Vaccination, approvisionnement, quel type de vaccin ? Le Préfet de l'Hérault fait le point sur la vaccination dans le département

Jacques Witkowski, préfet de l’Hérault, était ce matin (jeudi 8 avril) en présence du président du conseil départemental Kléber Mesquida, au Centre de vaccination de Vailhauquès. Le centre passe en effet à 1000 vaccinations par jour et devient centre de grande capacité. Un autre centre doit ouvrir la semaine prochaine à Montpellier. Le point sur le nombre de vaccinations réalisées et sur les capacités futures avec le préfet de l’Hérault.

La vaccination dans l’Hérault, comme dans les autres départements, marche sur deux jambes : d’un côté les centres de vaccination mis en place par l’Etat et l’ARS, de l’autre les professionnels et établissements de santé de la médecine libérale et publique. En visite au centre de vaccination de Vailhauquès, en présence de Kléber Mesquida, président du Conseil départemental et du conseil d’administration du SDIS 34 (Service des pompiers), le préfet de l’Hérault a salué à travers Eric Flores, directeur du SDIS de l’Hérault, l’engagement à la fois des sapeurs-pompiers et des professionnels de santé et de la médecine libérale. 

FLores mesquida witkowski
De g. à dr. : Eric Flores, Kléber Mesquida, Jacques Witkowski. © HJE, D. Croci

Le centre de vaccination de Vailhauquès dope sa capacité à 1.000 injections par jour

La montée en puissance de la vaccination est effective sur l’ensemble du département. Le préfet de l’Hérault explique : “Le choix que nous avons fait comme ici (à Vailhauquès) est un choix de confort, de proximité dans le bassin de vie, avec une approche territoriale qui situe le point de vaccination – centre ou lieu de santé –  à moins de 25 minutes de chez soi”.

Le centre de Zinga Zanga passe aussi à 1000 injections/ jour

Autre annonce, dès maintenant, le centre de vaccination mis en place à la Salle Zinga Zanga à Béziers va augmenter ses capacités pour fonctionner à un rythme de 1000 vaccinations par jour. Pour lancer cette nouvelle étape de vaccination, Pierre Castoldi, sous-préfet de Béziers, aux côtés d’Alexandre Pascal directeur de l’ARS, sera vendredi 9 avril au centre de vaccination – à la salle Zinga Zanga située traverse de Colombiers à Béziers.

Pas de stades, mais des centres de grande capacité

accueil infirmiere
© HJE, D. Croci

Et Jacques Witkowski de poursuivre : ” Pour ouvrir un centre de vaccination de grande capacité, il faut avoir des locaux confortables disponibles pour plusieurs mois. Nous approchons des saisons chaudes et un confort de climatisation est nécessaire pour pouvoir le faire. Il faut se dire aussi que le local retenu va être “sacrifié” pour plusieurs mois. D’où le choix de ne pas avoir choisi un stade comme dans d’autres villes de France, avec l’espoir que la vie reprenne rapidement son cours normal et que les structures sportives retrouvent leurs fonctions d’origine. On n’est pas à une course de vitesse, et à prendre un stade pour avoir un stade “ a-t-il indiqué ce jeudi 8 avril.

Eric flores sdis 34
Eric Flores, directeur du SDIS 34. © HJE, D. Croci

Le seuil des 235.000 injections dépassé

Le préfet de l’Hérault détaille son plan d’actions concernant la vaccination dans l’Hérault : ” Le choix que j’ai fait avec l’ARS est d’ouvrir 2 centres opérationnels de grande capacité pour délivrer 1.000 injections par jour. Hier soir, nous avons dépassé le seuil des 235.000 injections dans le département, ce qui est un nombre important. Un bon tiers des personnes vaccinés a déjà eu la totalité des deux injections nécessaires “, a-t-il commenté.

30.000 doses par semaine dans les centres de vaccination

Se faire vacciner c’est important, a déclaré Jacques Witkowski, ajoutant qu’il faut qu’une offre vaccinale soit proposée. ” Pour donner un ordre d’idée, nous avons commencé la vaccination à 7.000 doses dans les centres de vaccination au tout départ, il y a trois mois. A la fin de la semaine, nous serons à près de 30.000 doses par semaine dans les centres de vaccination. Sachant que les centres représentent, sur les 234.000 injections que nous avons faites, à peu près la moitié de ce qui est délivré ; l’autre moitié l’est dans les établissements de santé, par les professionnels de santé libéraux et la médecine libérale “. La vaccination est effectuée de manière sûre, à la fois dans la manipulation des vaccins, leur injection et le suivi, a indiqué le préfet, qui a ajouté qu’aucun incident lié à l’injection n’était enregistré jusqu’à présent, hormis un malaise vagal.

dose
© HJE, D. Croci

Vers 150.000 injections par semaine

Concernant l’approvisionnement en vaccins, le préfet s’est montré rassurant : “ Ce que nous savons des approvisionnements, c’est qu’à partir de cette semaine, et jusqu’à début mai, nous garantissons 30.000 doses dans chacun des centres de vaccination qui sont concernés. Sachant que pour chaque première dose délivrée, nous avons la certitude que la seconde dose sera délivrée. C’est une garantie absolue pour les personnes qui sont vaccinées. La seconde injection a lieu dans les 28 jours en moyenne après la première. Le rendez-vous est donné de façon certaine. Nous avons devant nous une augmentation légère de l’approvisionnement au mois de juillet qui devrait passer à 35.000 doses par centre. C’est beaucoup car si l’on multiplie par les 4 centres de vaccination, par semaine, on est à peu près à 150.000 injections par semaine, auxquelles se rajoutent les vaccinations faites par la médecine libérale.

accueil 2
© HJE, D. Croci

Le vaccin Pfizer dans les centres de vaccination

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur le stock vaccinal avec une montée en puissance de la capacité de vaccination qui va être multipliée par presque cinq “, affirme le préfet Jacques Witkowski.

Trois vaccins ont été utilisés depuis le début de la campagne de vaccination, dont majoritairement celui de marque Pfizer. 168.000 personnes ont reçu le vaccin Pfizer, 54 000 injections ont été faites avec l’AstraZeneca, et le reliquat, à peu près 12.000, avec le vaccin de type Moderna ” qui n’est pas majoritaire dans nos livraisons départementales ” a souligné le préfet. ” Pour les trois semaines à venir, dans les centres de vaccination, il n’y aura exclusivement que du Pfizer. Il arrive que nous offrions le dimanche, en surnuméraire, de l’AstraZeneca, avec une bonne acceptabilité de la part du public “.

vaccination entree
© HJE, D. Croci

27 points opérationnels dans l’Hérault

” Nous aurons la semaine prochaine 27 centres opérationnels dans le département, dont des centres à grande capacité, qui permettront à la fois de faire de la proximité mais aussi de répartir et d’éviter aux habitants de l’Hérault d’avoir de trop grandes distances à parcourir. Ils permettront de réagir rapidement “ a annoncé Jacques Witkowski.

“Pour faire tourner un centre de vaccination, il faut 60 personnes, 7 jours sur 7, pendant dix heures par jour. Il faut que l’on ait la garantie de la mobilisation médicale autour du centre” a-t-il rappelé.

1.000 décès liés à la Covid, 400 personnes hospitalisées

La vaccination doit être faite rapidement, parce que le virus est toujours très présent dans l’Hérault, comme l’a confirmé le préfet : ” Nous avons malheureusement dépassé les 1.000 personnes décédées il y a quelques jours. Les hospitalisations sont aussi à un seuil important, proche des records de novembre dernier, mais nous nous en approchons. Hier (mercredi 7 avril), près de 100 personnes étaient en réanimation et près de 400 étaient hospitalisées.”

Grande inquiétude dans l’ouest du département

” Nous sommes toujours dans des seuils d’incidence importants, qui ralentit mais continue à monter – 380 dans le département hier – avec une partie ouest du département extrêmement concernée avec des taux proches de 500 dans la plupart des communautés de communes et d’agglomération de la partie ouest du département “ a indiqué le préfet.

kleber mesquida jacques witkowski
Kléber Mesquida, le président du Département de l’Hérault et Jacques Witkowski, préfet de l’Hérault. © HJE, D. Croci

Saint-Pons, Olonzac pour les territoires ruraux

Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, précise pour sa part : “ Au niveau des centres de vaccination gérés par les sapeurs-pompiers, au-delà du siège du SDIS à Vailhauquès, il y a aussi la caserne de Saint-Pons-de-Thomières et la caserne d’Olonzac, où les sapeurs-pompiers organisent la vaccination, toujours avec le même procédé par inscription et liste d’attente. Ces deux centres, qui sont excentrés par rapport aux chefs-lieux du département, permettent aussi de couvrir les territoires ruraux. Les sapeurs-pompiers seront également au pilotage du prochain centre qui va ouvrir à Montpellier”.

post injection
© HJE, D. Croci

Un nouveau centre à Montpellier

Un nouveau centre de vaccination doit en effet ouvrir la semaine prochaine à la mairie de Montpellier. Le préfet annonce à ce sujet : ” Nous allons ouvrir un nouveau centre de vaccination du même type que celui de Vailhauquès ; il sera opérationnel la semaine prochaine, entre le 12 et 15 avril, et montera en puissance par phases. Il sera dirigé – sous l’autorité du préfet – par les sapeurs-pompiers, en collaboration avec la mairie de Montpellier, l’ARS, le CHU de Montpellier et l’association Secours infirmiers ”.

Un Vaccidrive porté par Cap Santé est également en émergence : “ On restera pour ce vaccidrive sur un nombre d’injections relativement modeste – 200 doses autorisées par semaine – mais il va offrir une diversité de solutions pour la vaccination. C’est notre objectif “ a conclu le préfet Jacques Witkowski.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.