Verrons-nous enfin les Lignes à Grande Vitesse irriguer notre midi ? par Emmanuelle MENARD

Ce mardi 17 octobre, Emmanuelle Ménard, député de la 6e circonscription de l’Hérault, a…

Ce mardi 17 octobre, Emmanuelle Ménard, député de la 6e circonscription de l’Hérault, a posé une question à la ministre des Transports, madame Elisabeth Borne, au sujet de la LGV Montpellier-Béziers-Perpignan.

Elle a notamment rappelé à la ministre que la mise en place de la LGV entre Montpellier et Béziers est la seule manière de désengorger la ligne actuelle et de pouvoir multiplier, comme le souhaite le Gouvernement, les trains du quotidien. La seule façon aussi de lutter contre les pollutions et de développer le fret ferroviaire puisqu’il est prévu que la ligne entre Montpellier et Béziers soit mixte. La seule façon, enfin, d’être responsable de chaque euro dépensé puisque déjà 75 millions d’euros ont été consacrés aux études et aux achats de terrain pour la seule ligne Montpellier/Béziers/Perpignan. Allons-nous jeter cet argent par la fenêtre ?

Notre démographie, notre place en Europe – le tronçon manquant Montpellier/Béziers/ Perpignan nous permettrait de nous relier à l’Espagne, tout milite pour que le Gouvernement donne son accord pour poursuivre et achever nos lignes LGV.

Alors la question est posée : le Gouvernement actuel tiendra-t-il les engagements de son prédécesseur ? Le Gouvernement actuel prendra-t-il en compte nos villes moyennes, qu’il envisage malheureusement de ne plus faire desservir par le TGV si l’on en croit la lettre de mission remise à Monsieur Spinetta hier ?

À cette question, madame Elisabeth Borne a répondu qu’à l’occasion des assises de la mobilité un « conseil d’orientation des infrastructures » a été mis en place, le 17 octobre 2017. Ce conseil doit notamment permettre de préparer la sortie de la pause sur les grands projets annoncés en juillet dernier par Emmanuel Macron.

Une bonne nouvelle : les grands projets vont être ré-examinés. La LGV Montpellier-Béziers-Perpignan n’est donc pas totalement enterrée. Une mauvaise : aucun engagement formel n’a été pris par la ministre, si ce n’est la création d’un nouveau « conseil » qui va nous faire perdre encore plusieurs mois précieux pour l’avenir de notre région…

À la fin de sa réponse, Madame le ministre des Transports a conclu : « Je suivrai ce travail avec la plus grande attention. » Qu’elle en soit assurée, notre Midi aussi !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.