Vécu, Agde : Ambre, "Célibataire, je vis mal la solitude"

Reportage

Ambre, 51 ans, est divorcée depuis dix ans. Depuis, elle n'a pas retrouvé l'âme sœur. Sa solitude lui pèse, et elle ne rêve que de trouver l'homme de ses rêves…

Photo © Artem Kovalev / Unsplash.

Des aspirations différentes

Ambre* explique : “J’ai plusieurs fois vécu en couple. Avec Guillaume, ça a duré huit belles années, les deux dernières étant beaucoup moins harmonieuses. Depuis notre séparation il y a dix ans, je vis toute seule. Pour moi, cette situation génère de la souffrance. Quand je croise des couples dans la rue, je ne peux pas m’empêcher de les envier. Ils ont droit à un bonheur auquel je n’ai plus accès depuis longtemps. Pourtant, je suis encore une belle femme. De nos jours, à la cinquantaine, on a encore plein de beaux jours devant soi ! Je ne voudrais pas passer le reste de ma vie sans ressentir de nouveau la joie de partager ma vie avec un homme”.

Un couple vu de dos qui s'embrasse dans la rue © Mircea / Pixabay
© Mircea / Pixabay

Elle déplore : “Les quelques hommes que je rencontre n’ont pas les mêmes aspirations que moi. Soit je découvre qu’ils sont mariés et qu’ils ont juste envie de s’accorder du bon temps avant de retrouver leur femme, soit les seuls à être encore célibataires sont des coureurs de jupons ou des hommes pleins de défauts… Comment trouver l’âme sœur dans le monde actuel ?”

Apprendre à être heureuse seule

Souvent, mon entourage me suggère d’apprendre à être heureuse seule. Mais c’est une chose que je ne sais pas faire. Je me rends compte que je suis sans cesse dans l’attente du prince charmant. Je ne vis pas pleinement. Même si je vais au cinéma, si je sors avec des copines, mon bonheur n’est pas complet, car je ne peux pas le partager avec un homme” analyse Ambre.

Elle ajoute : Je me rends compte que je suis très formatée par une vision idéalisée du couple et de la relation amoureuse. On me dit souvent que les fameux couples soi-disant heureux que je vois dans les rues ne le sont peut-être pas autant qu’on le croirait, et qu’il peut s’agir d’une façade. Et je dois bien constater que mes copines qui sont célibataires le vivent très bien, et que d’autres, mariées, ne sont pas toutes heureuses en couple.”

Le paranormal pour rêver un peu

“En attendant, je consulte des voyantes pour savoir quand et si je rencontrerai l’homme de mes rêves. Si l’une me dit que je vais rencontrer un beau brun dans l’année qui vient, je vais en voir une autre pour obtenir la confirmation… mais elle me dit que ce sera un blond et que je devrai patienter plus d’un an avant que le destin nous mette sur le chemin l’un de l’autre ! Je ne sais plus à qui me fier !” confie Ambre.

Une voyante qui tire les cartes de tarot © Petr Sidorov / Unsplash
© Petr Sidorov / Unsplash

Une lueur d’espoir

“Récemment, mes amies m’ont suggéré de devenir bénévole dans une association. Là-bas, au moins, je pourrais rencontrer des personnes de valeur, m’ont-elles dit. Et effectivement, au Secours Populaire, il y a un homme qui me plaît bien. Il s’appelle François et a 55 ans. Nous nous sommes vus plusieurs fois pour prendre un café ou aller au cinéma. J’espère que notre relation ne fait que commencer, et qu’elle deviendra une belle histoire d’amour, durable…” conclut Ambre.

*Cette personne a préféré témoigner de façon anonyme. Il s’agit donc d’un pseudo.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.