Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

AGDE - Synthese de l'atelier citoyen du Front de Gauche

Le 19 février, une trentaine de personnes ont participé à l'Atelier Citoyen, invités par…

Le 19 février, une trentaine de personnes ont participé à l’Atelier Citoyen, invités par le Front de Gauche. Ce débat public, organisé dans le cadre de la Campagne nationale contre l’Austérité, a rassemblé militants des partis concernés, des syndicalistes et des personnes intéressés par le contenu de la discussion.

L’INJUSTICE DE LA DETTE

Pour chaque participant, il est clair que les salariés ne sont pas responsables de la dette publique. Le rapport parlementaire du Député UMP Gilles Carrez observe que « depuis l’année 2000, l’Etat a perdu entre 100 et 120 milliards d’euros, dont les 2/3 sont dus aux baisses d’impôts accordés aux ménages les plus aisés et aux grandes entreprises ». Ce sont les fameuses « niches fiscales ». Le rapport annuel de la Cour des Comptes confirme cette analyse. Celle-ci se traduit, en particulier, par des profits en hausse constante, de l’ordre de 375 milliards d’euros, pour un PIB de 2 000 milliards environ.

En faisant supporter le poids de la dette aux salariés, François Hollande et le Parti Socialiste assument une injustice fondamentale et répondent aux intérêts parasitaires d’une élite industrielle et financière.

Pour mémoire : une décision structurelle est déjà intervenue : l’adoption par l’UMP et le PS du Traité de Stabilité, de Coordination et de Gouvernance, dit aussi Pacte Merkozy, qui met le budget de la France sous la tutelle de l’Europe.

Une autre décision structurelle est en cours : celle issue des négociations dites de « sécurisation de l’emploi » qui vise, en fait, à remettre en cause le Code du Travail et à généraliser « les jobs » aux besoins de l’employeur.

Signé par des syndicats minoritaires, ce texte sera présenté au Conseil des Ministres début mars, pour un vote au Parlement en mai.

AUSTERITE = RECESSION

Pour les participants à l’Atelier Citoyen, outre l’aspect fondamentalement injustes, les mesures

mises en oeuvre par le PS ne font qu’aggraver la situation.

Rappelons qu’elles sont de deux ordres :

ponctions par les impôts et taxes

désengagement de l’Etat, aux dépends des collectivité locales.

Cette diminution de pouvoir d’achat des salariés se traduit par une baisse de la demande de biens et de services : c’est le processus de la récession, dont on peut, déjà, mesurer les effet en Espagne et en Grèce, soumises au même régime.

C’est une politique antisociale qui n’a aucun justificatif économique. Les statistiques de l’extension de la pauvreté, des licenciements massifs, du surendettement des ménages, du mal-logement, de suicides mêmes… attestent de ce gâchis.

De même, les difficultés qui surviennent dans divers services publics : la santé (le problème des urgences d’Agde), éducation (fermeture des classes), sécurité, suivi sanitaire des aliments, … relèvent aussi, pour l’essentiel, de cette réduction de moyens.

LISTES ANTI-AUSTERITE AUX MUNICIPALES

Le débat a également porté sur la nécessité d’ouvrir une perspective définitive pour les prochaines municipales. Le désaveu des électeurs pour la politique du PS, mesurée par les instituts de sondages d’opinion, incite nos concitoyens au repli sur soir, à l’abstentionnisme, et au vote protestataire qui sont sources de grands dangers.

Les carriéristes et opportunistes locaux, absents des luttes, et inscrits dans la politique antisociale du PS ne sont partisans que de leurs propres intérêts.

Pour les participants, il ne saurait y avoir de politique locale visant à la satisfaction des besoins, avec une politique nationale antisociale. Les deux niveaux sont, en effet, étroitement liés par la diminution des dotations directes aux communes, le transfert de charges non compensées par l’Etat.

Aussi, partout où cela est possible, des listes Front de Gauche seront présentes aux municipales, sur la base d’un programme redéfinissant les besoins locaux et revendiquant les moyens de le mettre en œuvre.

NOS ACTIONS IMMEDIATES

Manifestation du 5 mars à Montpellier : son objectif principal est de l’abandon du projet de la loi en l’état visant à étendre la flexibilité et la précarité, qui sont source de l’appauvrissement des salariés et de leur familles. La manifestation partira à 15h du Peyrou. Un bus partira du parking de la Calade à 13h15, avec un arrêt au péage de Bessan.

Pour préparer les municipales, les ateliers citoyens continueront.

Richard Rey, pour le PG

Orphée Stephan, pour le PCF

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.