A9 : ils s'étaient fait une spécialité de dévaliser les camping-cars, les voleurs condamnés par la justice

A l'issue d'une longue enquête, le 3 mai dernier étaient arrêtés une bande de voleurs officiant dans les camping-cars à l'arrêt sur les aires de l'autoroute A9. Ils viennent d'être condamnés par le tribunal judiciaire de Béziers.

Photo d’illustration © Xavier Turpain / Pixabay

Rappel des faits

Entre la fin de l’été 2021 et mai 2022, en pleine nuit, une cinquantaine de vols dans des camping-cars stationnés sur des aires de l’autoroute A9 ont été relevés. Au petit matin, les voyageurs (souvent des touristes étrangers) découvraient que la portière du conducteur avait été forcée et se rendaient compte que leurs effets personnels les plus précieux leur avaient été dérobés pendant qu’ils dormaient. Objets technologiques, documents administratifs, argent liquide et moyens de paiement… les voleurs raflaient tout sur leur passage. Exceptionnellement, il leur est arrivé de se faire surprendre, mais ils sont toujours parvenus à prendre la fuite.

Le groupement de gendarmerie de l’Hérault et la direction du parquet de Béziers ont mis en place un groupe de travail dirigé par la brigade de recherche de la compagnie de gendarmerie de Pézenas pour enquêter sur cette affaire.

Après des recherches minutieuses, il est apparu que 4 personnes semblaient à l’origine de cette cinquantaine de vols nocturnes, et qu’avec leurs véhicules, elles forçaient régulièrement les barrières de péage sans payer, ce qui représentait pour la société Vinci Autoroutes un manque à gagner et des réparations de plus de 17 000 €.

Interpellés début mai

Le 3 mai 2022, il avait été procédé à l’interpellation et au placement en garde à vue de ces 4 individus (3 hommes et une femme) à Villemolaque (66), Perpignan et Nice, à l’occasion d’une opération de grande ampleur. Lors des perquisitions de leur véhicule et de leurs habitations, de nombreux objets volés ainsi que de 55 638 euros en espèces avaient été découverts par les enquêteurs.

Les suspects, d’origine bosniaque, avaient contesté les faits ou ne les avaient reconnus que partiellement. Le parquet de Béziers avait décidé de les faire juger l’après-midi du 3 mai 2022 en comparution immédiate. Ils devaient répondre de 49 vols ou tentatives de vols commis entre le 21 septembre 2021 et le 2 mai 2022, en réunion et avec effraction dans un local d’habitation (le camping-car étant assimilé à un domicile). La personne au casier judiciaire vierge risquait dix ans d’emprisonnement, ses comparses, en récidive légale, risquant pour leur part vingt ans d’emprisonnement.

Mais le tribunal correctionnel avait renvoyé l’examen du dossier à l’audience du 15 juin 2022 à 14 heures. Dans l’attente, le tribunal avait ordonné leur placement en détention provisoire.

De un à quatre ans d’emprisonnement

A l’issue de l’audience du mercredi 15 juin 2022, le tribunal correctionnel de Béziers a condamné les 4 prévenus pour une grande partie des faits. Ils ont obtenu une relaxe partielle pour des faits les plus anciens, faute de preuves suffisantes.

Raphaël BALLAND, procureur de la République près le tribunal judiciaire de Béziers, indique dans un communiqué que “La femme âgée de 22 ans a été condamnée du chef de recel à un an d’emprisonnement. Les 3 hommes ont été condamnés respectivement à deux ans, trente mois et quatre ans d’emprisonnement. Tous les quatre ont été maintenus en détention”.

Selon le procureur, les deux hommes de nationalité bosnienne ont également écopé d’une interdiction définitive de séjour sur le territoire national. Les objets saisis ont été confisqués par le tribunal, ainsi que les 55 638 € saisis par les gendarmes.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.