Vendargues, un village tourné vers l'environnement, pour le maire Guy Lauret

Reportage

Guy Lauret est le maire de Vendargues depuis le 15 mars 2020. Il évoque pour nos lecteurs ses réalisations et ses projets en matière de protection de l'environnement…

Votre municipalité semble intéressée par la protection de la planète…

Guy Lauret : “Il y a une quinzaine d’années, nous avions été parmi les premiers à faire l’Agenda 21, qui a mené à de très beaux projets, du plus grand au plus petit (comme la mise à disposition de poules…). Demain, il sera remplacé et complété par l’Agenda 2030, qui recense 17 objectifs de développement durable au niveau mondial. A nous de travailler dessus. Nous ne voulons pas de grandes diatribes mais des actions de tout ordre orientées vers le développement durable : c’est la feuille de route que j’ai fixée à mes services. A Vendargues, la répartition est d’environ deux tiers d’espaces naturels et agricoles et d’un tiers d’espaces urbanisés (répartis de façon équilibrée entre 50 % de résidentiel et 50 % d’économique environ).

Pensez-vous donner plus de place aux arbres à Vendargues ?

Guy Lauret : “C’est bien notre intention. Nous allons créer une forêt urbaine dans un bassin de rétention situé dans le lotissement Pompidou. Ce bassin de rétention de 2 hectares reçoit très peu d’eau, alors autant l’optimiser. Nous travaillerons sur ce projet de concert avec la Métropole, qui en a la gestion, et avec le Département de l’Hérault, à l’occasion de l’opération 8 000 arbres.”

Planche 3 copie

Vendargues croit au photovoltaïque…

Guy Lauret : “Ici on ne parle pas beaucoup d’écologie, mais on en fait. A commencer par les panneaux photovoltaïques sur le parking de l’Eden, livrés il y a quelques mois.

Urbasolar
Les panneaux photovoltaïques du parking de L’Eden. © Urbasolar.

Dans la lignée, nous allons couvrir des bâtiments et espaces municipaux de panneaux photovoltaïques. Ainsi, si l’étude est concluante, une partie du boulodrome sera couverte à la fois pour un aspect environnemental et pour que les boulistes puissent jouer été comme hiver, que le service municipal des sports en profite, ainsi que le terrain omnisports du complexe, le gymnase, les bâtiments des services techniques.”

Panneaux photovoltaiques Gymnase copie

La protection de l’environnement a-t-elle sa place à l’école, à Vendargues ?

Guy Lauret : “En 2021, nous nous sommes engagés à désimperméabiliser les cours d’écoles en 2022. Il y a vingt ans, il fallait aseptiser (quelquefois à outrance) les cours d’écoles en goudron. Maintenant, c’est tout l’inverse. Parents et communauté éducative souhaitent que les enfants étudient au plus près de la nature. La désimperméabilisation sera suivie d’une étude sur l’amélioration des conditions de travail et d’étude dans les écoles avec la mise en place d’occultants selon les endroits, la plantation d’arbres, l’installation d’aérations par le toit pour ouvrir le soir et réduire de quelques degrés la température, etc.

Dans les écoles, nous avons mis en place les Ecominots pour informer et sensibiliser les élèves à l’écologie, à la réduction des déchets car les meilleurs ambassadeurs de la protection de la planète sont les enfants, qui sensibilisent leurs parents aux bons gestes en matière de développement durable.”

bac compost

L’écologie est-elle aussi une affaire citoyenne, selon vous ?

Guy Lauret : “L’enjeu est en effet aussi d’encourager l’implication citoyenne en matière environnementale. En 2021, cela s’est traduit par le nettoyage des garrigues, le nettoyage d’un quartier, la pose d’un composteur de quartier sur la place de la Frigoule, près du complexe sportif… Un second sera installé à l’Eden. Nous avons déterminé l’emplacement, trouvé le citoyen qui veut le gérer. Nous attendons seulement que la Métropole, qui a passé la commande, soit livrée. Il y aura 3 ou 4 composteurs en tout.

La municipalité essaie d’accompagner toutes les bonnes idées. Par exemple, il y a des ruches en centre-ville, à côté de la bibliothèque. Et nous avons fait travailler le CMJ sur des nichoirs à oiseaux, qui seront bientôt posés.
Un aménagement sécurisé partira de la rue du 8 mai 1945 et reliera la Cadoule d’ici la fin du mandat. On fera de même au nord de la commune pour rallier nos garrigues et nos jardins familiaux.
Nous sommes favorables à toutes les opérations environnementales positives qui ont du sens. Nous avons horreur de l’écologie punitive. »

Que pensez-vous de la redevance déchets incitative qui sera instituée par la Métropole ?

Guy Lauret : « Sur le fond, on ne peut qu’être d’accord. Le principe est simple : on paie en fonction du poids de déchets que l’on jette. A la redevance de base s’ajoutera une redevance en fonction du poids des déchets. Cela a du sens. Mais sur la forme, il va falloir l’organiser correctement pour éviter les incivilités et qu’un individu ne jette ses déchets dans la poubelle de son voisin pour payer moins. Car en matière de déchets, les incivilités sont fréquentes. C’est d’ailleurs pour cela qu’en plus des 45 caméras fixes que nous mettrons en place en 2022, 4 caméras nomades seront positionnées sur les sites d’apport volontaire pour éviter que certains n’entassent leurs déchets autour des conteneurs enterrés. »

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.