Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Vent de Colére contre les Eoliennes !

Le moins que l’on puisse dire c’est que malgré la débauche de moyens mis à la disposition du consortium Compagnie du Vent – Shell Wind, tant en délégation qu’en moyens techniques les promoteurs du projet n’auront pas convaincu une assistance venue nombreuse prendre connaissance de la présentation d’un projet qui inquiète plus qu’il ne le […]

Le moins que l’on puisse dire c’est que malgré la débauche de moyens mis à la disposition du consortium Compagnie du Vent – Shell Wind, tant en délégation qu’en moyens techniques les promoteurs du projet n’auront pas convaincu une assistance venue nombreuse prendre connaissance de la présentation d’un projet qui inquiète plus qu’il ne le rassure les populations locales.
Annexe photos : https://www.herault-tribune.com/archive/img_annexe/?Ax_Id=112
La Commune de Portiragnes est, au même titre que le sont les communes de Vias, d’Agde de Valras et de Sérignan directement concernée par un projet de nature à changer visuellement la donne au niveau de l’impact visuel et de la perception de notre région par le touriste européen.
Cinq personnes à minima avaient fait le déplacement pour les défenseurs du projet, se relayant dans leurs argumentaires pour répondre aux légitimes inquiétudes et interrogations de l’assistance.
On y apprenait que ce projet industriel éolien prévoyait d’implanter un nombre de 34 machines d’un calibre de 120 Mètres de hauteur en bout de pâles le tout sur une surface de 11 Km 2 et à une distance de 3 Km 500 des côtes pour les plus proches…
Lorsque l’on sait que le point culminant de la Ville d’Agde, le Mont Saint Loup n’est guère plus haut que 113 mètres et que le Mont Saint martin fait figure de lilliputien avec ces 55 mètres, il y a effectivement de quoi se poser quelques questions….
Malgré la présentation des visuels de simulation… pour penser que les éoliennes seront invisibles à 3 Kms des côtes, il va falloir êtres atteints de cécité collective ou d’une vision ultra-selective de l’horizon maritime !
Cela ne peut faire oublier que la définition de “simulation” est, d’ aprés le Larousse : ” l’ action de faire croire ” … et que le jugement définitif sur l’ impact et les conséquences sur le paysage ne pourra intervenir qu’aprés la réalisation de cet immense chantier !
Un ingénieur délégué régional d’EDF a ensuite présenté le point de vue d’Electrictié de France assisté techniquement par le représentant de la Compagnie du Vent qui diffusait à sa demande les diapositives d’EDF…
On apprenait également que l’éolien consommait beaucoup moins de CO2 que le Charbon ou le Fioul… mais que contrairement aux idées reçues, ce dernier consommait de 4 fois et demie plus que le nucléaire.
À la question de savoir si l’éolien ferait disparaître les centrales nucléaires, la réponse fut également négative.
L’association Planète éolienne avait dépêché pour sa part deux intervenants qui se relayèrent pour tenter d’expliquer que d’après leurs études : « Nos enfants attendaient avec la plus grande impatience de vivre dans un paysage parsemé d’éoliennes et que les réticents pouvaient êtres comparés a ceux qui s’étaient opposés à la construction de la Tour Eiffel, il y a plus d’un siècle…
C’est sans doute oublier qu’en ce cas d’espèce… ce n’est pas une Tour Eiffel que l’on veut implanter dans le paysage Français mais plusieurs milliers ! …. Et que la banalisation qui en découlerait ferait ressembler ces dernières à des rangées de pylônes haute tension …
Le comparatif employé par cette association est grossier… Ne soyons pas en reste !
Pierre Bonn pour l’Association Vent de Colère fit figure de parent pauvre avec son projecteur d’un autre âge…Il dénonça néanmoins avec courage le « lobby des promoteurs de l’éolien » plus intéressés par la garantie d’un taux de 30 % de rentabilité qualifié de « jackpot » que de l’intérêt général des habitants des zones concernées.
L’éolien industriel serait une ” imposture écologique “ car l’éolien ne fonctionnant qu’un quart du temps (lorsque le vent souffle) nécessiterait, une force d’appoint dite de régulation qui engendrerait la création d’un nouvelle centrale thermique …Le serpent qui se mord la queue en somme…
Le paradoxe étant qu’EDF est déjà exportatrice d’énergie (14, 5 % de sa production en 2004) et qu’il suffirait de ne céder que la moitié de ces exportations pour couvrir les besoins nouveaux jusqu’en 2010.
L’argument est de taille ! Il est même assimilé par Pierre Bonn et son association de racket de la collectivité dans les documents fournis.
Mais les arguments qui ont le plus touchés le public furent l’impact sur le tourisme et sur la dépréciation des biens immobiliers dans les régions touchées par la proximité d’implantation d’un parc industriel éolien.
« Il y a trente ans, notre région était principalement tournée vers la viticulture et la pêche.Le développement des stations nouvelles de Vias Plage et du Cap d’Agde a changé la donne et nous nous efforçons depuis, pour promouvoir cette industrie qui est devenue l’économie majeure de notre région.. À gommer l’image du vent !
L’implantation d’éoliennes en mer va donc à l’encontre des efforts de communication engagés, en modifiant l’image de la mer et en rappelant que le vent est souvent présent.
Comment la Compagnie Shell peut-elle nous garantir les emplois de cette économie touristique ? Peut- elle nous assurer contre ce risque de désertion d’une partie de notre clientèle au profit de nos concurrents au travers de l’impact négatif du vent sur le tourisme ?»
La réponse de Planète Eolienne évoquant le développement des « bateaux promenades « en visites aux pieds des éoliennes n’a pas convainu l’assistance !
Quant à la compagnie du vent … Au-delà d’une certitude affichée.. elle n’a pu s’engager à assurer ou à garantir contre de telles baisses de fréquentation.
Les questions et les inquiétudes se sont succédé…
Ou sont les études d’Impact… Pas encore d’actualité!
Les études de sols ? Pas plus d’actualité .. il faudra attendre que le projet soit validé par l’ état !

À la question de savoir quelle était la position des élus, le maire de Portiragnes Jean Claude LUGAN affirma que sa commune n’avait pas pris de position et que celle-ci, si elle devait être prise, ne le serait que par la population elle-même qui serait interrogée démocratiquement sur le bien fondé d’un tel projet !
Monsieur LUGAN affirmant ne s’être pas prononcé sur ce point encore non connu lors de la campagne électorale qui l’avait amenée à cette fonction élective.
Une intervention saluée par des applaudissements fournis…Intervention qui contraste avec la position du maire d’Agde qui avait publiquement rejeté le recours à un tel référendum lors d’un conseil municipal en se déclarant favorable à titre personnel au développement de l’énergie éolienne.

Mais sans doute ce dernier n’ avait-il pas encore eu …« vent » de l’ opinion publique …

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.