Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Droit

AGDE ECOLOGIQUE et SOLIDAIRE - Réflexions sur le deuxième tour des élections municipales

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2020 Durant la campagne des élections municipales de mars 2020, le journal permet à chaque liste de publier ici leurs communiqués de campagne afin que chaque électeur puisse avoir accès à un maximum d'informations afin de se forger sa propre opinion.  Ces publications sont donc externes à la production de la rédaction. Elles n'engagent que leur auteur et non […]

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2020

Durant la campagne des élections municipales de mars 2020, le journal permet à chaque liste de publier ici leurs communiqués de campagne afin que chaque électeur puisse avoir accès à un maximum d'informations afin de se forger sa propre opinion. 

Ces publications sont donc externes à la production de la rédaction.

Elles n'engagent que leur auteur et non la rédaction.

Cette rubrique est ouverte à toutes les listes officiellement candidates.


 

Le gouvernement a tranché : le deuxième tour des élections municipales aura lieu le 28 juin. Cette décision est politique et dénuée de bon sens démocratique. Avec une abstention supérieure à 50% à cause d’une pandémie sans précédent, Il aurait été judicieux d’annuler ce premier tour et de repartir sur un scrutin à deux tours.

Malgré cette élection tronquée, AGDE EOLOGIQUE ET SOLIDAIRE a recueilli 828 voix, soit 7.22% des bulletins exprimés. Ce score ne nous permet donc pas de nous maintenir au 2ème tour, objectif que nous nous étions fixés.  

Même si cet objectif n’a pas été atteint, nous sommes fiers d’avoir pu présenter aux agathois un projet pour une ville écologique et solidaire. 

Au nom de toute notre équipe, je veux ici remercier les agathois qui nous ont fait confiance.

Au sortir d’un confinement inédit et difficile pour tous, quelles réflexions pouvons-nous porter sur cette période de crise  et quel avenir souhaitons nous pour notre ville ?

Le bilan sanitaire est lourd pour notre pays. Face à une désorganisation manifeste de l’état au début de cette pandémie, c’est la détermination et l’inventivité des soignants à déployer des solutions dans l’urgence, qui ont permis d’éviter des milliers de morts supplémentaires. Cette crise sanitaire a mis en lumière les failles de notre système de soin, celles-là même que nous dénoncions depuis des années. 

L’Hôpital – Entreprise est un modèle obsolète et dangereux pour la communauté. La santé a un coût mais elle n’a pas de prix.

Il faudra tirer les conclusions de tous ces manquements et nous continuerons, comme nous l’avons fait depuis de années  à lutter pour l’égalité d’accès aux soins.

Au passage, comment se fait-il que les urgences d’Agde aient fermé dès le 17 mars, alors même que le ministère de la Santé et les ARS préconisaient les soins de proximité ? Décision totalement inappropriée. Qui étaient les décideurs : la directrice conjointement avec le président du conseil de surveillance et maire d’Agde ?  Nous ne savons d’ailleurs toujours pas quand ce service rouvrira.

Après le bilan sanitaire, il faut, bien sûr, évoquer le bilan social. Le coronavirus s’étant, nous l’espérons tous, un peu éloigné de nous, la crainte aujourd’hui est la crise sociale qui va suivre, beaucoup plus longue, profonde et dramatique.

Déjà, pendant cette période de confinement, certains de nos concitoyens, et parmi eux des enfants, n’ont pas mangé à leur faim. Alors une chaîne de solidarité s’est mise en place très vite grâce aux  associations, aux services sociaux  mais aussi à une multitude d’initiatives individuelles. Cette chaîne a permis de palier aux manques les plus basiques que sont la nourriture et le logement. Et si cet élan pouvait durer dans le temps ?

Il y a donc des aspects positifs de cette crise. Nous avons découvert, ou redécouvert ceux qu’on nomme les «invisibles». Tous ces travailleurs non confinés qui, par leur présence au travail, ont permis à la grande majorité confinée de se nourrir, de se soigner, de se sentir en sécurité. 

Nous avons aussi, par la force des choses, réalisé que nous pouvions consommer moins et surtout autrement. 

Nous sommes sortis de cette période de confinement, soulagés d’avoir été épargnés par cette méchante maladie.

Pourtant, au delà des milliers de morts qu’elle a provoquées, cette pandémie risque d’entraîner un vrai séisme social dans le monde. Certains signes ne trompent pas : annonce de fermeture d’usines chez Renault, menace de licenciement dans les grandes entreprises, mais aussi dans toutes ces PME qui, au bout de seulement deux mois d’arrêt de production, sont à deux doigts de déposer le bilan. Sans parler de la culture, éternelle oubliée du gouvernement. Le système économique basé sur les concepts de la mondialisation et du profit n’est pas viable. La planète est malade de son enfermement dans ce système.

Notre ville n’est pas épargnée.  Les activités liées au tourisme qui constituent 70 à 80% de l’économie locale, sont menacées tout comme les emplois saisonniers. Cet effondrement à venir nous montre bien qu’il est urgent de diversifier l’activité sur notre territoire (activités agricoles, entreprises pour les énergies renouvelables, secteurs d’aide à la personne). C’était parmi les propositions figurant dans le projet d’Agde Ecologique et Solidaire, pour une autre ville…

Enfin comment ne pas parler d’écologie dans  la pandémie de COVID 19 ? Cette période de ralentissement majeur de l’activité économique sur l’ensemble de notre planète a permis un répit de courte durée en matière de pollution notamment et de consommation des énergies fossiles. 

Tout le monde s’accorde à dire que la planète terre ne s’est jamais aussi bien portée depuis le début de l’ère industrielle. Mais déjà les dirigeants politiques de nombreux pays (dont la France, bien sûr)  ne jurent que par la relance de la consommation pour sauver l’économie. N’est-il pas urgent, après ce que nous avons vécu, de se poser clairement la question de la transition écologique et du développement durable ? 

Le 28 juin les agathois sont invités à se présenter dans les bureaux de vote. La question du jour est : quel candidat sera à même de mieux appréhender tous ces enjeux ?

D’aucuns voudraient qu’Agde Ecologique et Solidaire exprime clairement une consigne de vote. Nous ne sommes pas propriétaires des voix qui se sont portées sur notre liste.

Une chose est sûre et nous n’avons pas changé d’avis depuis le 15 mars : nous continuons à nous opposer aux politiques de la droite et de l’extrême droite.

Les agathois décideront de leur avenir.

Quant à nous, notre combat pour une société écologique et solidaire ne s’arrêtera pas le 28 juin. Nous serons présents pour défendre nos idées partout où ce sera nécessaire : dans les mouvements sociaux comme dans les associations qui portent les mêmes valeurs de justice sociale et transition écologique.

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.