Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

AMCA AGDE - « Ils sont passés par le camp »: Portrait de Josep Torrent Buch

Association pour la Mémoire du Camp d’Agde « Ils sont passés par le Camp » Nous poursuivons notre…

Association pour la Mémoire du Camp d’Agde

 

« Ils sont passés par le Camp »

 

Nous poursuivons notre série « Ils sont passés par le camp » avec un portrait de Josep Torrent Buch

 

Josep Torrent Buch (1915 – 1999), dessinateur et peintre

 

 

Josep Torrent Buch est né le 18 janvier 1915 à Sant Feliu de Guixols. Dès l’âge de sept ans, il s’intéresse à la peinture et commence à dessiner. Entré au collège La Salle « Los Hermanos », il suit des cours de dessin une fois par semaine. Un peu plus tard, il intègre l’école locale des Beaux arts, dirigée par Gertrudis Romaguera. De 1933 à 1936, il parfait à Barcelone ses études de dessin et de peinture à l’école des Beaux arts de La Llotja, où il remporte trois premiers prix de dessin. Il paie ses cours grâce à l’exécution de peintures murales. Durant ses moments de loisir, il visite le zoo et l’aquarium de la ville pour dessiner sur le vif des animaux et des poissons. Du 12 au 22 juillet 1936, il s’inscrit à Palafrugell pour participer à une exposition collective, qui ne verra malheureusement pas le jour, à cause du déclenchement de la guerre civile espagnole. Fin 1936, il part sur le front de l’Èbre, où, faisant valoir ses talents de dessinateur, il est admis dans le service de cartographie de son régiment. À 22 ans, sur le front, il réalise des scènes de guerre qui sont publiées dans la presse. Plus tard, à Barcelone, il coopère à un échantillonnage d’affiches de propagande à la station de métro de la place de Catalogne, en compagnie de Martí Blas i Clavé. Fin 1938, il déserte son régiment pour la France. Il survit en échangeant dans des fermes ses dessins contre des repas, et il se retrouve au camp d’Agde, pendant quatre mois. Il s’attire la sympathie de la part des officiers du camp et jouit d’un régime de faveur en dessinant leurs portraits. De retour en Espagne, il est incarcéré à la prison de Figueras. Il parvient à être libéré en réalisant un dessin où apparaissent l’écusson de l’Espagne et en transparence le visage de Franco. Il loge alors chez la sœur de Salvador Dali. Fin 1939, il arrive à Sant Feliu de Guixols, où il présente une exposition sur des scènes de guerre, qu’il renouvellera en 1940. Il confectionne en même temps des retables religieux sous la direction de Sebastià Platja.

Début 1941, il effectue son service militaire obligatoire à Villa Sanjurjo, au Maroc. Il y commet une série de dessins arabes qu’il expose et qui bénéficie d’un bon accueil de la part de la presse et du public. De retour à Sant Feliu de Guixols, il commence à réaliser son œuvre la plus emblématique, elle comprend des paysages marins des alentours de sa ville natale, la côte de Sant Feliu à Tossa del Mar. Dès lors il débute sa carrière professionnelle qui en fait en 1950 le peintre de la Costa Brava, aux dires des critiques.

En 1984, sa dernière exposition a lieu à Sant Feliu de Guixols, et, en 1994, il participe à une exposition collective à Castelginest, en Haute-Garonne. Il décède en 1999.

Son œuvre reflète l’évolution touristique de la Costa Brava et le grand boom de la période 1950-1970. Il a peint la côte pendant 60 ans et compte à son actif plus de 250 expositions. Ses tableaux sont disséminés à travers le monde, et ce sont les estivants étrangers qui ont acheté le plus ses réalisations au cours de leurs séjours en Catalogne.

Illustrations

Marine Costa Brava

Paysage de pêcheurs et barques

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.