Agde - De l'outrance par Anne Marie GARRIGUES - Parti Socialiste

L'outrance, la démesure, les mensonges et les contrevérités qui caractérisent les propos tenus dans…

L’outrance, la démesure, les mensonges et les contrevérités qui caractérisent les propos tenus dans l’ hebdomadaire local des 9 et 30 novembre 2006 par Monsieur D’ Ettore Maire d’Agde, et par celui devenu son premier adjoint de fait, prouvent à quel point la présence de R Passerieux dans le débat public municipal les gène et les trouble.

Mais qu’il se rassurent : nous participons, très nombreux, venus d’horizons différents, autour de Monsieur Passerieux à la construction sereine et tranquille d’une équipe nouvelle, qui travaillera collectivement pour les agathois.

Que d’aucun, devenus conseillers municipaux à ses cotés, dans une liste de très large ouverture éprouvent aujourd’hui quelques ambitions, cela est bien normal.

Par contre, celui qui était hier opposant féroce à D’Ettore , et qui est aujourd’hui devenu son avocat commis d’office, est en tout cas bien mal placé pour décerner des brevets de fidélité à quiconque.

Je ne relèverai pas tous les propos tant ils sont excessifs. Il convient néanmoins de remettre les pendules à l’heure sur quelques points :
D’abord sur l’engagement de Monsieur Passerieux à Agde : les choses sont simples : Il nous a toujours dit qu’il prendrait le recul nécessaire à la fois pour vivre sa situation professionnelle, comme tout un chacun, et laisser l’équipe en place gérer, puis qu’il prendrait, au vu de cette gestion, sa décision deux ans avant les échéances. Voilà qui est fait, ce qui ne plait pas du tout à la municipalité !

Elle lui reproche en retour d’être exilé d’Agde durant la semaine par sa profession. Mais monsieur D’Ettore, qui vous a reproché d’habiter Lyon, pour des raisons professionnelles, jusqu’à quelques mois avant votre candidature municipale?
Nul n’a mis en cause vos liens familiaux sur Agde et vos racines languedociennes lors de votre campagne basée sur l’authenticité ! Il est donc temps que cette petite mascarade politicienne cesse et que vous trouviez d’autres arguments.

Quant aux contrevérités de Monsieur D’Ettore sur la gestion passée et présente de la ville, elles sont devenues une seconde nature : Tous les agathois qui ont vécu à Agde durant les années de présence de l’équipe Passerieux à la mairie savent combien la ville a changé sous son impulsion et ce qu’a été le travail accompli.

Ils savent que tous les investissements qui ont été réalisés l’ont été sans mettre en cause les finances publiques , malgré les répétitions et les affirmations inlassables de la majorité actuelle. Ils savent enfin qu’en dépit d’énormes difficultés à l’heure où tant de lits sont supprimés dans les centres hospitaliers, il a obtenu, en collaboration avec la mairie de Sète de l’époque, la création d’un nouveau Centre de Soins Polyvalents (hôpital) à Agde. Hôpital dont Monsieur d’Ettore, après des années perdues, se montre incapable de mener à terme le fonctionnement tel que prévu dans le projet initial. Lorsque Monsieur D’Ettore aura réalisé pour le centre-ville l’équivalent de la Maison des Savoirs, du cinéma multiplexe, du rachat du Chateau-Laurens, de la rénovation de la Maison du Cœur de Ville, de la rénovation de la place de la Belle Agathoise, de la rénovation de la rue Jean-Roger et de la remise en place de la statut de la République. ; lorsque Monsieur D’Ettore aura réalisé l’équivalent d’un nouveau lycée, de deux nouveaux collèges, d’une halle des sports, de la rénovation de l’entrée du quartier naturiste, de la démolition des boites de nuits de l’Ile des loisirs, de la construction d’un centre nautique…., il pourra se montrer moins immodeste.

Mais il n’en est encore qu’à quelques ronds-points, une villa achetée pour loger gratuitement une radio locale , le rapetassage des quais du Cap, une école en retard, et un projet pharaonique de centre nautique à revoir.
Quant à « laisser se gangrener » le centre-ville, Monsieur D’Ettore, allez vous quelquefois écouter ses habitants pour entendre ce qu’ils disent de votre politique de laisser-aller ?
Face à cet écart criant de bilan, comme Monsieur D’Ettore n’hésite jamais à aller jusqu’au bout et à employer tous les moyens pour tenter de justifier ses affirmations mensongères, il ne lui restait plus, comme rideau de fumée, que de claironner que Monsieur Passerieux était responsable de la présence soudaine de bandes de jeunes de banlieues au Cap d’Agde, en pleine saison touristique, il y a dix ans. Monsieur D’Ettore, notons-le avec attention, alors agent des renseignements généraux dans ces banlieues, sait pourtant mieux que quiconque qu’il s’est agi à l’époque d’une décision du ministre de la ville ex RPR, Monsieur Raoult, qui avait décidé, sans informer les maires d’Agde et d’Argelès, d’envoyer ces jeunes en vacances, petit groupe par petit groupe, dans ces stations touristiques, qu’il avait lui-même choisi. C’est en réalité grâce à l’intervention de Monsieur Passerieux, avec l’appui du Préfet et après une entrevue particulièrement houleuse avec le Ministre concerné qu’il a été mis fin à cette déplorable initiative.

Voilà donc bien piètre défense, que ces propos outranciers et démesurés ! Elle n’est pas à la hauteur du vrai débat qu’attendent les agathois sur la gestion présente et leur avenir.

Pour la Section du Parti Socialiste
A.M. GARRIGUES

Qui est-ce ? – Fiche TrominosCap :
https://www.herault-tribune.com/?p=p04&action=view&Tr_Id=148

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.