AGDE - GÉNOCIDE du BOIS de la Tamarissière, site CLASSE, et INSCRIT par l'Association AGATHE

NATURE DÉNATURÉE, GÉNOCIDE du BOIS  de la Tamarissière, site CLASSE, et INSCRIT,. Il n’y…

NATURE DÉNATURÉE,

GÉNOCIDE du BOIS  de la Tamarissière, site CLASSE, et INSCRIT,.

Il n’y a rien à faire  le Maire et son 1er adjoint, soi-disant responsable du développement durable n’en font qu’à leur tête et ne se soucient guère des réglementations qui devraient protéger ce site.

Malheureusement,  l’aménagement urbain du camping de la Tamarissière se poursuit en toute illégalité. Nous avons pu voir depuis début janvier, plus de 100 ml, de tranchée qui ont été réalisées pour permettre le passage de réseaux électriques et …??

En effet, nous avons pu constater visuellement que ce bois classé est devenu une véritable zone de chantiers !!!
Certains blocs sanitaires ont été agrandis, d’autres ont été transformés, cela avant la saison 2011.

A l’heure actuelle, Il y a des excavations dans tous les sens. Dès que la tranchée est faite et le réseau posé (électrique, eau, .. ?), elle est aussitôt rebouchée. Il ne faut surtout pas que ça se voit, ça fait désordre.

Il s’agit principalement d’installations de nouveaux éclairages sur le réseau électrique du camping, dans des zones encore relativement naturelles (zone ouest). Effectivement vous pouvez y voir de nouvelles bornes et de nouveaux lampadaires.

Tous ces travaux sont réalisés dans la plus grande illégalité. Ils sont interdits parce qu’il s’agit  d’un site protégé. Le bois de la Tamarissière est classé site inscrit, protégé par  l’article L 310-1 du code de l’urbanisme. Il l’est aussi parcequ’une partie est classée en ZNIEF.


Capture d’écran 2012 02 22 à 00 59 54

Toutes ces protections obligent la SODEAL, via la mairie d’Agde, à demander des autorisations. Il est vrai que le respect des lois et règlements de la République n’est pas la tasse de thé de la SODEAL, que ce soit son Président S.FREY ou son directeur T.BOUCHET  (Réf : toutes les infractions concernant la péniche New Capricorne)

Y a-t-il eu  des autorisations de travaux délivrées par les services de l’état?
Les Architectes des Bâtiments de France ont-ils été informés de ces travaux ?

La Direction Départementale des Territoires Maritimes, en charge de ce bois, est elle au courant ?

Concernant le Bois lui-même et sa gestion, nous avons pu nous  rendre compte que :

               – Trop d’arbres sont coupés, on est très loin du plan de gestion et cela ne correspond nullement aux promesses faites par T.BOUCHET ni au plan de coupe de l’ONF !

                -Pour ce qui est des replantations promises, nous sommes loin du compte

               – Quant aux arbres qui ont été replantés, leur entretien n’est quasiment pas assuré. Certains sont morts,  d’autres sont  tenus par des tuteurs  inefficaces ou  gangrénés par la vermine ils ne remplissent  plus leur rôle !

               – Pour ce qui est de l’éclairage du camping, la lumière est restée allumée la nuit durant plusieurs années, aujourd’hui seuls les lampadaires solaires restent allumés continuellement, est-ce normal ? Ça doit être cela que certain appelle le développement durable. Si les animaux sont perturbés, ce n’est pas son problème (pollution par la lumière) .

               – La circulation à l’intérieur du camping de camions ne cesse jamais et érode le sol (faut bien évacuer en toute hâte et en douce les coupes de bois). Les racines apparaissent et  sont coupées si elles gênent !!….

Nos élus sont en train d’arriver à leur fin, supprimer cet espace boisé classé  et inscrit, pour n’en faire qu’un simple camping  qui sera pour eux «un site dit NATUREL !!! ».

M FREY président directeur Général de SODEAL a de quoi à se féliciter de la manière dont il a mené cette destruction. Ses bonnes idées, il les a certainement mises à la poubelle.

Pour ce qui est de la DUNE, il y a urgence à mettre en place des ganivelles. Actuellement, la dune s’érode à  vitesse grand V, aucun entretien on laisse tout faire. Le passage des promeneurs s’effectue n’importe comment et n’importe où. Pour couronner le tout, vous  y ajoutez  les quads qui trouvent là une magnifique aire de jeu. La messe est dite.

Peut-être, allons voir dans le nouveau P.L.U un nouveau classement de ce bois en zone « VNA = appellation des zones réservées, uniquement pour les campings »

C’est une triste fin, voulue et programmée pour un site qui aurait pu être un véritable havre de paix en harmonie parfaite avec la nature

Voir annexes ci dessous :

 

HISTORIQUE DU BOIS DE LA TAMARISSIERE

En 1654 Un bois de pin existait de part et autre de l’Hérault (page 96 du livre de BALTHAZAR JORDAN °)

RENFORCEMENT DU BOIS

En 1668 ( page 242, page 244 « il serait utile encore de renouveler, les plantations des pins maritimes et de tamaris , caisses maçonnées ou flottantes (pour draguer le fleuve)
En 1784 le port d’Agde était menacé d’être comblé ( page 112 du livre
de BALTHAZAR JORDAN °

Le port d’Agde a existé avant la Ville dès 1365 des dragages sont entrepris , dès 1782 la plantation de pins et de tamaris , ce fut l’origine du bois de la Tamarissière qui occupait alors 48 Hectares en 1894 ( livre du Dr PICHEIRE 1961 « Histoire d’AGDE »)

PROTECTION DU BOIS

Site Inscrit le 16 Juillet 1943

(servitude AC2) = servitudes de protection des sites naturels et urbains Loi du 02.05.1930 – modifié par décret du 13.06.1969
– Décret du 28.08.1969
– Décret du 31.03.1970

Espace Boisé classé par le PLU – règlement Zone 3 ND 13 page 205 article L 130-1 du code de l’urbanisme (page 213) « Ces terrains classés par le plan comme espace boisé à conserver, à protéger ou à créer sont indiqués au plan conformément à la légende »

ZNIEFF N°
Espace Protégé arrête du 29 Octobre 1997


ARRETE PREFECTORAL


ccc(5)


LIMITES OFFICIELLES DU CAMPING


Capture d’écran 2012 02 22 à 01 10 57


REGLEMENT DU POS
Cliquez sur le lien


 


ETAT DES LIEUX PARTIEL en 2003


Capture d’écran 2012 02 22 à 01 14 34

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.