AGDE - LE POINT SUR MALFATO (suite) Quel Avenir ? par L'Association AGATHE

LE POINT SUR MALFATO (suite) Quel Avenir ? Avant de voir quelles sont les possibilités…

LE POINT SUR MALFATO (suite)

Quel Avenir ?

Avant de voir quelles sont les possibilités d’aménagement, examinons les contraintes qui pèsent sur le dossier.

En premier lieu, le PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondation). Il s’agit ici plus exactement du risque de submersion marine, lors de coups de mer et/ou à cause de la montée des eaux. Notons au passage qu’il existe une zone appelée « La Souillère » (de l’occitan solièra – plage où rentre la mer)) où la mer est déjà rentrée dans les années 50 – 60, malgré le cordon dunaire et en l’absence de brises lames. Ce PPRI est la déclinaison d’un PPRI national. Il concerne tout le littoral agathois, depuis la zone naturiste jusqu’à la Tamarissière. D’après le calendrier évoqué lors de la réunion du Palais des Congrès, l’enquête publique aurait lieu au début de l’été pour un décret qui devrait sortir au cours du dernier trimestre de cette année. Ce PPRI va délimiter 3 zones : une zone où toute construction ou aménagement de construction existante sera interdite, une deuxième zone où construction et extension  seront lourdement encadrées, enfin une troisième zone où les constructions seront « libres » malgré quelques contraintes.

Notre association a contacté Fabienne ELLUL, sous-préfète en charge du littoral pour obtenir des précisions. Nous vous informerons dès que possible.

Ensuite, ce PPRI devra être retranscrit dans d’autres documents : le SCOT (Schéma de Cohérence et d’Organisation Territoriale) du Biterrois, le PADD (Plan d’Aménagement Développement Durable) et le PLU (Plan local d’Urbanisme). Même si SCOT, PADD et PLU anticipent les prescriptions du PPRI, il faudra un certain temps pour que le PLU soit validé, et donc que la zone Malfato devienne légalement constructible.

Une fois cette étape franchie, il conviendra d’aménager cette zone. Reste à savoir sous quelle forme.

                  Sous forme de PVR (Participation pour Voirie et Réseaux). C’est financé en tout ou partie la construction des voies nouvelles ou l’aménagement des voies existantes ainsi que l’établissement ou l’adaptation des réseaux qui leur sont associés lorsque ces travaux sont réalisés pour permettre de nouvelles constructions. Procédure couteuse pour la commune qui n’a pas forcément l’assise financière suffisante. Mais  on peut opérer par tranches successives. C’est une forme qui aurait pu être activée il y une dizaine d’années, mais qui nous parait irréaliste aujourd’hui.

                  Sous forme d’un PAE (Plan d’Aménagement d’Ensemble). Périmètre à l’intérieur d’une commune dans lequel le financement des éléments d’équipements publics est mis à la charge des constructeurs en fonction des équipements engendrés par leur opération, mais aussi  par ceux rendus nécessaires par l’urbanisation nouvelle.

                  Sous forme de ZAC (Zone d’Aménagement Concertée) publique ou privée. Zone où la vile décide d’aménager et d’équiper des terrains en vue de la réalisation de constructions et aménagements publics. Si on élimine la ZAC publique, on reste sur la ZAC privée, notre municipalité ayant déjà fait dans le partenariat public-privé. Le PLU doit préciser la localisation et les caractéristiques des espaces publics, des ouvrages publics, des installations d’intérêt général et des espaces verts.

Un aménageur privé sera ensuite choisi par la ville, à charge pour lui de mettre en œuvre un cahier des charges, lequel cahier des charges devant être validé par les services de l’état. Cet aménageur sera chargé d’acquérir les terrains (de gré à gré ou via une expropriation), de vendre les droits à construire et de réaliser les équipements publics.

Nous voyons mal pourquoi cet aménageur, qui est tout sauf un philanthrope, irait payer le prix fort pour un terrain inconstructible qui devrait devenir un espace vert. Ensuite, la mise sous tutelle de la ville d’Agde concernant les logements sociaux,  constitue  une contrainte supplémentaire pour un aménageur. Il n’est pas dit que les services de l’état souscrivent à la théorie de l’actuelle municipalité qui ne veut pas de logements sociaux ailleurs qu’en Agde centre, d’autant que la ville est propriétaire de terrains situés dans cette zone.

Enfin, il restera à intégrer dans le futur projet l’ensemble des constructions qui sont devenues légales, comment ?

Malheureusement, le chemin risque d’être long avant de voir le premier coup de pioche à Malfato !

Cette situation aurait pu être réglée depuis bien longtemps. En effet nous avions proposé dès l’année 1990 d’aménager ce secteur sous forme de PVR (voir ci-dessus). C’était d’ailleurs le souhait des propriétaires.

Nous n’avons pas souhaité entrer dans le détail, mais nous nous tenons à la disposition de ceux qui souhaitent des explications complémentaires.  RDV à notre siège social .

Pour le Bureau

Le Président Jacques TREILLE

 

Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle  défend aussi le Patrimoine communal et  la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation  Stationnement)  

L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.

Adresse postale : B.P.30010 – 34 301 AGDE Cedex

Notre Site Internet www.agde-agathe1901.com   Adresse Courriel : assosagathe@orange.fr

Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social  2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville la cité à AGDE VILLE

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.