Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

VIAS - Une bonne note de Jazz pour 2018

Créé il y a 23 ans, le festival Vias en Jazz est devenu une…

Créé il y a 23 ans, le festival Vias en Jazz est devenu une référence incontournable à travers le temps. Très attendu chaque année pour les émotions musicales qu’il procure, ce rendez-vous gratuit et bien ancré dans le calendrier de l’été s’est déroulé du 27 au 29 juillet dernier en cœur de ville. Brésil, Espagne, France, Etats-Unis, Angleterre sont autant de contrées qui ont fait voyager le public trois soirs durant. Places publiques, petite et grande scènes se sont vues partagées entre les différents groupes musicaux. La particularité de cet événement est la complicité et l’intimité que les artistes parviennent à générer avec leurs spectateurs ; une recette encore réussie en 2018. Les instruments et les voix si propres au Jazz, toutes plus charismatiques les unes que les autres, ont littéralement fait osciller Vias entre énergie brute, douceur et mélodie. Retour détaillé sur cette 23ème édition, organisée par la ville en partenariat avec l’association « Vias en Jazz ».

Les festivités ont débuté vendredi 27 juillet dès 18h30. La Nouvelle Collection a annoncé la couleur du week-end en donnant du rythme à la Place du 14 juillet. Ces quatre musiciens costumés et chaussés dernier cri ont offert un son cousu main, prêt à écouter, prêt à danser. Daniel Zarb, guitariste et chanteur à la voix si particulière, est à l’initiative de ce groupe musical. Véritable tête chercheuse toujours en quête de nouveautés, il a réussi depuis plus de dix ans à faire entrer la guitare dans le monde des fanfares. A son habitude, la prestation de La Nouvelle Collection a laissé un souvenir indélébile dans les rues de la ville.

A partir de 20h30, les festivaliers se sont laissés enthousiasmer par Com Alma sur la petite scène installée Place du 11 Novembre. Un concert mêlant poésie et mélancolie des mélodies brésiliennes, hispaniques et catalanes, à la fraîcheur de l’improvisation Jazz. Un voyage percussif et coloré, entre tradition et modernité.

Olivier Cabassut, Adjoint au Maire délégué à la Culture et au Patrimoine, accompagné de Robert Prades, Président de l’association « Vias en Jazz », ont ensuite officiellement ouvert les festivités, avant d’annoncer le programme complet de l’édition 2018 devant une assistance particulièrement nombreuse.
 
Pour le premier grand concert gratuit, Swing Ambassadors septet a invité Susana Sheiman – une des voix les plus affirmées du Jazz Espagnol actuel – sur la grande scène du Parvis de l’Eglise. Accompagnée par de grands Jazzmen tout au long de sa carrière, cette artiste virtuose et sincère a aussi bien chanté en Anglais qu’en Espagnol ou Brésilien, d’une voix à la fois chaude, rauque, sensuelle et passionnée. Le public a été envoûté par sa présence sur scène, l’expressivité de ses interprétations, la chaleur de son timbre et la variété de ses nuances.

Le lendemain, samedi 29 juillet, le Royal Jazz Band, et son chanteur Ray Everitt, qu’il n’est plus nécessaire de présenter aux habitués du festival, ont animé les rues avec leur gaieté communicative. Le tempo était donné.

Un concert événement a marqué la première et toute dernière partie de soirée sur la petite scène : Olympe Assohoto, chanteuse au parcours éclectique, guidée par un amour indéfectible du chant sous toutes ses formes. Olympe a embrassé divers styles, de la Soul au Rock en passant par la chanson française. Pour rappel, cette artiste talentueuse a marqué les esprits en participant à l’édition 2015 de l’émission télévisée « The Voice » avant de devenir la voix d’une grande chaîne de distribution française. Son passage à Vias aura été très remarqué et apprécié.

A 22h, la grande scène a été investie par la grandiose Martha High & The Soul Cookers. A bientôt 71 ans, cette véritable diva de la Soul a, pendant près de 30 ans, partagé la scène de l’immense James Brown, devenant sa véritable amie. Aujourd’hui, elle fait perdurer la Soul Music en nous présentant son univers. Son nouvel album et ses musiques nous ont ramenés aux grandes heures de cette musique populaire afro-américaine. Un carton plein qui a intimement séduit tous les spectateurs.

La dernière soirée a été amorcée en fanfare. Le répertoire du groupe Caliente a réchauffé la Place du 14 juillet pendant plusieurs heures, avant qu’Oenojazz ne prenne place sur la petite scène. Ce sextet a revisité les standards dans un Swing-Be-Bop énergique et vitaminé.

Pour son dernier jour, la grande scène a accueilli Les Courriers du Jazz. Formé tout spécialement pour ce festival, ce quintet est composé de talentueux musiciens complémentaires.

Après cette première partie, direction l’Angleterre ! Le chanteur Ray Everitt, personnage extraordinaire, a invité l’auditoire à se joindre à sa philosophie très populaire de la musique, dans une ambiance chaleureuse. Pour ses dernières heures sur scène, l’homme au style « So British » a déchaîné son public, conquis par sa simplicité et son charisme bien trempé. Un grand nom de la petite scène qui a tiré sa révérence à Vias, au festival de Jazz, sous un tonnerre d’applaudissement et à la suite d’une prestation éblouissante.

Le festival Vias en Jazz 2018 s’est terminé en douceur, avec les notes envoûtantes d’Oenojazz, toujours sur la petite scène.

La présence du village des Saveurs sur la Place du 11 novembre, pour la quatrième année consécutive, a permis aux visiteurs de découvrir et déguster les produits de plusieurs producteurs locaux.

Comme tous les ans, le bon état d’esprit de ce festival était au rendez-vous. Convivialité, amitié, chaleur estivale, dégustation de vins, de mets du terroir, et musiques variées se sont parfaitement mêlés, dans cette édition totalement réussie.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.