Universités d’été de la profession comptable : transmettre, la clé de la réussite

Transmettre des compétences, un savoir-être, donner pour recevoir… les professionnels du chiffre ont pris un moment pour s’évader des sujets techniques et explorer les multiples dimensions de la transmission, lors de leurs universités d’été, à Paris.

Entre un atelier sur l’IFI, impôt sur la fortune immobilière, et une conférence sur le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source, un instant pour prendre de la hauteur : le 6 septembre, à Paris, dans le cadre des universités d’été de la profession comptable, une conférence intitulée « Transmettre » explorait cette notion sous tous ses angles, alternant expériences de vie, recettes de psychologie applicables au quotidien et invitation à la générosité…

Parmi les intervenants qui ont défilé sur scène, Thierry Marx, célèbre chef étoilé, aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui compte quelque 350 collaborateurs en France et 400 au Japon. Le cuisinier a parcouru son itinéraire personnel – des cités de la banlieue parisienne aux établissements de luxe. Une manière de souligner combien les diverses étapes de sa vie, de la pratique intensive du judo à l’apprentissage de la pâtisserie auprès des Compagnons du devoir, en passant par sa période chez les parachutistes, lui ont transmis des valeurs et des savoir-faire qui ont fait de lui le cuisinier et le chef d’entreprise hors normes qu’il est devenu. Lequel, à son tour, « doit transmettre du savoir-faire et du savoir-être », explique-t-il. Une question d’efficacité professionnelle, bien sûr, mais aussi un credo : « Je défend l’idée que personne n’est fait pour l’échec », insiste Thierry Marx. C’est ainsi qu’il a mis sur pied une douzaine d’écoles qui affichent un taux de retour à l’emploi de l’ordre de 95 %, par exemple dans le domaine de la pâtisserie et de la boulangerie.

D’autres intervenants ont abordé le sujet de la transmission sous un angle plus théorique et pratique, transposable au quotidien d’un cabinet d’expertise comptable en interne, et dans ses relations avec les clients. Avec un message : la transmission ne concerne pas seulement l’expertise technique…

« Plus on maîtrise un sujet, plus la transmission paraît compliquée »

Pourquoi la transmission de la compétence est-elle si compliquée, s’est par exemple interrogé Son-Thierry Ly, docteur en économie de l’éducation et PDG de Didask, cabinet de conseil spécialisé dans les stratégies d’apprentissage. Dans une entreprise, « on a beau expliquer… il ou elle continue de se tromper », constate-t-il. En réalité, le problème se situe plutôt du côté de celui qui enseigne. « Le paradoxe, c’est que plus on maîtrise un sujet, plus la transmission paraît compliquée », poursuit Son-Thierry Ly. D’après l’expert, les compétences sont des sortes de « petits programmes » dans le cerveau, qui réalisent des prédictions, lesquelles déterminent une action. Ces « programmes » deviennent de plus en plus efficaces avec l’expérience : les prédictions s’affinent et la rapidité s’accroît, car le cerveau automatise les processus d’activation de cette compétence. Résultat, « cela devient inconscient. On sait, sur la base de toute l’expérience qui a contribué à la compétence. Il est difficile de la décortiquer pour la transmettre », analyse Son-Thierry Ly.

Autre analyse, celle d’Alexandre Dubarry, fondateur du cabinet de conseil et de formation Quatre Epices et chercheur en psychologie sociale. « Tous les systèmes vivants se tournent vers des sources d’énergie. Pour les humains, en période de crise, le management par des stimulants positifs agit comme le soleil », avance Alexandre Dubarry. Les experts-comptables gagneraient donc à devenir une « source d’énergie positive » pour leurs clients. Et pour transmettre cet enchantement, la clé, c’est « le rythme et la fréquence de la relation », dévoile Alexandre Dubarry. Bref, il ne faut pas s’en tenir au rendez-vous annuel, mais provoquer des rencontres pour mieux connaître le client, et aussi… le toucher, afin de déclencher des « mécanismes émotionnels ». « N’oublions pas, dans ce monde digital, que nous sommes des mammifères (…) Pour réussir la transmission, l’amour n’est pas une option », conclut le consultant.

Transmission à double sens

Au-delà de l’efficacité professionnelle, transmettre est aussi un devoir… source de satisfaction. C’est ainsi que deux intervenants, Najoua Arduini-Elatfani, ex-présidente du club XXIe siècle, association fondée en 2004 pour favoriser l’égalité des chances, et David Ken, photographe de mode et de publicité, porteur de Lol Project, « le pouvoir de rire », ont invité les experts-comptables à se montrer généreux. C’est en 2009 que le photographe a eu cette « idée folle, qui a changé ma vie », raconte-t-il : prendre en photos des gens qui rient. Moins de dix ans plus tard, il a réalisé 17 000 images qui sont exposées dans le métro parisien. Pour ce, il a réalisé une sorte de petit studio, la Lol box. Et, sollicité par des hôpitaux, à Garches ou à Paris, il s’est attaché à apporter un moment de joie à des personnes qui connaissent de graves ennuis de santé, avec le soutien de mécènes. « Faites votre BA, vous allez voir quelque chose de fou : vous allez recevoir mille fois plus que vous ne donnez », invite David Ken, apportant une belle dose de bonne humeur dans l’assistance.

Que la transmission soit à double sens, c’est également le message de Najoua Arduini-Elatfani. « Ne gardez pas votre savoir, ce que l’expérience vous a donné. Vous pouvez aussi transmettre pour agir pour une société plus juste », a-t-elle exhorté. La jeune femme a invité l’assistance « à prendre un stagiaire de troisième qui a zéro réseau, qui vit dans un quartier populaire » au lieu de sa propre nièce… Et ce n’est pas qu’une question de justice : car l’entreprise a besoin de compétences. Or, « plus on va vers le haut, plus on voit disparaître les différences », comme les femmes ou les minorités ethniques, à qui il faut transmettre certains codes du monde professionnel. Et Najoua Arduini-Elatfani de conclure : « Il faut aller chercher les meilleurs. A vous d’oser ! ».

Anne DAUBREE


Prélèvement de l’impôt à la source : les experts-comptables en première ligne

C’est confirmé : le prélèvement de l’impôt à la source débutera bien au 1er janvier 2019. Pour les experts-comptables, en première ligne avec les PME, les chantiers démarrent ce mois-ci. Certains cabinets proposeront à leurs clients de réaliser des tests et des simulations de bulletins de paie, pour être certains d’être prêts.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.