L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.

Tourisme, campings, aides directes… Jean-Baptiste Lemoyne évoque les futures annonces gouvernementales

Parmi les points évoqués pour la Région Occitanie, des feuilles de route spécifiques pour le tourisme religieux de Lourdes et pour le thermalisme, l’ouverture des campings et des frontières européennes, et la réouverture des établissements de convivialité…

Occitanie. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a tenu, lundi 25 mai, une conférence téléphonique dans la continuité d’une réunion avec les différents acteurs du tourisme d’Occitanie portant sur le coronavirus COVID-19 et ses conséquences pour le secteur. Jean-Baptiste Lemoyne a évoqué différents points du Plan tourisme et les nouvelles mesures qui devraient être annoncées ce jeudi 28 mai.

Deux outils de crise ont été mis en place par Jean-Baptiste Lemoyne pour suivre et piloter les mesures destinées au secteur du tourisme. Chaque mardi, le comité filière tourisme se réunit pour faire un point sur l’évolution du secteur. Parallèlement, un tour de France des régions a été engagé par étapes hebdomadaires, dont ce lundi 25 mai en région Occitanie. “C’est un tour d’horizon particulièrement instructif qui a permis d’échanger avec les acteurs du tourisme, de l’événementiel, des aéroports, des villes portuaires (…) Des échanges précieux pour la prise de décision de ces prochains jours” a indiqué le secrétaire d’Etat. Parmi les points évoqués, des feuilles de route spécifiques pour le tourisme religieux de Lourdes et pour le thermalisme, l’ouverture des campings et des frontières européennes, ainsi que la réouverture des établissements de convivialité…

100 000 emplois en Occitanie

Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé quelques chiffres relatifs au tourisme en Occitanie. Cette filière représente plus de 10 % du PIB régional (contre 7 à 8 % en moyenne en France), 16 milliards d’euros de consommation touristique soit 10 % des recettes nationales du secteur, induisant près de 100 000 emplois. Le tourisme est le second secteur pourvoyeur d’emplois après l’agriculture et l’agroalimentaire. L’Occitanie est également la première destination française en nuitées pour l’accueil des clientèles nationales. La région dispose de sites touristiques d’importance comme le pont du Gard et son million de visiteurs chaque année ou Lourdes, qui rassemble 1,2 million de pèlerins par an.

18 milliards d’euros d’aides déjà validés

Le gouvernement est ainsi amené à prendre de nouvelles décisions avec la deuxième phase de déconfinement annoncée pour le 2 juin. Le CIT (Comité interministériel du Tourisme) du 14 mai dernier avait été marqué par la mise en place d’un prêt tourisme distribué par Bpifrance (différé de deux ans, maturité de dix ans) “particulièrement apprécié des acteurs de la filière” a indiqué le secrétaire d’Etat. Au total …/…

…/… des aides d’une valeur totale de 18 milliards d’euros ont été validées, composées pour moitié d’aides directes (9 milliards d’euros) – avec la prise en charge de l’activité partielle jusqu’en décembre 2020, l’exonération de charges pendant quatre mois pour le secteur du tourisme (dont événementiel), le fonds de solidarité adapté au secteur qui se poursuit jusqu’en décembre – l’autre moitié de ces fonds (9 milliards d’euros) étant dédiée au financement et à l’investissement (Bpifrance, Banque des territoires et Caisse des dépôts) pour accélérer la mutation du secteur. “Dans cette crise, il faut savoir manier à la fois le microscope et la longue-vue, c’est-à-dire le très court terme avec la saison estivale qui s’annonce sans perdre de vue le tourisme de demain, et investir pour rester au niveau” notamment face aux nouvelles destinations internationales qui ont émergé depuis quinze à vingt ans, a précisé le secrétaire d’Etat.

Des PGE pour 8 000 entreprises du tourisme régional

Les PGE – Prêts Garantis par l’Etat – accordés aux acteurs du tourisme en Occitanie représentent à ce jour 641 millions d’euros distribués. Ils ont bénéficié en majorité à des entreprises de Haute-Garonne et de l’Hérault (55 % des prêts accordés au secteur touristique régional). Le ticket moyen est de 80 000 euros par entreprise, et 8 000 entreprises régionales en ont bénéficié. En complément du PGE, Bpifrance et la Région Occitanie ont mis en place le prêt Rebond, qui a déjà permis de soutenir 22 entreprises pour un montant global de 22 millions d’euros. Le prêt Tourisme qui vient d’être lancé a été sollicité par 7 entreprises pour une enveloppe de 1,7 million d’euros. “Il est appelé à monter en puissance : nous avons prévu 1 milliard d’euros sur ce prêt” a estimé Jean-Baptiste Lemoyne. Conscient que la reprise sera progressive, le gouvernement a également prolongé les aides directes aux entreprises du secteur jusqu’à la fin de l’année.

Une feuille de route spécifique pour Lourdes et le thermalisme

Faisant suite aux échanges avec les élus, le secrétaire d’Etat a souligné l’importance de certains territoires spécifiques dans le poids de l’économie touristique régionale. Le département des Hautes-Pyrénées par exemple, dont 33 % du PIB repose sur le tourisme, dispose d’un fer de lance touristique avec Lourdes. “J’ai plaidé et été entendu pour que le CIT retienne l’idée de bâtir une feuille de route spécifique pour Lourdes. Cela fait partie des mesures annoncées, et nous allons y travailler dans les prochaines semaines”. La filière du thermalisme devrait également bénéficier d’une feuille de route spécifique. “Il est clair que pour un certain nombre de territoires, un travail spécifique doit être engagé, compte tenu de l’ampleur de l’impact économique. C’est le cas de Lourdes, de la Corse, des Outre-Mer… Nous devrons accompagner ces territoires dans la durée (…) L’idée est de faire un premier point courant juillet pour une adoption définitive à l’automne” a précisé le secrétaire d’Etat. 

Ouverture des frontières et campagne nationale

Atout France va prochainement lancer une campagne de communication sur le thème “Cet été je visite la France”. “J’ai repris le hashtag lancé par Stéphane Bern (…) Nous avons tous bien conscience que le moteur du redémarrage touristique va être un moteur domestique, un moteur national, même s’il est probable que certaines clientèles européennes pourront revenir. J’espère qu’autour du 15 juin, nous pourrons donner une visibilité à cette clientèle notamment de proximité, belge, néerlandaise, espagnole (…). La France n’est pas une île (…) Un certain nombre de pays – l’Espagne, l’Italie, la Grèce – ont fait des annonces sur la réouverture de leurs frontières (…) J’ai appelé à une plus forte coordination européenne (…) Autour du 15 juin, nous (Etats européens) serons en mesure de donner une visibilité de la réouverture des frontières entre pays frontaliers et européens. C’est le temps utile pour que les Européens puissent se préparer à rejoindre la France (…)”. Le rayon des 100 kilomètres, qui a permis de relancer un tourisme d’ultraproximité, sera étendu. Le Premier ministre a annoncé le 14 mai que les Français pourraient partir en vacances en France en juillet et en août. Cela induit “que le cercle sera agrandi (…) pour donner plus de capacité pour se déplacer. (…) Mais jusqu’au 2 juin, c’est la règle des 100 kilomètres qui prévaut. Et tout cela est, bien sûr, tributaire des résultats enregistrés dans la lutte contre le virus” a expliqué Jean-Baptiste Lemoyne.

Réouverture des établissements

Concernant les dates et conditions d’ouverture des établissements, “le Premier ministre a déjà donné une lueur d’espoir lors du CIT tourisme du 14 mai, avec l’hypothèse d’une ouverture des cafés-restaurants pour les départements verts à partir du 2 juin, si les conditions sanitaires le permettent. Le Haut Conseil de la Santé publique a rendu son avis sur la question (permettant d’envisager) une reprise certes en mode dégradé, mais qui puisse permettre aux établissements de rouvrir…” Avec notamment 1 mètre de distanciation entre les tables au lieu des 4 m2 préconisés à l’origine. 

Une coordination Etat-Région

Le secrétaire d’Etat a également salué le Plan de relance économique mis en place par la Région Occitanie, “particulièrement utile en ces temps”, avec à la fois des mesures d’accompagnement, de soutien et d’investissement pour 80 millions d’euros et des mesures de marketing avec un plan d’actions du Comité régional de tourisme alliant le court terme (pass loisirs, pass transport…) et le long terme, avec notamment la mise en place d’un cluster Prospectives Tourisme avec l’Open tourism Lab de Nîmes (lire notre article sur heraultjuridique.com) et, entre autres, un plan de soutien au tourisme religieux de Lourdes. 

La question des campings

Parmi les questions posées au secrétaire d’Etat figurait celle de la réouverture des campings. “Nous travaillons très bien avec la fédération nationale. Depuis la semaine dernière, un assouplissement a été apporté (…) Il permet aux résidents secondaires qui ont un emplacement, un mobil-home, de pouvoir y accéder (voir l’arrêté préfectoral sur heraultjuridique.com). Je porte le souhait des professionnels de pouvoir rouvrir dans les prochains jours, ne serait-ce que pour mettre fin à une petite distorsion de concurrence, parce que les autres hébergements, comme les hôtels, les gîtes, sont ouverts. Il me semble par conséquent que les campings devraient pouvoir ouvrir. Réponse définitive jeudi (28 mai) lorsque le plan de déconfinement sera étudié par le conseil de Défense. Il n’y a pas de tourisme pour tous sans ouverture des campings. L’hôtellerie de plein-air représente la moitié des nuitées en hébergement estival. Ce sont des professionnels aguerris qui se préparent, qui ont le sens de l’accueil, et dont le plaisir est de faire plaisir aux autres” a analysé le secrétaire d’Etat. 

Daniel CROCI

Les annonces gouvernementales de ce jeudi 28 mai seront précisées sur notre site heraultjuridique.com

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.