Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

AGDE - Avant dernier conseil de l’année ! Compte rendu de conseil Municipal .. par Antoine ALLEMAND

Avant dernier conseil de l’annéeRendons à César ce qui n’est pas à GillesEn réponse…

Avant dernier conseil de l’année

Rendons à César ce qui n’est pas à Gilles

En réponse à la question orale de Florence Denestebe concernant les emprunts « toxiques » que, d’après le journal « Libération », la ville d’Agde aurait contractés en 1997, 1998 et 2007 (en fait 2008) , monsieur le Maire fait un exposé de la situation : d’abord, l’analyse de « Libération » n’est pas l’œuvre de spécialistes financiers mais de simples journalistes; ensuite, les prêts en question ne peuvent être qualifiés de toxiques car il ne s’agit pas de « prêts à taux variables indexés sur des produits très volatils mais de prêts structurés simples à taux fixe avec Euribor à trois mois ». Le premier prêt a été souscrit à 5,85 % avec Euribor à 8 %, le second à 4,68 %  et Euribor 5,5 % et le dernier à 5,16  % Euribor 6 %.

D’après lui, l’endettement de la commune (57,2 millions sans agglomération) est tout à fait convenable et en diminution constante.

Le voir manier avec autant de maestria ces notions comptables était, pour le public présent, la parfaite démonstration que la commune peut se passer d’adjoint aux finances contrairement à ce que laissait penser dans son intervention l’élue d’opposition.

En fait, remettons les choses à leur place, notre spécialiste es finances ne faisait que lire la réponse écrite parue dans « l’Agathois » du jeudi 1er décembre  (les articles sont toujours déposés au plus tard le mardi midi, soit, pour le coup, avant la tenue du conseil) signée… du conseiller Millat. Dans sa lecture au mot à mot, notre maire allait jusqu’à affirmer qu’il lui était impossible de citer les banques mises en concurrence lors des demandes de prêts car, à l’époque, il n’était « pas là » (Pas là en 2008? … mais ce n’est pas de l’Assemblée dont il est question monsieur le Député !)

Alors, toxiques ou pas toxiques ?

Pour en revenir aux emprunts en question, c’est vrai qu’ils ne sont pas toxiques… pour l’instant, mais risqués cependant. Sinon on ne comprendrait pas pourquoi les banques les proposeraient à des taux inférieurs aux prêts à taux fixe sans Euribor.

Le taux Euribor étant le taux moyen observé dans les échanges de capitaux entre un panel de 57 grandes banques qui se prêtent de l’argent entre elles comme elles le font avec les particuliers ou les entreprises.

« Les prêts structurés simples à taux fixe » dont il est question plus haut deviennent en fait des prêts à taux variable si, dans le trimestre en cours, le taux des transactions interbancaires est supérieur au taux indicatif donné,  auquel cas le prêt est alors soumis à l’Euribor. (Par exemple, le dernier prêt souscrit l’a été à 5,16 %; il reste à ce taux tant que l’Euribor ne dépasse pas 6 %).

Jusqu’à ce jour, il n’y a pas eu application du taux Euribor mais ce dernier a passé les 5% en 2000 et 2008 et atteint 5,5 % en 1999.

Quand on sait que dans le panel des banques liées à l’Euribor figurent la BNP, le Crédit Agricole, la Société Générale mais aussi Natixis, Dexia, Intesa San Paolo, Banco de Santander ou encore Bank of Ireland et la Banque Nationale Grecque ont peut tout de même se poser quelques questions quant à la suite des évènements.

Si ce n’est pas de la DOB, ça y ressemble :

Monsieur le Maire lance le Débat d’Orientation Budgétaire.

Rien de nouveau sous le soleil : comme en 2009, 2010 et bien avant encore, le budget 2012 poursuivra « la double ambition de maîtrise des dépenses de fonctionnement et d’un haut niveau d’investissement ».

Les dépenses de fonctionnement ne devraient progresser que de 1,3 %  soit moins que l’inflation et les recettes devraient croître de 1,5 % malgré un simple « maintien de l’aide d’Etat, une baisse de la redevance du casino et sans augmentation de la fiscalité ». La limitation des effectifs et l’augmentation physique des bases devraient suffire à remplir le contrat.

Les investissements devraient concerner les « trois pôles » de la commune :

–          Le cœur de ville avec le bâtiment de l’office du tourisme et des métiers d’art (ce n’est pas une nouveauté, le chantier est déjà bien engagé)

–          Le Grau avec la création d’une mairie annexe avec bureau de poste et police (annoncée depuis trois ans), l’aménagement du front de mer (une autre arlésienne dont attend pour fin 2012…la dernière étude)

–          Le Cap avec la réhabilitation du centre port (place du barbecue) et la restructuration de l’île des loisirs (premières études architecturales pour 2012 et réalisation aux calendes grecques)

La « valorisation de la trame verte » (extension du golf), l’élargissement de la route de Rochelongue, le parking de la vallée près du moulin des évêques (qui sont loin de constituer des nouveautés) plus deux giratoires (Avenue du 8 mai et boulevard du Monaco), quelques hectomètres de pistes cyclables et la réfection de 5 kilomètres de voiries (contre 4 jusque là) devraient parachever le grand œuvre.

Les réactions de l’opposition ne se font pas attendre :

Serge Jené se déclare « surpris que (le maire) parle de la crise » alors qu’il vient de s’offrir 4 pages de publicité dans le quotidien régional et qu’il vient d’organiser « un meeting de campagne aux frais des contribuables. » et il critique la longue énumération qui vient d’être faite des « réalisations passées, présentes et futures ».

Florence Denestebe s’inquiète pour sa part d’un endettement communal du niveau de celui que l’on pouvait observer en période de croissance en 2001 (et qui avait fait l’objet de d’attaques de la part de G. d’Ettore nouvellement élu) alors qu’aujourd’hui la récession guette. Elle dénonce les dépenses de communication, les dépenses festives et les projets « d’envergure internationale »; elle demande d’écarter les projets mirifiques et d’avoir les moyens de nos ambitions : « L’ambition de 2020, c’est la rigueur d’aujourd’hui, c’est l’ambition de préserver l’existant. » Elle regrette, dans le projet de réhabilitation de l’Ile des  Loisirs, le manque de concertation avec les occupants et propriétaires actuels.

Henri Couquet enfin dresse un réquisitoire sévère : « des investissements mal calibrés financièrement » (l’extension du golf qui passe de 2 à 5,5 millions d’euros, les travaux du centre port de 6 à 14,5 millions), « des réalisations qui ont du mal à aboutir » (en 4ème année de mandat aucun projet véritablement bouclé), « beaucoup de communication pour masquer le vide. ». Pour lui, « en 2001 nous étions au bord du gouffre, en 2011 c’est le retour à la case départ » avec des dépenses déplacées (fonctionnaires de balnéothérapie; 1,6 millions d’euros de fonctionnement pour le centre aquatique) et des budgets annexes (Cayrets, centre aquatique, golf, île des Loisirs) qui sont des « bombes à retardement ».

Réponses du maître de séance :

Ironique avec le premier intervenant : « Je ne sais pas si il faut en rire (de l’intervention) …Vous êtes en campagne vous aussi, sous quelle étiquette ?… La crise ? Le gouvernement fait ce qu’il peut et mieux que d’autres en face…Si Jean Nouvel ça vous plait pas, si vous avez d’autres idées, je vous écoute…Le centre aquatique mon objectif c’est l’équilibre; en un mois on a dépassé les 10 000 entrées, on atteindra les 150 000 par an. »

Il est courtois, avec Florence Denestebe : « Je partage vos analyses ( ?) : La règle d’or je me l’applique…C’est par l’investissement que nous créerons des richesses…Pour l’île des loisirs, c’est à la municipalité de donner le la comme on l’a fait au Capiscol par exemple (Euh…sans couac ?)…J’ai un passif qui parle en ma faveur (un passif, c’est une dette; mais si c’est lui qui dit qu’il n’a rien à mettre à son actif, on ne va pas le contrarier). Nous on se retrousse les manches et on y va. »

 Et beaucoup moins courtois avec Henri Couquet qu’il qualifie de « grand inquisiteur ». Il laisse d’ailleurs à son premier adjoint le soin de préciser ses pensées.
             C’est donc Frey qui clôturera le débat en venant très modestement apporter « des éclairages sur les interventions, les contresens et les contradictions. »

 Ainsi, forts de ses lumières, nous avons pu apprendre que la priorité était donnée aux « attentes des Agathois », que « jamais autant d’argent n’avait été engagé pour redresser le quartier centre ville » et que si « les Etats empruntent pour payer les fonctionnaires, les collectivités empruntent pour investir; ce qui n’est pas comparable ».

Sur cette réflexion admirable, il ne restait plus qu’à passer à autre chose.

En off, NDLR :

Le « débat » d’orientation budgétaire tourne toujours court dans la mesure où les cartes sont biaisées :

Quand l’opposition parle d’endettement global de la collectivité, la majorité répond endettement de la seule entité communale faisant abstraction des charges liées à l’agglomération. Cela pourrait s’admettre si, par ailleurs, le député maire président d’agglo ne faisait sans cesse référence aux réalisations communautaires (zones d’activités, centre aquatique…etc…). Très souvent des données actuelles du budget ou de l’endettement de la commune sont comparées à celles des années 2000 (ère Passerieux) alors que les données ne sont plus les mêmes (transfert vers l’agglo de salariés, de charges, de prêts…), la seule comparaison possible est bien celle qui engloberait la totalité des charges.

De la même façon, chaque fois qu’il s’agit du centre aquatique, qu’on apprécie ou pas  l’esthétique ou la démesure du lieu, il est difficile de se faire une opinion sur le coût de l’investissement : Jusqu’à vingt cinq millions pour l’opposition, quinze ou même treize pour les autres. Les premiers envisagent la totalité du projet; le maire  refuse de comptabiliser les subventions octroyées, les frais d’étude ou les dépenses d’environnement immédiat.

Dès qu’on obtient des chiffres, cela confine à la désinformation :

Exemples :

Lors du DOB, le maire a affirmé que, pour le centre aquatique, il visait l’équilibre et qu’il l’atteindrait avec 150 000 entrées annuelles. Rapide calcul : les seuls coûts de fonctionnement de l’établissement sont chiffrés à 1 600 000 euros par an; pour atteindre l’équilibre, et à la condition que les 150 000 entrées soient atteintes (ce qui constituerait un beau succès de fréquentation), le ticket moyen d’entrée devrait s’élever à près de 11 euros. Or les tarifs pleins se situent à moins de 6,5 euros pour la piscine et 9 euros pour le paraquatique et la fréquentation la plus importante devrait être celle des scolaires et des habitants de la communauté bénéficiant de tarifs préférentiels….Equilibre ? N’abordons même pas le sujet de l’amortissement et des intérêts d’emprunts.

Toujours d’après monsieur le Maire, l’extension du golf ne devrait rien coûter à la ville. Henri Grimal lui faisant remarquer que les 300 000 euros annuels provenant de l’exploitation bénéficiaire que reversait le golf à la commune vont disparaître, il lui est répondu « Il n’en demeure pas moins que l’investissement se fera sur le budget du golf »…C’est une façon de voir.

Pour finir, Gilles d’Ettore reproche régulièrement à l’opposition de ne pas fournir d’idées. Ses idées à lui, il va les chercher auprès de bureaux d’études qui les lui fournissent gentiment et gratuitement (du moins à lui, mais moyennant finances auprès de la collectivité).

Ainsi, son « idée » de centre aquatique n’a été facturée « que » 2 millions à la collectivité. Combien a coûté sa présentation « objectif 2020 » (au moins 4 cabinets ont participé à la confection des images de synthèse si l’on s’en tient aux signatures) ?  Combien va coûter l’étude du projet de l’île des Loisirs qui ne verra peut-être jamais le jour ?

 Jean Nouvel, c’est bien beau, mais, et ce n’est pas nouveau, ce n’est pas gratuit.
 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.