Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

AGDE - L’AVENIR DE ROCHELONGUE par Henri COUQUET

Nous pourrions réaliser un projet véritablement original, en aménageant une deuxième entrée de station à l’ouest, au bout de la route de Rochelongue, avec les équipements nécessaires à la vie de ce quartier, y compris un petit parc public paysager et en même temps rendre possible l’accession à la propriété en résidence principale, développant ainsi […]

Nous pourrions réaliser un projet véritablement original, en aménageant une deuxième entrée de station à l’ouest, au bout de la route de Rochelongue, avec les équipements nécessaires à la vie de ce quartier, y compris un petit parc public paysager et en même temps rendre possible l’accession à la propriété en résidence principale, développant ainsi la vie à l’année.

Mais non, c’est parti pour y ériger une nouvelle résidence de tourisme de 139 unités et un hôtel de 60 chambres. En effet, lors du dernier conseil municipal, notre maire a fait voter la vente des terrains municipaux à la société «Village Center Patrimoine ».

Ca fait penser à Center Park, mais ça n’a rien à voir. Ce ne sont pas forcément des réalisations verdoyantes, implantées dans la nature, comme on pourrait peut-être le penser. Village Center Patrimoine c’est une filiale du groupe Promeo, société immobilière basée à Sète. Rien que dans notre département, elle a réalisé 17 résidences, dont 4 à Sète.
La plupart du temps sous forme d’immeubles collectifs. Au Cap d’Agde, elle gère déjà la résidence Saint-Clair.
Avons-nous besoin d’une résidence hôtelière supplémentaire dans notre station ? Franchement, je ne crois pas.

Nous allons quand même assister à la construction de 200 unités d’habitations de tourisme supplémentaires (199 exactement).
Pourquoi ce choix municipal ? Manifestement pour réaliser une recette financière qui alimenterait notre budget.

Mais, même vu sous cet angle, c’est une mauvaise affaire. Nous vendons 15 850 m 2 pour 1,97 million d’euros. Soit 120 euros le m2 environ. Inutile de commenter le prix me semble-t-il.

La ville d’Agde ayant récemment multiplié par trois le COS (coefficient d’occupation des sols) de ces terrains, le passant à 0,5, nous vendons le m2 de SHON à 250 euros (220 euros même, selon le maire). Le cours habituel pour les constructeurs est d’au moins 500 euros le m2.

Je vous laisse juges. Sur ces terrains, la surface de plancher habitable constructible dépasse largement les 7000 m2.

Pour notre part, le projet que nous avons soumis depuis un an et demi déjà, outre qu’il permet un bénéfice pour les finances municipales, présente de nombreux avantages dont celui de rendre possible l’installation de jeunes actifs.

Dans notre commune, la vraie originalité n’est pas de construire une résidence de tourisme supplémentaire, fut-elle associée à un hôtel quatre étoiles, la vraie originalité serait d’intégrer les jeunes, les forces vives dans le développement de la station balnéaire. C’est ça qui serait nouveau, et tellement vivant !

Henri COUQUET, conseiller municipal indépendant, « Agde Pays d’Agde ».

Ci dessous pour mémoire les plan de situation, et pré-projets  soumis ( et refusés)  auConseil Municipal de la Ville d’Agde.
 Cliquez sur les plans pour les agrandir


PLAN DE SITUATION

Plan1

PLAN DE SITUATION – REFERENCE CADASTRALE

PLAN FLORENCE HENRI MAPS

PLAN DE CIRCULATION et PARCELLAIRES
DU PROJET DE LOTISSEMENT COMMUNAL

PLAN FLORENCE HENRI
DONNEES ÉCONOMIQUES DU PROJET
PROJET DONNEES FINANCIERES
  RELEVE DU PRIX d’ACQUISITION des parcelles MS 60 ET MR 64 
par la Ville d’Agde en 2005
FNAFU

DELIBERATION d’ACQUISITION des parcelles en date du 16 Juin 2005

DELEB 2005

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.