Une conférence du philosophe Emanuele Coccia à la Panacée le 5 avril

"Matières, métamorphoses, métempsychoses. Les corps et leurs identités." Tel est le titre de la conférence qui sera donnée par Emanuele Coccia, philosophe et auteur de l’essai "La vie des plantes : une métaphysique du mélange" (Ed. Rivages, 2016) à l'auditorium de la Panacée, le jeudi 5 avril 2018, à 19h. Entrée libre.

“Matières, métamorphoses, métempsychoses. Les corps et leurs identités”

Vaste programme que celui de la prochaine conférence d’Emanuele Coccia, philosophe et maître de conférences de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) de Paris, à la Panacée. Dans son essai La vie des plantes, une métaphysique du mélange, il assure : les plantes “n’ont pas de mains pour manier le monde, et pourtant il serait difficile de trouver des agents plus habiles dans la construction de formes.[…] Les plantes coïncident avec les formes qu’elles inventent ; toutes formes sont pour elles des déclinaisons de l’être et non du seul faire et de l’agir. Créer une forme signifie la traverser avec tout son être comme l’on traverse des âges ou des étapes de sa propre existence”. Il ajoute : “Par une communication opérée entre ses parties aériennes et souterraines, elle a la capacité de transformer l’énergie solaire dispersée dans le cosmos en corps vivant, la matière difforme et disparate du monde, en réalité cohérente, ordonnée et unitaire”.

En montrant le monde « vu » par les plantes, notre rapport au monde est lui-même questionné par l’auteur.

Quelle serait l’essence des plantes ?

Sur France Culture, Géraldine Mosna-Savoye a ainsi commenté récemment le dernier ouvrage d’Emanuele Coccia : “Dans l’essai La vie des plantes, une métaphysique du mélange, Emanuele Coccia revient sur cette végétation qui a souvent été vue comme un “accident coloré mais inessentiel”, comme ce qui “trône dans les marges du champ cognitif”… Mais comment les plantes pourraient-elles être plus que ce qui végète ? Quelle serait leur essence ? “Le monde des fougères”, “le monde des hêtres”. La végétation est la grande oubliée de la philosophie. Certes, on parle de la nature, on parle d’écologie, on parle aussi beaucoup d’animaux, on tente ainsi de réduire la différence que l’on a longtemps établie entre les hommes et le reste du monde… mais très peu, il est question des plantes. Heureusement ! Il y a au moins cet essai : La vie des plantes, une métaphysique du mélange. C’est qu’il faudrait en fait inverser cette proposition : les plantes ne sont pas un “ornement cosmique”, elles ne sont pas ce qui s’ajoute ou décore le monde, elles sont le monde. Déjà, Aristote distinguait l’âme végétative de l’âme sensitive et de l’âme intellective : mais loin de l’opposer à l’activité de la pensée, il en a dégagé le souffle premier, le principe de vie à l’état pur. Emanuele Coccia va dans ce sens aussi : chaque élément d’une plante est animé. On peut lire ainsi de très belles pages : une “théorie de la feuille”, “ferme, immobile, exposée aux phénomènes atmosphériques, jusqu’à s’y confondre, la première grande réaction à la conquête de la terre ferme”, mais aussi une “théorie de la racine” où le caché, le profond, devient la tête du mouvement, et bien sûr, une “théorie de la fleur”, cet “appendice qui permet aux plantes de capturer le monde”. Et il ne s’agit pas ici de plaider pour un primat des plantes sur le monde ou seulement d’y voir une métaphore de la vie, mais bien de souligner plus qu’une continuité des vivants, un mélange total, une immersion dans le monde végétal”.

emanuelle coccia

Pour en savoir plus sur cet ouvrage, réécoutez en podcast l’émission de France Culture Deux minutes papillon, par Géraldine Mosna-Savoye.

Emanuele Coccia est également l’auteur de deux autres essais remarqués : La Vie sensible et Le Bien dans les choses.

Informations pratiques

La Panacée
14, rue de l’Ecole de Pharmacie
34000 Montpellier
Tel. : 04 34 88 79 79.
E-mail : contactpanacee@ville-montpellier.fr

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.