétences. La réussite de la mise en place de formations adaptées s’avérera décisive. Mais tout le monde est d’accord : elle n’est pas facile à mettre en œuvre.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.