Valorisez chez vous la moitié de vos déchets grâce au compostage !

Déchets de jardin, épluchures de cuisine, restes de repas et autres résidus de nature animale ou végétale constituent la moitié des ordures ménagères. Ce qu’on peut faire de mieux avec ces déchets appelés ferrmentescibles ou putrescibles ou biodéchets, c’est d’en faire du compost, le meilleur des fertilisants agricoles, rappelle le MNLE.

Pour les biodéchets le compostage est le traitement le plus simple, le moins coûteux et le plus écologique. Le compost permet notamment de refertiliser les sols épuisés par une agriculture intensive.

Le compost ne doit contenir ni verre ni plastique ni résidus toxiques. C’est pourquoi chaque ménage devrait utiliser pour les putrescibles une poubelle distincte collectée à part des autres ordures. Faute de cette collecte séparée, par exemple, “la mairie de Béziers a été obligée de construire à grands frais une usine de tri automatique pour extraire des poubelles les putrescibles et essayer d’en faire du compost”, rappelle le comité biterrois du MNLE (Mouvement National de Lutte pour l’Environnement). Mais le tri industriel en usine est incapable de séparer convenablement les ferrmentescibles des autres ordures. En effet, après un premier mélange dans chaque poubelle ménagère, les ordures subissent un deuxième mélange dans les camions-bennes d’ébouage, puis un troisième mélange dans la fosse de réception de l’usine. Le « compost » obtenu à partir de ce mélange contient trop de débris indésirables pour être vendable. Il finit donc à la décharge municipale. Les contribuables financent ainsi une usine totalement inutile et l’enfouissement en décharge. “il s’agit là d’un double gaspillage d’argent public”, selon Robert Clavijo, du comité biterrois du MNLE.

Le comité regrette : “Au lieu de tirer la leçon de cet échec et d’organiser enfin la collecte séparée des résidus compostables, nos élus ont préféré démolir l’usine en 2014 et la rebâtir à grands frais avec le vain espoir que des améliorations techniques rendraient performante la chaîne de tri automatique. Nous avons en 2012 et 2013 plusieurs fois prévenu les élus que cette nouvelle usine serait un nouveau gaspillage et qu’elle ne produirait jamais du compost acceptable. Quand on casse des œufs, on peut aussitôt séparer le blanc du jaune mais une fois que ces œufs sont battus en omelette, il n’est plus possible de séparer jaune et blanc. Or les ordures biterroises à l’entrée de l’usine constituent une omelette et la chaîne de tri commence par broyer les ordures , ce qui aggrave leur mélange et achève de le rendre inextricable”.

Que dit la loi ?

Dans un avis publié en mars 2012, l’ADEME (le service public de l’environnement) mettait tous les élus en garde contre les usines de tri-compostage. La loi du 17 août 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte préconise de généraliser le tri à la source des déchets fermentescibles par les ménages et conclut que toute nouvelle usine de tri-compostage doit être évitée.

Un rapport sans appel de la chambre régionale des comptes

A Béziers, la démolition–reconstruction de l’usine et les nombreuses modifications-réparations qui ont suivi ont coûté en tout plus de 10,5 millions d’euros, selon le comité biterrois du MNLE. Malgré ces dépenses, les performances de Valorbi (la nouvelle usine) sont plus mauvaises encore que celles de l’Uvom (l’ancienne usine), selon le rapport de la chambre régionale des comptes publié en mars 2019.

Ce bon compost qu’aucune usine ne peut fabriquer, chaque ménage peut le produire à domicile sans frais et sans aucune nuisance. Il n’est même pas nécessaire d’avoir un jardin. Il existe de nombreuses brochures sur le compostage domestique. Si vous ne savez pas comment procéder vous pouvez vous adresser au comité biterrois du Mouvement National de Lutte pour l’Environnement

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.