Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

AGDE - Entre alternative et alternance … par Florence DENESTEBE

AGDE - Entre alternative et alternance … Dans un an, les agathois seront appelés…

AGDE – Entre alternative et alternance …

Dans un an, les agathois seront appelés à faire un nouveau choix et déjà les partis atones localement depuis 2008 se rappellent aux bons souvenirs des électeurs.

Entre guerre des chefs à l’UMP, guéguerre de barons locaux au FRONT NATIONAL, guérilla urbaine pour la conquête de Montpellier au PS ou épreuves de survie au PC, les partis sont de retour et avec eux, leurs têtes d’affiches garantes de leur propre  survivance.

Depuis un demi-siècle, Agde est ainsi écartelée entre des clivages politiques de façade au gré des vagues bleues ou roses et de l’état de forme d’une gouvernance nationale. 
Les partis politiques dominants à droite comme à gauche, bien que délaissés par leurs adhérents, ont eu le monopole du pouvoir.  

Ils ont éludé les choix qui s’imposaient aux Agathois, en ne proposant par alternance que des propositions claniques, laissant sur le rivage l’autre partie des forces vives de la commune.
Ainsi, les entreprises ou les fonctionnaires des collectivités sont majoritairement choisis pour leurs adhésions parfois contraintes, parfois mêmes simulées à un parti ou plus souvent à une équipe dirigeante qui n’ont d ‘ambition que la sauvegarde de leur propre intérêt.


Agde n’a jamais été gérée QUE, PAR ET POUR, une partie de la population au détriment d’un intérêt général qui devrait satisfaire TOUS les Agathois.


Les majorités municipales, élues avec 51 % des voix, devraient au lendemain du vote les représenter tous. : Cela n a jamais été le cas ! 
Personne à Agde n’est parvenu à sortir durablement de ces clivages stériles et à gagner, par l’exemple de sa gestion, l’adhésion confiante de l’autre partie la population.

Tout n’est qu’opposition sans mesure et sans une once de compromis.
 
La liberté de penser et la compréhension de l’autre n’ont jamais été au rendez-vous de la démocratie locale et je reste persuadée que les partis politiques n’inspirent plus aucune confiance aux électeurs.

Le mécanisme des investitures force les hommes à devenir des chefs de guerre alors que la gestion publique d’une collectivité nécessite une vision consensuelle.

 Pour défendre nos intérêts locaux, il est temps de nous émanciper des diktats partisans et des  idéologies étrangères à nos préoccupations quotidiennes.

La réfection d’une route, la création d’une piscine, l’implantation d’un hôtel de plus ou d’une résidence à caractère social, le déplacement d’un casino, l’extension d’un golf , le développement économique et la promotion touristique de notre Ville… ne sont à l’évidence ni de droite ni de gauche.



Un Maire, qu’il soit inspecteur de police, assureur, chef d’entreprise, enseignant ou psychologue, n’a aucun brevet préalable pour la gestion d’une entreprise de 1000 salariés au budget de 70 Millions d’EUROS. Il doit gérer une équipe d’administratifs qu’il aura, à la marge, la possibilité de  renforcer dans ses points faibles. S’il lui revient de donner un cap, une orientation,  il ne devra  pas briser les hommes ou écarter les compétences sur la seule foi d’une étiquette.


Au niveau communal, les appareils politiques se révèlent pernicieux s’ils entendent privilégier des idéologiques en lieu et place de l’intérêt local.



Elue indépendante, j’en appelle à tous les prétendants à la mairie d’Agde pour que cette campagne qui s’annonce soit celle de la fusion des idées et non l’annonciatrice d’une nouvelle partition des compétences. 

Décrochez le drapeau partisan de vos façades ! Laissez le logo de vos partis sur vos cartes d’adhérents ! Et n’en agitez qu’un seul ensemble et pour tous les agathois : Celui d’Agde !

Est-il si invraisemblable de proposer une liste transpartisane à défaut d’apolitique ? Est il si inadmissible qu’un socialiste voisin de palier d’un membre de l’UMP puisse partager  avec lui et s’entendre sur ce qu’est le bien commun ?

N’avons nous de leçons à recevoir de personne ? 

Pour une gestion communale il faut fédérer les femmes et les hommes autour d’un projet d’intérêt municipal, sans considérations partisanes autres que celles d’oeuvrer pour le service de TOUS.

Un projet de gestion qui  devra  organiser une synergie des compétences en mutualisant les forces au lieu de gaspiller les énergies.

C’est ce que j espère pour ma ville afin de mettre un terme aux confrontations inutiles et stériles.

Un an, c’est déjà demain, mais il n est pas trop tard ! Le temps est venu d’observer ceux qui n’auront pour but que de réunir plutôt que de diviser… de comprendre au lieu de se confronter.


Dans quelques semaines, dans quelques mois, vous comme moi auront à choisir !

Pour ma part, c’est à ce parti là que j’accorderai ma confiance ! A ce parti qui, en dépassant les clivages, réunira les hommes et les femmes pour gérer une commune dans laquelle il fait bon vivre ensemble !


 Mon seul parti… Ce sera celui d’Agde !


Je me tiens à la disposition de chaque administré, sans aucune considération d’appartenance politique, pour évoquer les dossiers proposés à notre analyse avant les conseils municipaux dans la plus grande transparence. Vous pouvez me faire part de vos questions ou de vos inquiétudes, soit par mail soit par téléphone


Florence DENESTEBE
Conseillère Municipale indépendante de la Ville d’Agde

Contact : florence.denestebe@laposte.net

Tel : 06 16 10 73 03

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.