Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Transition numérique : savoir rester fidèle à soi-même, l'analyse d'André-Yves Portnoff

André-Yves Portnoff, conseiller scientifique de Futuribles international, Paris ; professeur associé MBA HEG Fribourg…

André-Yves Portnoff, conseiller scientifique de Futuribles international, Paris ; professeur associé MBA HEG Fribourg et IMSG Genève ; intervenant à la Chaire Edgar-Morin (Essec), analyse, pour l’HJE, la transition numérique et l’intelligence artificielle qui suscitent à la tête des entreprises trois attitudes : « je ne suis pas concerné ! », « je m’en méfie, cela me fait peur » ou bien « j’essaye d’exploiter les nouvelles voies ouvertes par la technique ». Si vous avez adopté l’une des deux premières attitudes, attention, danger ! Ne pas changer dans un monde qui change, c’est se condamner à disparaître, nous dit André-Yves Portnoff.

BPIFrance avait lancé une alerte justifiée, il y a deux ans et demi, après avoir interrogé 1 814 entreprises françaises[1]. 20 % des dirigeants de PME et ETI françaises déclaraient que « le temps de la transformation digitale n’était pas venu pour leur entreprise » ; « 47 % d’entre eux estimaient même que l’impact du digital sur leur activité ne serait pas majeur à 5 ans ». 61 % utilisaient peu ou pas les données liées à la vente ou la relation client et 87 % des dirigeants ne faisaient pas une priorité stratégique de la transition numérique.

De plus, 12 % seulement des dirigeants avaient des programmes de formation, 10 % avaient procédé à des recrutements spécifiques[2]. Plus grave encore, 25 % seulement des dirigeants associaient les équipes opérationnelles à la transformation numérique ; ils n’étaient pas plus nombreux à s’appuyer sur des compétences extérieures ; 77 % en faisaient une question « portée par la direction générale ».

Or « sans adhésion des équipes au projet, la transformation est vouée à l’échec »[3], notait avec raison BPIFrance. Un changement stratégique et organisationnel, mental même, s’imposait donc dans la majorité des PME françaises. Il est encore loin d’avoir été accompli aujourd’hui. Les petites et très petites entreprises restent très peu présentes en ligne  et le décalage reste frappant entre la maîtrise quotidienne des instruments numériques par le grand public et la réticence du monde professionnel. « Alors que les collaborateurs vivent au quotidien des transformations dans leur mode de consommation avec le numérique, ils ne ressentent pas clairement de “révolution numérique” dans leur travail », observe le Baromètre Digital Workplace 2019[5]. D’où des frustrations et des pertes de compétitivité.

Le problème n’est pas technique

Pour autant, les dirigeants de PME ne…

Article publié dans notre édition 3296. Suite de l’article réservée aux Abonnés. S’abonner ?

Suite de votre article dans votre espace Abonné, lien direct vers n° 3296

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.